ÉVOLUTION – SCIENCE OU FICTION ?

 Chapitre 9

 Le modèle de la Création offre-t-il une alternative crédible?

Même si nous n’avons pu examiner, au cours des chapitres précédents, chaque aspect de la théorie de l’évolution, nous avons fait état de suffisamment de failles dans la théorie pour la démystifier aux yeux du lecteur impartial ou la rendre pour le moins extrêmement discutable. Cette théorie a très peu d’arguments scientifiques en sa faveur, mais en revanche il existe de nombreuses preuves scientifiques pour la contredire. Si elle n’avait pas eu les faveurs de la communauté scientifique, il y a belle lurette qu’elle aurait sombré dans l’oubli.

Que dire des autres théories ? Le récit biblique de la Création peut-il résister à un examen scientifique approfondi ? Pour expliquer les origines, le livre de la Genèse présente des récits pour le moins fantastiques, comme par exemple la Création du monde en six jours, un couple unique dont tous les hommes seraient les descendants, un déluge planétaire qui aurait détruit tous les êtres vivants sauf les huit occupants de l’Arche de Noé (Noé et son épouse ainsi que leurs trois fils et leurs trois belles-filles), pour ne citer que ceux-là. Sans oublier le fait que le récit biblique laisse entendre que c’est tout l’univers, et pas seulement la terre, qui est âgé de 6000 ans. Dans un souci d’impartialité, nous avons le devoir d’examiner ces affirmations avec autant de rigueur que celles formulées par les tenants de l’évolution.

Que dit le livre de la Genèse ?

Commençons donc au commencement tel qu’il est relaté aux deux premiers chapitres de la Genèse.

*******

             
Le Premier Jour

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était alors informe et vide. Les ténèbres couvraient l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Et Dieu dit alors : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Il sépara la lumière des ténèbres. Il appela la lumière ‘jour’ et les ténèbres ‘nuit’ Il y eut un soir, puis un matin. Ce fut le premier jour (La Genèse 1:1-5)

Liste récapitulative de Dieu pour le premier jour

  • La planète Terre

  • La lumière

  • Séparation de la lumière et des ténèbres

Au moment de sa création, la terre était une planète aqueuse, informe, suspendue dans les ténèbres et le vide de l’espace. II n’y avait ni soleil, ni lune, ni étoiles, ni planètes ! Il n’y avait absolument rien d’autre. Il va de soi que cette description est absolument incompatible avec la théorie du big bang qui soutient que la terre et l’univers tout entier ont surgi d’un point de matière infiniment petit mais infiniment dense. En réalité, il n’existe aucune preuve scientifique pour réfuter la thèse biblique selon laquelle la terre fut créée en premier.

Ensuite, Dieu créa la lumière physique. Les évolutionnistes n’ont pas manqué de demander comment la lumière pouvait exister avant même la création du soleil, qui survint le quatrième jour d’après le récit biblique. Ce détail particulier ne figure pas dans le récit biblique de la Création qui est, somme toute, très concis, mais il est évident que la lumière devait provenir d’une source autre que le soleil. Par ailleurs, il est clair que la lumière provenait d’une seule direction et que la terre tournait déjà autour de son axe, puisqu’il y avait déjà  un soir, puis un matin ; à tout moment, une moitié du globe terrestre était exposée à la lumière.

*******

Le deuxième jour

Et Dieu dit : Qu’il y ait une étendue entre les eaux pour les séparer. Dieu fit l’étendue. Il sépara les eaux d’en dessous de l’étendue des eaux d’au-dessus. Et ce fut ainsi. Dieu appela cette étendue ‘ciel’. Il y eut un soir, puis un matin ; ce fut le deuxième jour (La Genèse 1:6-8)

Liste récapitulative de Dieu pour le deuxième jour

  • L’atmosphère

  • L’eau

  • Séparation des eaux

Lorsque les eaux furent  séparées par l’étendue le ciel, une partie des eaux restèrent à la surface de la planète tandis que l’autre partie se retrouva dans les cieux atmosphériques. On a émis l’hypothèse qu’à l’époque, ces eaux atmosphériques revêtaient la terre d’une sorte de voûte aqueuse.

