Des pierres qui se transforment en routes

C’est tout à fait compréhensible que l’on puisse considérer le futur avec une certaine appréhension. Peut-être que lorsque vous jetez un regard sur le passé, vous voyez les difficultés, les incertitudes et les revers qui ont balloté votre vie. Votre cœur est peut-être toujours lourd à cause des chagrins et des déceptions qui vous ont accablés.

Tout cela fait que le futur peut paraître inquiétant. Mais écoutez un peu cette bonne nouvelle ! Malgré tout ce qui peut bouleverser notre vie sans avertir, nous avons les promesses infaillibles de Dieu ; et Il nous assure qu’Il sera toujours à nos côtés pour nous guider et nous fortifier, et pour combler nos cœurs de sa paix, de son réconfort et de foi.

Il est là pour nous aider à persévérer à travers les tempêtes et les épreuves de la vie. Il est avec nous pour nous guider vers la lumière et l’espoir d’un nouveau jour avec Lui. Il peut même se servir des difficultés que nous rencontrons pour nous fortifier et nous aider à aller de l’avant.

Voici la scène : Des jets de pierres vous tombent sans arrêt dessus. Vous avez l’impression d’avoir été frappé par une avalanche. Ces pierres, ce sont les épreuves, les revers, les événements décourageants, les souffrances et les chagrins qui font partie intégrante de la vie.

Je crois que nous avons tous reçu ces douloureux jets de pierre aux effets débilitants, comme la dépression, la condamnation, le chagrin ou la peur.

La bonne nouvelle, c’est que rien ne nous oblige à les laisser handicaper notre futur. La manière dont ces pierres affectent notre vie dépend beaucoup de notre attitude.

Ces pierres qui nous frappent sont peut-être la conséquence de perceptions erronées, de malentendus ou de choses que nous imaginons à tort.

Ou alors elles ont un fondement réel.

Mais de toute façon, nous avons un Sauveur qui peut nous aider à dissiper ce qui n’est pas réel, et à transformer les vraies difficultés en quelque chose de totalement positif ; Il peut nous aider à relever le défi de nos épreuves, en sorte que nous devenons plus forts, que nous gagnons en sagesse, et que nous Lui ressemblons davantage.

Si nous fixons notre esprit sur la réalité des promesses de Dieu et sur son amour pour nous et nos bien-aimés, ces projectiles, qui menacent de nous détruire, s’écraseront sur le sol où la pluie de son amour les transformera en une route solide où nous pourrons aller de l’avant.

Avez-vous déjà vu du calcaire broyé ? On dirait du gravier poussiéreux, mais quand on le répand sur un chemin de terre, quelque chose d’incroyable se produit. La pluie ne l’emporte pas. Au contraire, le calcaire réagit chimiquement avec l’eau et durcit pour former une surface semblable à du ciment, qui transforme le chemin plein d’ornières en une route extrêmement résistante à l’eau et à l’érosion.

C’est ainsi que Dieu peut transformer notre vie. Quand nous refusons de nous laisser abattre par nos problèmes et que nous les Lui remettons, Il peut alors nous montrer comment les transformer, afin que nous grandissions dans l’endurance et la foi.

***

Appliquons le baume de l’amour

Dennis Edwards

Il y a plusieurs années de cela, un 17 mars à minuit, le jour de la Saint-Patrick –j’ai reçu un coup de téléphone du colocataire de mon fils de 27 ans, des Bermudes. Mon fils avait été porté disparu et on avait retrouvé ses vêtements sur une plage des environs.

Ma première réaction fut de tomber à genoux et d’implorer Dieu en prière. Alors, j’ai vu une image de mon fils qui entrait au ciel, à la grande joie de mes parents et d’autres êtres chers qui nous avaient déjà quittés.

J’ai tout de suite su qu’on ne le retrouverait pas vivant. Et en effet, cinq jours plus tard, la mer a ramené son corps sur le rivage.

Qu’est-ce qui m’a aidé à traverser ces moments particulièrement douloureux ?

Qu’est-ce qui m’a mis du baume au cœur ?

