2016-05-08_004317Grigori Raspoutine : un saint ou un escroc?

Grigori Raspoutine est le personnage de nombreux films
et de romans mais sa personnalité continue toujours à
fasciner le public. Quel est donc le secret du charme
sombre répandu par le nom de Raspoutine ?

Si les uns l’accusaient de tous les péchés mortels,
les autres le vénéraient comme un saint. La vie du
simple paysan devenu ami de la famille du dernier
tsar russe Nicolas Romanov, recèle un bon nombre
d’énigmes. On ignore jusqu’à la date de sa naissance,
sa biographie avant la période saint-pétersbourgeoise
est émaillée de « taches blanches » et des légendes
circulent toujours sur sa mort atroce.

Le futur favori du tsar vit le jour au village sibérien
de Pokrovskoïe. Les villageois se souvenaient que dans
sa jeunesse Grigori leur donnait du fil à retordre :
c’était un ivrogne doublé de bagarreur et de voleur.
A la suite d’un vol, les paysans battirent quasiment
à mort ce garçon égaré mais depuis lors Raspoutine
avait complètement changé : il est devenu religieux
et faisaient des pèlerinages à pied dans des monastères
situés à des milliers de kilomètres de son village natal.

On disait même qu’il avait acquis le don de prophétie.
On se demande si c’était vrai ou si Raspoutine était
simplement un bon comédien mais les rumeurs sur
l’étonnant « starets » Grigori ont fini par atteindre
Petersburg, capitale de l’empire.

En 1904, Raspoutine commence à être reçu par les
aristocrates de la capitale et bientôt on le présente
à la famille impériale.

Tous ceux qui contactaient Raspoutine notaient qu’il
s’en dégageait une aura vraiment magique. Ce paysan
sibérien était sans doute un excellent hypnotiseur.
Dès la première rencontre avec le couple royal,
Grigori prit sur lui un ascendant tout particulier.

Maurice Paléologue, ambassadeur de France en Russie
écrivait : « Il les avait complètement subjugués
comme sous l’effet d’un charme ». D’ailleurs, il y
avait en plus de « charme » une raison plus importante
qui expliquait l’attachement du tsar et de la tsarine
pour Raspoutine : il soignait leur fils, l’héritier
du trône Alexis. Le gamin souffrait d’hémophilie
(trouble de coagulation sanguine) et la moindre
égratignure pouvait lui devenir fatale. Les meilleurs
médecins se déclaraient impuissants mais « le starets »
parvenait curieusement à arrêter les saignements d’Alexis.

« L’héritier vivra tant que je vis », suggérait
Raspoutine au couple impérial et ajoutait :
« Ma mort sera aussi la vôtre ». L’influence de ce
paysan inculte à la cour du tsar grandissait d’année
en année. Raspoutine prenait des pots-de-vin pour faire
du lobbying en faveur des transactions commerciales ou
pour aider les fonctionnaires à obtenir les postes
convoités.

Personne n’osait rien refuser au favori du tsar. Grigori
menait cependant un grand train et le tout Petersburg
faisait des ragots sur ses beuveries et ses parties de
débauche avec les femmes de la haute société. Des rumeurs
sordides ont couru sur les liaisons intimes du « starets »
avec la tsarine et ses filles.

Le prestige de la dynastie régnante se dégradait à vue
d’œil. Grigori Raspoutine se mêlait également de la
politique en dissuadant Nicolas II à prendre part aux
conflits armés. Ce paysan madré sentait que cela allait
mal tourner pour la monarchie. La vie a montré qu’il
avait raison!

En effet, quand la Russie s’était finalement
engagée dans la Première guerre mondiale, Raspoutine a
convaincu le tsar à prendre le commandement de l’armée
mais Nicolas II s’est révélé être un piètre chef militaire.

La haine de Raspoutine n’a pas tardé à embraser toute
la société. Voulant sauver la famille du tsar de
l’influence maléfique du « starets » plusieurs
aristocrates ont décidé de tuer Raspoutine.

Dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916, les conspirateurs
l’ont invité dans la maison du prince Félix Youssoupov.
On lui avait servi des pâtés et du vin empoisonnés mais
le puissant poison est, curieusement, resté sans effet
sur lui!

Alors Youssoupov lui tira dans le dos et Raspoutine
s’effondra. Mais pendant que les conspirateurs se
préparaient à se débarrasser du corps, « le cadavre »
se ranima soudain, bouscula Youssoupov et se précipita
dehors. Les conspirateurs lui fracassèrent le crâne et
jetèrent le corps dans les eux glacées de la Neva.
L’expertise devait établir par la suite qu’empoisonné,
criblé de balles et mutilé, Raspoutine était toujours
vivant avant de plonger dans l’eau comme si un pouvoir
inconnu tentait de le retenir en ce monde. La mort de
« l’hypnotiseur » n’a pas sauvé la monarchie.

Deux révolutions à la fois ont ébranlé la Russie en 1917,
d’abord celle antimonarchique de février suivi de
révolution d’Octobre qui a fait table rase de l’ancien
régime. Nicolas II et sa famille ont été fusillés par
les bolcheviks en 1918.

Ainsi s’accomplit pleinement la prédiction de Raspoutine:
« Ma mort sera aussi la vôtre »…
Grigori Raspoutine était considéré différemment de son
vivant : pour certains c’était un saint, pour d’autre
un démon malfaisant, les uns croyaient qu’il avait
attiré le malheur sur la famille de Nikolaï II, les
autres – qu’il était un prophète calomnié. Ce simple
moujik inculte, ce paysan sibérien a réussi à devenir
le confident de l’impératrice, l’ami du tsar, le maître
des destinées de l’empire – il provoquait l’irritation,
l’envie, la haine et finalement, il a été tué par des
conspirateurs en décembre 1916.

Au cours du siècle passé, dans le monde, on a tourné
près de 300 films sur Raspoutine.
Et ce n’est pas terminé.

************

Patrick commentaire :

Je crois sincèrement que Raspoutine était un homme de Dieu.
Que Dieu lui avait donné certains pouvoirs pour influencer
le Star et sa famille. Il avait une mission à accomplir,
car Dieu savait déjà ce qui allait arriver à la Russie,
la prise du pouvoir par les communistes.
Il était un prophète inspiré et un guérisseur. Il avait une
très grande influence sur les gens et une très grande foi
aussi et il aimait Dieu.
Mais hélas, il avait beaucoup d’ennemis, spécialement dans les
sphères élevées de l’aristocratie et de la bourgeoisie russe.
Il était un homme de passion. Il aimait le vin, les femmes.
Est-ce que cela faisait de lui un monstre qui hypnotisé ses
proies ?
S.V.P, prenez une Bible, et lisez toutes les accusations et
les mensonges qu’on a dit sur le fils de Dieu !
Là encore, le ministère de la vérité dépend de vous ;
qui allez-vous croire ?

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post