*******

Le troisième jour 

Et Dieu dit: –Je veux que les eaux d’au-dessous du ciel se rassemblent en un seul endroit afin que la terre ferme paraisse. Et ce fut ainsi. Dieu appela ‘terre’ la terre ferme, et ‘mer’ l’amas des eaux. Et Dieu vit que c’était bon. Et Dieu dit : –Que la terre se recouvre de verdure, d’herbe portant sa semence, et d’arbres fruitiers produisant du fruit selon leur sorte, portant chacun sa semence, partout sur la terre. Et ce fut ainsi. La terre fit germer de la verdure, de l’herbe portant sa semence selon sa sorte et des arbres produisant du fruit selon leur sorte, portant chacun sa semence. Dieu vit que c’était bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le troisième jour (La Genèse 1:9-13)

Liste récapitulative de Dieu pour le troisième jour

  • La terre ferme et les mers

  • Un dispositif permettant d’arroser toute la surface du sol impliquant

  • L’existence de sources d’eau ou d’une brume, ou des deux à la fois.

  • La végétation, les plantes portant leur semence, les arbres produisant des fruits

L’eau restée à la surface de la terre fut rassemblée en un seul endroit. Cela semblerait indiquer qu’il y avait sur la terre un unique océan, et par déduction, un unique continent. Ensuite, tous les différents types de végétation furent créés à l’état de plantes et d’arbres adultes, chacun portant déjà des semences et des fruits.

*******

Le quatrième jour 

Et Dieu dit : –Que, dans l’étendue du ciel, il y ait des luminaires, pour que l’on distingue le jour de la nuit, et pour marquer les saisons, les jours et les ans. Que dans l’étendue du ciel, ils servent de luminaires pour illuminer la terre. Et ce fut ainsi. Dieu fit deux grands luminaires, le plus grand des deux afin qu’il préside au jour, et le plus petit pour présider à la nuit. Il fit aussi les étoiles. Et Il les plaça dans l’étendue du ciel afin d’illuminer la terre, de présider au jour ainsi qu’à la nuit, et de séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que c’était bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le quatrième jour (La Genèse 1:14-19)

Liste récapitulative de Dieu pour le quatrième jour

  • Le soleil

  • La lune

  • Le reste de l’univers

C’est le tour du reste de l’univers ! Le soleil, la lune, tous les astres et toutes les autres planètes furent créés ce jour-là. Le moment est venu de poser la grande question : si l’univers a été créé il y a plusieurs milliers d’années au lieu de plusieurs millions d’années, comment se fait-il que certaines étoiles soient situées à des millions d’années-lumière et que nous soyons pourtant en mesure de voir leur lumière. En fait, si l’on en croit le récit de la Genèse, il semblerait que la lumière émanant de ces astres était visible de la terre le jour même où elles furent créées.

Il existe des réponses simples et tout à fait plausibles. La première c’est que si Dieu peut créer ces étoiles très distantes, ce n’est pas plus difficile pour Lui de les créer avec leur lumière en route pour la terre, de façon à ce qu’elle nous parvienne le jour même où elles ont été créées. La seconde c’est que Dieu aurait très bien pu créer la lumière pour qu’en apparence elle semble provenir d’une distance de plusieurs millions d’années-lumière, sans que pour autant ce soit le cas. Ce qui toutefois voudrait dire que nous observons des phénomènes dans le ciel de la nuit, qui n’ont jamais eu lieu. Par exemple, nous pouvons observer l’explosion de supernovas très distantes et la lumière qui nous en parvient nous renseigne de façon très détaillée sur la nature de ces phénomènes, comme leur vitesse d’expansion, la nature des isotopes présents, et même la réverbération de l’écho lumineux en provenance d’un amas gazeux se trouvant à proximité. Dans l’hypothèse d’un tel scénario, ces phénomènes n’auraient en fait jamais eu lieu, ce qui ne paraît pas compatible avec la nature de Dieu. En tout état de cause, ces hypothèses ne résistent pas bien longtemps à une analyse scientifique un tant soit peu rigoureuse.

