Accueil Sois un ami Histoires de miracles et de foi (Part 5)

Histoires de miracles et de foi (Part 5)

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
Note : voici maintenant, une collection d’histoires vraies qui s’intitule
             « Histoires de miracles et de foi ! »
C’est dommage qu’à notre époque les gens relèguent ces histoires qui ont étaient vécues (par de vrais personnages qui ont réellement existé) au grenier poussiéreux des contes de fées et de l’imaginaire !
Jésus a dit à Thomas : « ne sois pas incrédule mais croyant » « bienheureux ceux qui n’ont point vu et qui ont cru »
J’espère que ces histoires encourageront votre foi. Ces mêmes miracles peuvent vous arriver à vous aussi si seulement vous donnez une chance à Dieu !
« Tout est possible à celui qui croit » (Marc 9 :23)
« Dieu est toujours sur le trône et il répond à la prière »
Patrick Etienne
_________________________________________________

Sommaire :

Sauvez par un voleur !
Les hommes sur des chevaux blancs !
Il n’y avait pas de soldats avec nous !
Sauvé par un mur de neige !
Le pont humain !
Quand Dieu partagea la mer !
_________________________________________________

Histoires de miracles et de foi (Part 5)

Sauvez par un voleur !

« Il les délivrera des méchants et les sauvera, car ils se sont confiés en lui » (Psaume 37 :40)
Le mari : cela fait des jours qu’il neige !
Sa femme : oui ! Tu as raison, la neige s’empile sur les toits ! Bébé Grace c’est endormi profondément ! Dieu bénisse son petit cœur et qu’il l’a garde !
Le mari : bon ! C’est le temps d’aller se coucher. Seigneur bénit notre petite famille cette nuit et protège-là de tout mal !
Mais un peu plus tard dans la nuit :
Le voleur : très bien, ils ont oublié de verrouiller la fenêtre ! Cela va être facile de pénétrer à l’intérieur !
Le voleur à l’intérieur : prenons les choses qui ont de la valeur ! Je me demande où ils ont caché leur argent ? Probablement dans la chambre. Il faut que je me dépêche avant qu’ils se réveillent !
Le bébé commence à remuer et à gémir.
Le voleur : oh non ! Le bébé se réveille et il va réveiller ses parents ! Je sais ce que je vais faire, viens avec moi bébé, je vais t’emmener dehors. Je ne veux pas que tu gâche ma soirée !
Le voleur dépose le bébé dans la neige dehors.
Le voleur : voilà, je vais te déposer près de la porte. Et si tu te réveilles et pleurs, tes parents ne pourront pas t’entendre. Comme cela, je peux terminer ce que j’ai commencé !
De nouveau à l’intérieur : j’ai enfin trouvé où leur argent est caché, regardons s’il y a d’autres choses de valeur que je peux emporter !
Mais à l’extérieur, le bébé commence à pleurer fort !
Le voleur : mais comment cela se fait-il que je puisse entendre le bébé pleurer ? Oh non ! J’ai oublié de fermer la fenêtre !
Dans la chambre les parents se réveillent à cause des pleurs du bébé :
La maman : chérie ! Le bébé, elle n’est plus dans son berceau ! Mais je peux l’entendre pleurer ! Viens-vite, cela vient du dehors !
La maman dehors affolée : oh Grace ! Comment es-tu arrivé là ?
Le mari (dehors aussi) : est-ce qu’elle va bien ? Qu’est-ce qui est arrivé ?
Mais au même moment un sinistre bruit se fait entendre ; le toit de leur maison s’effondre sous le poids de la neige !
Le mari : oh mon Dieu ! Le toit de notre maison vient de s’écrouler sous le poids de la neige qui s’est accumulée ! Si nous étions resté à l’intérieur, nous aurions été écrasés et sûrement mort !
Sa femme : c’est un miracle ! Dieu vient de nous sauver par un miracle !
Le jour suivant, le voleur a été retrouvé mort sous les décombres, à côté des choses qu’il avait essayé de voler !
Le Seigneur sait ce qu’il fait, même quand nous ne comprenons pas ! Ses voies sont au-dessus des nôtres et il travaille souvent de façons mystérieuses pour réaliser ses miracles ! Les merveilles de son amour pour nous !
_________________________________________________

Les hommes sur des chevaux blancs !

