2017-01-14_101001

Une voix compatissante
(VOICE OF COMPASSION)
Steve Goodier

Avez-vous déjà entendu l’histoire de Fiorelle LaGuardia
qui a été le maire de la ville de New York durant la
Grande Dépression et pendant tout WWII.

Il était adoré par beaucoup de New-yorkais qui l’avaient
surnommé « Petite Fleur », parce qu’il était de petite taille
et qu’il portait chaque jour un œillet sur le revers de sa veste.

Il était un personnage un peu hors de commun. Par exemple,
il est monté dans un camion de pompiers de New York pour
faire des descentes dans des bars clandestins de la ville avec
la police. Où, il prenait un orphelinage complet d’enfants pour
les emmener voir un match de baseball. Une autrefois, quand
les journaux de la ville faisaient la grève, il a été à la radio
du dimanche pour raconter des histoires drôles aux enfants.

Une nuit glaciale d’hiver, janvier 1935, il a fait son apparition
dans une petite salle de justice d’une partie la plus pauvre de
la ville. Il a congédié gentiment le juge pour prendre sa place.
Une vieille femme en lambeaux a été emmenée devant lui,
accusée d’avoir volé un pain.

Elle a dit à LaGuarda que le mari de sa fille l’avait abandonnée,
que sa fille était malade, et que ses deux petits-enfants étaient
affamés.

Le commerçant à qui le pain avait été volé, refusa d’abandonner
les poursuites, en se justifiant :

« C’est un quartier de la ville malfamé, votre honneur », il dit
au maire, « Vous devez la punir pour donner une leçon aux
autres gens qui habitent ici. »

LaGuarda avec un long soupir se tourne vers la femme et lui dit :

« Je suis obligé de vous punir, la loi ne fait pas d’exception ; dix
Dollars d’amende et dix jours de prison. »

Mais à peine a-t-il prononcé la sentence, qu’il a déjà mis sa main
à sa poche pour prendre un billet et le mettre dans son chapeau en
disant :

« Voilà dix dollars que je donne maintenant. Mais je vais donner
une amende aussi à chaque personne dans ce tribunal de cinquante
cents pour vivre dans une ville où une personne a besoin de voler
du pain afin que ses grands-enfants puissent manger. Mr. Le
huissier, ramassé l’argent de l’amende et donnez-le à la
défendante. »

Le jour suivant, les journaux de la ville de New York ont rapporté
que 47.50 $ ont été rendus à une femme déconcertée qui avait
volé un pain pour nourrir ses petits-enfants.

Cinquante cents de cet argent ont été donnés au propriétaire du
magasin d’alimentation, tandis qu’environ 70 petits criminels,
des gens du commun, ayant des infractions au code de la route
et des policiers de New York, qui avait payé cinquante cents
d’amende, se levèrent pour donner une ovation au maire.

Quelqu’un a merveilleusement dit :

« La sympathie voit et dit, ‘Je suis désolé’.
La compassion, elle, voit et dit, ‘Je vais aider’.
Quand nous aurons appris la différence,
Nous pourrons faire la différence ! »

*******************************************

Fiorello Enrico LaGuardia, né le 11 décembre 1882
à New York et mort le 20 septembre 1947 au même
endroit, est un homme politique américain. Membre
du parti républicain1, il est représentant de New York
(1917-1919 et 1923-1933) puis maire de New York
à trois reprises de 1934 à 1945, élu la première fois
en 1933.
Surnommé « The Little Flower » (« La petite fleur »)
du fait de sa petite taille et de la traduction de son
prénom italien (Fiorello), il reste dans l’histoire
comme un maire important du fait de sa gestion de la
ville au lendemain de la Grande Dépression des
années 1930. LaGuardia était ainsi un fervent partisan d
e la politique de New Deal de Franklin D. Roosevelt.
***************************************************

« Et Jésus, répondant, dit : Un homme descendit de Jérusalem à
Jéricho, et tomba entre [les mains des] voleurs, qui aussi, l’ayant
dépouillé et l’ayant couvert de blessures, s’en allèrent, le laissant
à demi mort.
Or, par aventure, un sacrificateur descendait par ce chemin-là, et,
le voyant, passa outre de l’autre côté ;
et pareillement aussi un lévite, étant arrivé en cet endroit-là, s’en
vint, et, le voyant, passa outre de l’autre côté ;
mais un Samaritain, allant son chemin, vint à lui, et, le voyant, fut
ému de compassion,
et s’approcha et banda ses plaies, y versant de l’huile et du vin ;
et l’ayant mis sur sa propre bête, il le mena dans l’hôtellerie et
eut soin de lui.
Et le lendemain, s’en allant, il tira deux deniers et les donna à
l’hôtelier, et lui dit : Prends soin de lui ; et ce que tu dépenseras
de plus, moi, à mon retour, je te le rendrai.
Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui
était tombé entre les [mains des] voleurs ?
Et il dit : C’est celui qui a usé de miséricorde envers lui. Et Jésus
lui dit : Va, et toi fais de même.

(La Bible – Luc chapitre 10, versets 30-37)

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post