Une autre hypothèse d’une nature plus philosophique c’est que, comme tout inventeur, Dieu avait déjà conçu dans Son esprit l’ensemble de Sa création bien avant de lui donner vie. Tous ces phénomènes comme les étoiles et leur lumière auraient très bien pu, dans l’esprit de Dieu, être des concepts en devenir avant de passer du stade de concept à l’état réel, et par conséquent ils se seraient développés à la vitesse de la pensée de Dieu. Nul ne peut dire à quelle vitesse Dieu pense, et puisqu’Il n’est pas assujetti au temps, la notion de vitesse ne peut s’appliquer à Ses pensées. Il aurait pu créer un univers parfaitement achevé exactement de la même façon qu’Il a créé sur la terre des animaux et des végétaux à l’état adulte.

Quoi qu’il en soit, il existe également des explications fondées sur des principes scientifiques. La discipline scientifique qui a pour objet l’étude des origines et de la structure de l’univers est la cosmologie. Il se trouve que des scientifiques chrétiens ont conçu des modèles intéressants qui permettraient d’expliquer comment l’univers peut mesurer plusieurs centaines de millions, voire de milliards d’années-lumière, alors qu’il ne serait âgé que d’environ 6000 ans. Certes, rien ne prouve que Dieu s’y est pris de la manière que le laisseraient supposer ces modèles, néanmoins ces modèles sont plausibles d’un point de vue scientifique. Par conséquent, ces derniers montrent qu’une Création en six jours est tout à fait possible, scientifiquement parlant.

Un de ces modèles est décrit par le Dr. Robert Humphreys dans son ouvrage intitulé La lumière des étoiles et le temps. [1] Son modèle est fondé sur la théorie générale de la relativité d’Einstein.

Humphreys émet deux hypothèses de base: premièrement, l’univers est fini et par conséquent, il a un centre ; deuxièmement, notre système solaire, et donc la terre, sont situés à proximité du centre de l’univers. L’idée que l’univers est fini est fondée puisque tous les phénomènes que l’on peut observer dans l’univers physique ont des limites. L’hypothèse selon laquelle la terre est située à proximité du centre de l’univers paraît confirmée par l’observation astronomique.

Le modèle du Dr. Humphreys se fonde sur deux observations : premièrement, la vitesse à laquelle un objet se déplace est égale à la distance parcourue divisée par la durée du déplacement ; et deuxièmement, la gravité fait subir une distorsion à la structure du temps (comme l’a fait valoir Einstein dans sa théorie générale de la relativité). Plus la force de gravitation est élevée, plus le temps de déplacement paraît long. À l’inverse, plus la force de gravitation est faible, plus la vitesse de déplacement paraît rapide.

La théorie de la relativité générale d’Einstein permet d’expliquer que la création du reste de l’univers ait pu avoir lieu en un seul jour.

Lorsqu’on a affaire à une masse gigantesque dotée d’une énorme densité, la distorsion gravitationnelle peut atteindre un niveau tel qu’elle empêche la lumière elle-même de s’échapper. C’est ce qu’on appelle un trou noir. Les équations fondamentales de la relativité générale suggèrent qu’à la limite invisible entourant une telle concentration de matière (que l’on appelle ‘l’horizon temporel’ , c’est-à-dire le point où les rayons de lumière qui essaient d’échapper à l’énorme gravité se replient sur eux-mêmes), le temps s’arrête littéralement.

Si la terre est située près du centre de l’univers, alors l’effet de la gravité est beaucoup plus important qu’en bordure de l’univers. Et n’oublions pas que l’univers est en expansion — ce que la Bible semble d’ailleurs confirmer par des versets comme Ésaïe 42:5, Jérémie 10:12, et Zacharie 12:1, où l’on nous dit que Dieu a ‘étendu’ ou ‘déployé’ les cieux.

Si l’univers n’est pas beaucoup plus grand que ce que nous pouvons observer, et s’il était cinquante fois plus petit dans le passé, on peut logiquement en déduire, en s’appuyant sur les lois de la relativité générale, qu’il a dû se dilater à partir d’un état antérieur dans lequel il était entouré par un horizon temporel (état que l’on désigne sous l’appellation de ‘trou blanc’ — qui, autrement dit, fonctionne à l’inverse d’un trou noir, ce qui, toujours d’après les équations de la relativité générale, est du domaine du possible)