« Car il commandera à ses anges à ton sujet, de te garder en toutes tes voies » (Psaume 91:11)
Pasteur : howdy, folks ! Est-ce que vous aimeriez entendre une vraie histoire du Far-West ? Eh bien, une fois j’ai rencontré un vrai dangereux ennemi ! Paco était son nom ! Il était le chef d’une bande de bandits et de voleurs de chevaux !
Paco : écoute Pasteur ! Nous ne voulons pas qu’une église soit construite ici ! Est-ce que tu m’as bien compris ?
Pasteur : désolé Paco ! Mais Dieu m’a demandé de la construire ici, peu importe ce que tu peux dire !
Paco en colère : si tu construis ton église ici, je te tuerais !
Pasteur : je crains Dieu, pas toi Paco !
Paco : Alors, fait attention à toi où que tu vas la nuit Pasteur ! Parce que je t’aurais, et j’en fais la promesse !
Pasteur : je dois admettre que j’étais un peu effrayé parce que je savais que Paco ne disait pas des paroles en l’air et qu’il était sérieux avec ses menaces !
Un soir, à la tombée de la nuit, un homme arrive au galop :
Le cavalier : Pasteur Zacharie ! Venez vite ! Un homme a été écrasé sous un arbre au camp des bucherons ! Il est en train de mourir ! Il demande que vous veniez à son chevet pour prier pour lui !
Pasteur : je scelle mon cheval tout de suite, Sam ! Oh ! Mais j’y pense, pour aller jusqu’au camp de bucherons, je vais devoir chevauché à travers le territoire du bandit Paco ! Et il comme à faire nuit !
Pasteur : Sam, veux-tu chevaucher avec moi à travers le col de Rattlesnake ?
Sam : Nope ! Désolé Pasteur ! Je ne vais pas retourner cette nuit par ce chemin ! Je vais attendre jusqu’au lendemain pour revenir !
Pasteur : avec mes mains tremblantes pour tenir les rênes, je me suis mis à galoper à travers le territoire de ce bandit tout seul. Paco peut être derrière un de ces rochers pour me tuer, je pensais !
Oh ! Mais qu’est-ce que c’est qui bouge derrière ces buissons ? Mon Dieu ! C’est juste un coyote ! Je commence à être de plus en plus effrayé, j’ai besoin de m’arrêter et déposer mes peurs aux pieds du Seigneur !
Jésus, tu ne nous as pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, d’amour et de conseil. Tu as dit :
« Au jour où je craindrai, je me confierai en toi. En Dieu, je louerai sa parole; en Dieu je me confie: je ne craindrai pas; que me fera la chair » (Psaume 56 :3,4)
Jésus, aide-moi à ne pas craindre, mais d’avoir la foi que tu peux me garder jusqu’au camp des bucherons et de cet homme mourant !
Pasteur : alors, je suis remonté sur mon cheval, réassuré par la prière et ma confiance dans la Parole de Dieu ! J’ai ainsi donc, chevauché sans crainte le restant du voyage !
« Oui, à travers la vallée de la mort, je ne craindrais aucun mal, car tu es avec moi ! » (Psaume 23 :4)
Et louons Dieu, je suis arrivé en sécurité au camp des bucherons !
Le jour suivant, j’ai été appelé à un autre chevet d’un mourant.
Un cavalier (un bandit de la bande à Paco) : hey Pasteur ! Quelques-uns d’entre nous ont trop bu et cela a tourné en bagarre. Paco a été blessé gravement et il demande après vous.
Pasteur : Paco ? Oui, j’arrive ! Le bandit m’emmena jusqu’à la cachette de Paco. Paco est allongé gravement blessé sur un lit, sur le point de mourir.
Paco : Pasteur ! Je suis heureux que vous soyez venu !
Pasteur : Paco, veux-tu confesser Christ ? Il peut encore te pardonner tes péchés !
Paco : nah ! Je veux juste vous demander quelque chose Pasteur !
Pasteur : qu’est-ce que c’est Paco ?
Paco : La nuit dernière, je me suis caché derrière un rocher dans le col de Rattlesnake. Mais quand j’étais prêt à tirer, quelque chose est arrivé ! Pasteur, qui étaient les hommes qui chevauchés avec vous ?
Pasteur : des hommes ? Mais il n’y avait aucun homme avec moi ! Je chevauché tout seul !
Paco : non ! Ne me mentez pas Pasteur ! Vous n’étiez pas tout seul ! Il y avait deux grands et puissants hommes qui chevauchaient avec vous ; un de chaque côté de vous !
De toute ma vie, je n’ai jamais vu de tels magnifiques chevaux blancs que ces deux puissants hommes chevauchés !
Qui sont-ils Pasteur ? Aaah ! La peine !…
Pasteur : A cause de l’excitation de la conversation, Paco tomba dans l’inconscience et il ne se réveilla jamais !
Une femme présente : senior, ces hommes qui étaient avec vous, étaient-ils des anges ?
Pasteur : oui ! Ils étaient les gardiens que Dieu m’a envoyé pour me protéger !
La femme : alors c’est vrai, il existe un Dieu !
Pasteur : on ne devrez jamais douter que Dieu est capable de protéger et délivrer ses enfants en temps de danger et de détresse !
Ce jour-là, plusieurs âmes sont devenues des Enfants de Dieu !
_________________________________________________

Il n’y avait pas de soldats avec nous !

