Accueil Sois un ami Histoires vraies N°32 – Tout dépend de notre attitude

Histoires vraies N°32 – Tout dépend de notre attitude

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Tout dépend de notre attitude

Jerry était une personne étonnante!
Il était toujours de bonne humeur, dans
n’importe quelle situation qu’il se trouvait,
il avait toujours quelque chose de positif à
dire.

Il était aussi un gérant de restaurant tout à
fait unique ; la plupart des serveurs qui
travaillaient avec lui, le suivaient de
restaurant en restaurant.

La raison de sa popularité était à cause de
son attitude positive de la vie. Il était un
conteur naît.

Si un de ses employer traversait une
mauvaise passe, il avait le don de retourner
la situation et de lui montrer le côté positif
de la situation.

De le voir agir toujours de cette façon, m’a
rendu curieux à son sujet. Alors un jour, je
suis allé le voir et je lui ai demandé :

Jerry, je ne comprends pas, tu ne peux pas
être une personne positive tout le temps.
alors dis-moi, comment fais-tu ?

Jerry m’a répondu :

chaque matin à mon réveil, je me dis
à moi-même, Jerry, tu as deux choix
aujourd’hui. Tu peux choisir d’être
de bonne humeur ou tu peux choisir
d’être de mauvaise humeur ; je choisis
toujours d’être de bonne humeur.

Chaque fois que quelque chose de mal
m’arrive, je peux choisir d’être une
victime ou alors, je peux décider
d’apprendre quelque chose de cela.
Là encore, je décide que c’est mieux
d’apprendre quelque chose de cela.

Chaque fois que quelqu’un vient me
voir pour se plaindre, je peux accepter
son grief ou alors, je peux l’encourager
plutôt à regarder du côté positif de la
vie. Bien sûr, je choisis le côté positif
de la vie.

Oui, cela semble facile à dire, mais ce
n’est pas facile à faire, je proteste.

Bien sûr que si, Jerry me répond.

Toute notre vie repose sur des choix
et des décisions personnelles. Dans
ces situations, quand nous éliminons
tout ce qu’il y a autour, nous nous
retrouvons avec une décision à
prendre, un choix à faire.

Chaque situation est un choix, et c’est
nous qui décidons du choix que nous
voulons faire, nous décidons comment
nous voulons réagir à cette situation.

Nous décidons comment les gens vont
affecter notre vie ; nous décidons si
allons être de bonne humeur ou pas.

Tout cela se résume en ceci : c’est
notre choix, nous décidons comment
nous voulons vivre notre vie.

J’ai pensé longuement à ce que Jerry
m’a dit. Plus tard, j’ai abandonné la
restauration pour commencer ma
propre entreprise.

Nous avons perdu contact, mais
souvent, je pense à Jerry quand je dois
faire un choix dans la vie au lieu de
réagir dessus.

Plusieurs années plus tard, j’ai entendu
que Jerry avait fait quelque chose qu’on
n’ait jamais supposé de faire dans la
restauration.

Il a laissé la porte arrière du restaurant
ouverte un matin, et trois hommes armés
sont entrés.

Pendant qu’il essayait d’ouvrir son
coffre-fort sous la peur, il s’est trompé
de combinaison, à cause cela, un des
cambrioleurs à pris peur, et lui a tiré
dessus.

Miraculeusement, Jerry a été découvert
et l’ambulance a pu l’emmener aux
urgences de l’hôpital.

Après 18 heures de chirurgie et plusieurs
semaines de soins intensifs, Jerry a pu
rentrer chez lui, avec des fragments de
balles restés dans son corps.

J’ai réussi à voir Jerry 6 mois après son
accident. Quand je lui ai demandé comment
il allait, il m’a répliqué : tu veux voir mes
cicatrices ?

Je lui ai demandé alors qu’est-ce qui s’est
passé à travers son esprit quand le vol est
arrivé.

La première chose qui m’a traversé l’esprit
c’est que j’aurais dû fermer la porte arrière
du restaurant.

Puis après, quand j’étais allongé par terre,
je me rappelle que j’avais deux choix ;
je pouvais choisir de vivre, ou je pouvais
choisir de mourir… J’ai choisi de vivre !

As-tu eu peur ? Est-ce que tu as perdu
connaissance ? Je lui ai demandé.

Les ambulanciers ont fait un très bon
travail, me répétant sans cesse que tout
allez bien se passer.

Mais quand ils m’ont emmené dans la salle
d’urgence, j’ai vu l’expression des docteurs
et des infirmières sur leurs visages, et j’ai
commencé à voir très peur.

Dans leurs yeux, je pouvais lire : il est déjà
mort le pauvre!

A ce moment-là, je savais que je devais
réagir à tout prix.

Qu’est-ce que tu as fait alors ? Je lui
demande.

Il y avait cette infirmière toute ronde
qui me criait des questions :

elle me demanda si j’étais allergique
en quoi que cela soit.

Oui, je lui ai répondu.

Alors les docteurs et les infirmières
s’arrêtèrent pour un moment pour
entendre ma réponse.

Avec une profonde respiration, j’ai
crié, « des balles ! »

Par-dessus leurs rires, je leur ai dit :

Je choisis de vivre. Alors, opérez-moi
comme si je suis vivant, et non comme
si j’étais déjà mort !

Jerry a survécu, grâce à Dieu, mais
aussi à cause de son étonnante attitude.

Grâce à lui, j’ai appris que nous avons
chaque jour, le choix de vivre notre vie
pleinement.

Avoir une bonne attitude dans la vie
peut faire une grande différence !

Par Francie Baltazar-Schwartz
(Texte adapté)

« Notre attitude montre
       notre altitude ! »

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message