Au fur et à mesure que la matière formant l’univers atteignait l’horizon temporel, l’horizon lui-même a dû se contracter pour finir par disparaître totalement. À un certain moment, le temps terrestre relativement à un point très éloigné dans l’espace, se serait donc arrêté. Un observateur humain situé sur la terre n’aurait ressenti aucune différence. Cependant, il aurait fallu des milliards d’années (dans un système de référence terrestre) pour que la lumière (dans le système de référence à l’intérieur duquel elle se déplaçait dans l’immensité de l’espace) atteigne la terre, pour que les étoiles vieillissent, etc., alors qu’un laps de temps inférieur à un jour ordinaire se serait écoulé sur terre. Si l’on en croit la Bible, la création du soleil, de la lune et des étoiles (avec leur lumière visible depuis la terre) a eu lieu en l’espace d’un seul jour terrestre. Ce concept de dilatation ou d’étirement démesuré du temps sous l’action de la gravitation paraît inévitable d’un point de vue scientifique si l’on admet que l’univers fini a subi une expansion considérable.

Ce modèle de l’univers s’appuie sur des lois mathématiques et physiques (la théorie de la relativité générale) qui sont acceptées par tous les cosmologistes. C’est un modèle qui admet — avec pratiquement tous les astrophysiciens — qu’il y a eu, dans le passé, expansion de l’univers.

Une telle explication peut sembler quelque peu insolite, mais il ne faut pas oublier que c’est Dieu qui a créé toutes les lois sur lesquelles la science se fonde, et que la vraie science ne remet pas en question l’existence de Dieu ni Son rôle de Créateur de l’univers. Dieu travaillait dans la sphère physique lorsqu’Il a tout créé, il y a donc tout lieu de croire qu’il existe des réponses scientifiques — dont beaucoup n’ont pas encore été découvertes — à toutes ces interrogations.

Depuis combien de temps la lune s’éloigne-t-elle de la terre ? [2]

par Jonathan Sarfati [3]

La friction exercée par les marées ralentit la rotation de la terre, si bien que la durée d’un jour augmente de 0,002 secondes par siècle. Cela signifie que le moment angulaire de la terre diminue. La loi de conservation du moment angulaire veut que la valeur du moment angulaire perdu par la terre soit gagnée par la lune. C’est pour cette raison que la lune s’éloigne lentement de la terre à la vitesse d’environ 4 centimètres par an, et que par ailleurs cette vitesse était plus élevée par le passé. Or, la lune n’aurait jamais pu s’approcher de la terre à moins de 18 400 kilomètres, étant donné ce qu’on appelle la limite de Roche. [4] En effet, la force gravitationnelle de la terre (résultante des forces de gravitation s’exerçant sur différentes parties de la lune) aurait fait voler la lune en éclats. Mais même en admettant qu’à l’origine la lune était au contact de la terre (c’est-à-dire qu’elle la touchait) avant de commencer à s’en éloigner, il lui aurait fallu 1,37 milliards d’années pour arriver à la distance où elle se trouve. [5] Notez bien qu’il s’agit là de l’âge maximum possible de la lune, et que c’est beaucoup trop jeune pour accréditer la thèse de l’évolution (et beaucoup plus jeune que ‘les dates’ radiométriques attribuées aux échantillons de roches lunaires) Il ne s’agit pas de l’âge réel de la lune !

*******

Le cinquième Jour 

Que les eaux foisonnent d’une multitude d’animaux vivants, et que des oiseaux volent dans le ciel, au-dessus de la terre ! Alors Dieu créa les grands animaux marins et tous les êtres vivants qui se meuvent et qui foisonnent dans les eaux, selon leur sorte, et tous les oiseaux ailés selon leur sorte. Et Dieu vit que c’était bon. Et Il les bénit, en ces termes : –soyez féconds, multipliez-vous, remplissez les eaux des mers, et que les oiseaux aussi se multiplient sur la terre. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le cinquième jour (La Genèse 1:20-23)

Liste récapitulative de Dieu pour le cinquième jour

  • Les animaux marins

  • Les oiseaux

Le mot hébreu qu’on a traduit par grands animaux marins est le mot tanniyn, qu’on pourrait également traduire par monstres marins ou terrestres. Le mot traduit par être vivant est nephesh, qu’on aurait pu traduire plus littéralement par créature qui respire. Donc les animaux marins furent créés le cinquième jour ainsi que les dinosaures marins selon toute probabilité.