« Ma défense est de Dieu, qui sauve ceux qui sont droits de cœur » (Psaume 7:10)
Deux missionnaires voyagés pour aller récupérer dans une ville proche de l’argent qu’on leur avait envoyé.
Missionnaires : enfin, nous sommes arrivés au bureau de poste de la ville !
Le garçon du guichet : signez ici s’il vous plaît !
Missionnaires : Dieu bénisse nos supporters à la maison ! Nous devrions nous dépêcher et cacher cet argent. Si quelqu’un savait que nous avons tout cet argent sur nous, il essaierait sûrement de nous voler ! (Mais à leur insu, quelqu’un qui les épiait avait vu toute la scène)
Missionnaires : est-ce que tu penses qu’on devrait revenir à la mission avant la tombée de la nuit ?
Oui ! Cela serait dangereux d’être pris dans la jungle quand il fait nuit !
Un des missionnaires : John, j’ai un drôle de sentiment que nous avons été suivis !
Mais la nuit les surpris avant qu’ils aient eu le temps d’arriver en sécurité à la mission. Ils décidèrent de camper là où ils étaient et s’allongèrent dans l’herbe. Pour leur encouragement, ils lurent quelques passages dans la Bible :
« Fortifie-toi et sois ferme. Ne te laisse point terrifier, et ne sois point effrayé; car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi partout où tu iras » (Josué 1:9)
Au même moment, ils entendirent une branche craquer!
Missionnaires : qu’est-ce que c’est ? Un animal peut-être ? Non, j’entends des courir ! Oh Jésus, aide-nous à ne pas être effrayé ! Ayons courage, le Seigneur va nous protéger ! Si nos genoux tremblent, mettons-nous à genoux pour prier !
Cher Jésus, s’il te plaît protège nous durant cette nuit entière et repousse le Diable et ces craintes, au nom de Jésus ! Et donne-nous un bon repos et de bons rêves ! Nous clamons ce verset dans ta parole :
 « Je me coucherai, et aussi je dormirai en paix; car toi seul, ô Éternel! tu me fais habiter en sécurité » (Psaume 4 :8)
Durant toute la nuit dans la jungle, les deux missionnaires dormirent à poings fermés sans que quelque chose les réveilla. Le matin suivant, ils reprirent la route et arrivèrent en sécurité à la mission.
Cependant, quelques semaines plus tard, un habitant de la région vint à la mission de l’hôpital pour se faire soigner.
Le médecin : comment t’es-tu blessé ?
L’homme : je me suis battu !
Le médecin : c’est infesté ! Je vais devoir nettoyer cette plaie ! Mais pourquoi me regardes-tu de cette manière ?
L’homme : vous ne me connaissez pas, mais moi je vous connais !
Le médecin : tu me connais ? Mais où tu m’as rencontré ?
L’homme : vous dormiez une fois dans la jungle avec un autre homme missionnaire ! Plusieurs d’entre nous avaient vu que vous avez reçu une grosse somme d’argent au bureau de poste ; et moi et mes hommes nous vous avons suivi dans la jungle.
Nous avons attendu qu’il fasse nuit pour vous attaquer, et quand nous avons décidé de sortir de nos cachettes, nous avons vu avec stupéfaction qu’il y avait des soldats qui vous entouraient ! Alors nous nous sommes enfuis !
Le médecin : des soldats ? Mais il n’y avait pas de soldat avec nous !
L’homme : Bien sûr que oui qu’il y avait des soldats avec vous ! Il y en avait 16 ! Ils vous entouraient avec leurs grandes épées pointées vers nous ! Cela nous a remplis de craintes et nous nous sommes enfouis !
« L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et les délivre » 
(Psaume 34:7)
_________________________________________________

Sauvé par un mur de neige !

Cette histoire est arrivée pendant la guerre napoléonienne en Russie, mais nous pourrions dire ce miracle pour être plus précis !
Il y avait une femme et ses enfants qui vivaient dans une maison isolée au beau milieu de nulle part dans la campagne. La vie était difficile pour eux, et ils essayaient de survivre avec le peu des ressources et de nourriture qu’ils avaient.
L’armée de Napoléon n’était pas très loin, et des cavaliers français avaient pour mission de ratisser la campagne et de prendre dans les fermes et les maisons toute la nourriture qu’ils pouvaient trouver. (Hélas, c’est une chose commune qui arrivait durant ces guerres de cette époque)
Cette mère savait que les Français s’approchaient, et qu’ils étaient en grands dangers si les soldats trouvaient leur maison. Etant une croyante sincère, elle s’agenouilla avec ses enfants pour prier et demander à Dieu de les aider et de les protéger.
Durant la nuit, une énorme tempête de neige s’abattit sur la région et elle recouvra d’un mur de neige la maison de cette femme. Le lendemain matin, les cavaliers français passèrent à côté de la maison sans la voir !
Dieu avait élevé ce mur de neige pour la dissimuler du regard des soldats français et pour épargner leur maison. Elle loua Dieu pour ce miracle extraordinaire qu’il avait fait pour eux !
_________________________________________________

Le pont humain !