*******

Le sixième jour

Et Dieu dit : –Que la terre produise des êtres vivants selon leur sorte, des bestiaux, des reptiles et des insectes, et des animaux sauvages selon leur sorte. Et ce fut ainsi. Dieu fit les animaux sauvages selon leur sorte, Il fit les bestiaux selon leur sorte, les reptiles et les insectes selon leur sorte. Et Dieu vit que c’était bon. Et Dieu dit : faisons les hommes pour qu’ils soient notre image, ceux qui nous ressemblent. Qu’ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les bestiaux sur toute la terre et sur tous les reptiles et les insectes. Dieu créa les hommes pour qu’ils soient Son image, oui, Il les créa pour qu’ils soient l’image de Dieu. Il les créa homme et femme. Dieu les bénit en disant : –soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, rendez-vous en maîtres, et dominez les poissons des mers, les oiseaux du ciel et tous les reptiles et les insectes. Et Dieu dit : –Voici, Je vous donne pour vous en nourrir, toute plante portant sa semence partout sur la terre, et tous les arbres fruitiers portant leur semence. Je donne aussi à tout animal vivant sur la terre, aux oiseaux du ciel, à tout animal qui se meut à ras de terre, et à tout être vivant, toute plante verte pour qu’ils s’en nourrissent. Et ce fut ainsi. Dieu considéra tout ce qu’Il avait créé, et trouva cela très bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le sixième jour (La Genèse 1:24-31 )

 L’Éternel Dieu façonna l’homme avec de la poussière du sol, Il lui insuffla dans les narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. L’Éternel Dieu planta un jardin vers l’Orient : l’Eden, le Pays des délices. Il y plaça l’homme qu’Il avait façonné. …L’Éternel Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder. L’Éternel Dieu dit : –Il n’est pas bon que l’homme soit seul, Je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis. L’Éternel Dieu, qui avait façonné du sol tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, les fit venir vers l’homme pour voir comment il les nommerait, afin que tout être vivant porte le nom que l’homme lui donnerait. L’homme donna donc un nom à tous les animaux domestiques, à tous les oiseaux du ciel et aux animaux sauvages. Mais il ne trouva pas d’aide qui soit son vis-à-vis. Alors L’Éternel Dieu plongea l’homme dans un profond sommeil. Pendant que celui-ci dormait, Il prit une de ses côtes et referma la chair à la place. Puis l’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’Il avait prise de l’homme, et Il l’amena à l’homme. (La Genèse 2:7-8, 15, 18-22)

Liste récapitulative de Dieu pour le sixième jour

  • Les animaux terrestres

  • L’homme

  • Le Jardin d’Eden

  • Adam nomme les animaux

  • La femme

Une journée plutôt chargée ! On admet que Dieu puisse faire beaucoup de choses en une journée, mais que dire d’Adam ? Comment aurait-il pu, le jour même où il avait été créé, nommer tous les animaux, puis faire la sieste et se retrouver avec une femme à son réveil ?

Une lecture minutieuse de ce passage nous révèle qu’Adam n’a pas nommé tous les animaux, mais uniquement les animaux domestiques, les oiseaux du ciel et un groupe d’animaux que la Bible appelle les animaux des champs. Un peu plus haut, en Genèse 1:24-25, on nous dit que le sixième jour, le Seigneur créa les animaux sauvages de chaque espèce. Il semblerait que les animaux des champs soient un sous–groupe des animaux sauvages de toutes espèces. Adam se trouvait dans le jardin d’Eden, mais tous les animaux ne s’y trouvaient peut-être pas. Il se pourrait que les animaux des champs étaient ceux qui se trouvaient dans le Jardin d’Eden.

Néanmoins, n’importe qui aurait beaucoup de mal à nommer tous ces animaux en une seule journée. Un chapitre ultérieur de ce livre consacré au déluge s’emploie à estimer le nombre d’espèces vivantes existant à l’époque, mais sachez que les scientifiques créationnistes ont estimé qu’Adam n’aurait pas eu à nommer plus de 3000 espèces d’animaux.

Arrêtez-vous un instant et chronométrez-vous pour voir combien d’animaux vous pourriez nommer en une minute. L’auteur de ce livre est parvenu à en nommer quarante lorsqu’il s’est livré à une expérience similaire. Même si Adam n’avait pas pu faire mieux que cela, il aurait tout de même réussi à nommer 3000 animaux en une heure et quart. Certes, la comparaison n’est sans doute pas valable étant donné que les noms des animaux étaient déjà connus lors de l’expérience en question. Mais Adam disposait du cerveau le plus parfait (à l’exception de celui d’Ève éventuellement) qu’un être humain ait jamais possédé, et il est probable qu’il aurait pu nommer les animaux beaucoup plus rapidement. Adam était sans doute l’être humain le plus parfait qui ait existé. Il venait juste d’être créé, il n’avait commis aucun péché, et en plus il avait la possibilité de communiquer directement avec Dieu. Si quelqu’un était à la hauteur de cette tâche, c’était bien Adam. Même à un rythme modéré de 10 noms par minute, il ne lui aurait pas fallu plus de cinq heures pour nommer tous les animaux.

Un jour suffisait à Adam pour nommer les animaux.

Il y a un autre élément qu’il ne faut pas oublier de prendre en considération: c’est que le but de cet exercice qui consistait à nommer tous les animaux, était de montrer à Adam qu’aucune partenaire n’avait encore été créée pour lui. Ainsi au moment où Ève apparaîtrait, Adam comprendrait qu’elle était destinée à devenir sa compagne et il l’apprécierait à sa juste valeur.

Donc Adam s’endort, et Dieu crée Ève à partir d’une de ses côtes. Certains sceptiques ne manqueront pas de faire remarquer que les hommes n’ont pas une côte de moins que les femmes. On peut répondre en posant la question suivante : les enfants d’un homme qui a perdu un bras sont-ils manchots pour autant ? La réponse est évidente !

Ce bref aperçu de la semaine de la Création nous montre que le récit biblique de la Création résiste à l’examen scientifique. Nous admettrons que certains points ne sont pas clairs, et qu’on ne peut pas les prouver scientifiquement, mais la différence fondamentale qui existe entre les deux théories, c’est que la science ne peut pas réfuter le récit biblique de la Création, alors qu’elle peut, et qu’elle a déjà amplement réfuté la théorie de l’évolution. Ceux qui refusent de croire à la Création le font par choix personnel, et non pour la raison qu’elle n’est pas fondée scientifiquement.

***

[1] Humphreys, D. R., La lumière des étoiles et le temps (Green Forest, Arkansas: Master Books, 1994) 137 pp.

[2] Extrait de “La lune: le luminaire qui préside à la nuit.” Première édition dans Création 20(4): 36-39, septembre-novembre 1998.

[3] Le Docteur Jonathan D. Sarfati est né en 1964 à Ararat, dans la province de Victoria, en Australie. C’est un chimiste créationniste qui est affilié à AiG (Australie). Lorsqu’il était enfant, il déménagea en Nouvelle-Zélande et par la suite il fit des études de sciences à l’université Victoria de Wellington où Il obtint un diplôme en science physique (physique nucléaire et matière condensée) et en chimie (avec mention). Il obtint son doctorat de chimie pour sa thèse intitulée “Une étude spectroscopique de certaines molécules chalcogénides en anneaux-cages.”  Il est co-auteur de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques sur les superconducteurs à haute température et les molécules en anneaux-cages des composés du selénium.)

[4] Édouard Roche fut le premier à décrire la limite de Roche en 1848. C’est la distance minimale à laquelle un corps céleste peut s’approcher d’une planète sans être détruit par les forces de gravitation de la planète. C’est pour cette raison que les satellites de grande taille ne peuvent survivre en deçà de la limite de Roche. Le 7 juillet 1992, la Comète de Shoemaker-Levy 9 s’est désintégrée en 21 fragments sous l’effet de la gravitation au moment où elle a dépassé la limite de Roche de Jupiter ; au cours des passages suivants, chacun des fragments de la comète est entré en collision avec Jupiter.

[5] Les forces gravitationnelles sont inversement proportionnelles au cube de la distance, par conséquent la vitesse de récession est inversement proportionnelle à la distance à la puissance 6.

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post