Il y a tellement d’histoires semblables de miracles et de protections durant ces guerres. Mais les gens et les historiens sont plus intéressés par les batailles, les victoires et les défaites que ces simples histoires humaines qu’ils considèrent comme de simples faits divers !
Il y a une autre histoire de bravoure et de self sacrifice qui est arrivé durant la retraite napoléonienne de Russie. L’armée française était en pleine débâcle et se repliait le mieux qu’elle le pouvait.
L’hiver était très dur et les soldats français étaient bien mal préparés et mal équipés pour y faire face. En plus, des hordes de cavaliers cosaques les harcelés sur leurs flancs aussi bien en plein jour que pendant la nuit.
Ils arrivèrent à une rivière et un pont en bien mauvais état qui finit par céder sur le poids incessant des soldats, des chariots et des canons. Il fallait à tout prix le réparer pour que la colonne de soldats de l’armée française puisse continuer de se replier.
Et là, un fait extraordinaire se passa. Des soldats se jetèrent à l’eau pour réparer le pont endommagé, mais ils finirent par être gelés à mort. Mais d’autres prirent le relais les uns derrière les autres, jusqu’à ce que le pont fût réparé ! Un des plus beaux actes de bravoure durant cette retraite ! Il est même dit que Napoléon pleura quand il entendit cela !
Cette bataille de Russie et cette retraite coutèrent chères à l’armée française qui perdit un tiers de ses effectifs ! Ce que l’armée Russe n’avait pas pu faire, l’hiver rigoureux et le manque de nourriture ont contribué à la défaite française !
Cela nous rappelle cette conversation qu’il y a eu entre Napoléon et un diplomate Russe : Napoléon a dit au diplomate Russe : « Je vais conquérir la Russie ! » et le diplomate Russe de lui répondre : « L’homme propose mais c’est Dieu qui dispose ! » et la suite vous la connaissez ! L’aigle s’est brisé les ailes et a fini sa vie sur l’île d’Elbe abandonné de tous !
_________________________________________________

Quand Dieu partagea la mer !

(Exode 14 :21-23)
Il faut souvent une situation impossible pour que Dieu fasse un miracle. L’extrémité de l’homme c’est opportunité de Dieu !
Les enfants d’Israël par milliers quittaient l’Egypte quand l’armée de Pharaon les rejoignit avec 600 chariots et toute sa cavalerie. Il n’y avait pas d’issue pour les Israéliens acculés à la Mer Rouge.
Alors, une partie d’eux commença à avoir peur et à se plaindre : « Derrière nous il y a l’armée de Pharaon, et devant nous la Mer Rouge ! Nous n’avons plus d’espoir de nous échapper, nous sommes pris au piège ! Cela aurait mieux valu pour nous de continuer à servir les Egyptiens que d’être massacrés dans ce désert ! »
(Durant des temps de crise une importante scission s’opère entre ceux qui ont la foi et qui croient et ceux qui, comme les rats, sautent du bateau quand tout semble perdu et qu’il semble couler. Dans ces moments extrêmes beaucoup de cœurs sont révélés à leur juste valeur!)
C’est alors que Moïse se leva et cria : « Ne craignez pas ! Tenez-vous tranquille et voyez le salut du Seigneur ! »
Alors, Dieu fit un puissant miracle, il fendit la Mer Rouge en deux pour que les Israélites puissent la traverser. Il assécha même le lit de la mer boueuse pour qu’elle devienne sèche pour que les chariots ne s’enlisent pas !
Et nous savons que la Bible nous dit que l’armée du pharaon essaya de traverser eux aussi, mais que les eaux se refermèrent sur eux et engloutir l’armée de Pharaon à tout jamais ! C’est à cette époque que la puissance d’Egypte prit fin !
Ne pensez pas que ce sont justes de belles histoires dans la Bible à raconter aux enfants ! Dieu est bien réel, ce qu’il a réalisé dans le passé, il est capable de le réaliser aujourd’hui !
Laissez-moi vous dire, si Dieu n’était pas là aux commandes cela ferait bien longtemps que l’homme aurait disparu sur la Terre ! Mais finissons ce blog par cette pensée positive :
« Dieu est toujours sur le trône et la prière change les choses »
_________________________________________________
 
 
 
Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message