Tout d’abord, bien sûr, ce qui a été ma plus grande source de réconfort, c’est ma relation avec Dieu ; mais un autre élément important, qui m’a aidé à guérir de façon tangible et physique, a été l’amour et l’encouragement dont les gens ont fait preuve envers moi.

Le premier jour de mon arrivée aux Bermudes, je suis entré dans un commerce pour demander mon chemin, et j’ai mentionné à la jeune vendeuse que j’étais le père du jeune homme qui s’était noyé quelques jours auparavant.

Elle m’a dit avec beaucoup de gentillesse : Je suis sincèrement désolée, et elle m’a pris dans ses bras. Et ce n’est pas la seule fois où j’ai été sincèrement réconforté par des personnes qui m’étaient complètement étrangères.

Dieu promet de nous consoler quand nous sommes dans la peine. Jésus a dit qu’Il nous enverrait le Consolateur, le Saint-Esprit. Il veut que nous soyons consolés.

Mais si nous gardons notre chagrin pour nous-mêmes, si nous ne parlons pas de notre peine, nous ne pouvons pas recevoir l’amour et l’encouragement dont nous avons besoin ; notre processus de guérison risque d’être beaucoup plus long, et il se pourrait même qu’il ne puisse jamais s’achever.

N’essayez pas de cacher vos émotions. Ne souffrez pas en silence.

Partagez votre peine avec vos proches pour qu’ils puissent vous aider à surmonter votre chagrin et à guérir.

Dieu s’emploie à nous rapprocher les uns des autres, en sorte que nous soyons ses mains, ses bras, sa bouche et ses oreilles, pour nous réconforter mutuellement.

Quand nous recevons de l’amour et du réconfort au moment où nous en avons besoin, par la suite nous pouvons transmettre ce réconfort et cet amour à ceux qui sont dans l’angoisse et qui souffrent.

Le Dieu qui réconforte dans toutes les situations. Il nous réconforte dans toutes nos détresses, afin qu’à notre tour nous soyons capables de réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses, en leur apportant le réconfort que Dieu nous a apporté. (2 Corinthiens 1:3–4)

***

Le réservoir secret

Rosane Pereira

Il existe une vieille fable au sujet de deux voisins qui avaient tous deux planté des vergers. L’un d’eux arrosait ses plants d’arbres tous les jours, tandis que l’autre ne le faisait qu’une ou deux fois par semaine. Lorsqu’arriva la saison sèche, les arbres du premier fermier se desséchèrent, tandis que les arbres du second continuèrent à pousser avec une belle régularité.

Comme les plants n’avaient pas été arrosés aussi souvent, leurs racines s’étaient enfoncées profondément dans le sol pour y trouver les nappes d’eau souterraines.

Je me souviens de l’époque où j’ai dû creuser au plus profond de mon âme pour y trouver de l’eau. Notre famille vivait dans une ville située à la frontière du Brésil et de l’Argentine. Nos affaires marchaient bien, et nous venions de déménager dans une jolie maison agrémentée d’un jardin que nous avions transformé en un mini-terrain de football pour nos garçons.

Et subitement, mon mari a fait une crise cardiaque et il est décédé après être resté trois semaines en soins intensifs. D’un seul coup, tout mon univers s’est effondré.

Seuls ceux qui en ont fait eux-mêmes l’expérience peuvent comprendre les émotions que l’on éprouve après la perte d’un être cher. C’était comme perdre un bras ou une jambe.

Je rêvais qu’il était encore là parmi nous, et parfois il m’arrivait de voir quelqu’un dans la rue et de penser pendant quelques instants que c’était lui; mais ce n’était pas possible, bien sûr, puisque Jésus l’avait rappelé à Lui.

Ce qui m’a gardée c’est ma foi dans le Ciel et de savoir qu’un jour je serais réunie  à lui. Ces eaux profondes, qui m’assuraient que Dieu ne me laisserait ni ne m’abandonnerait jamais (Cf.Hébreux13:5), m’ont donné la force et le courage d’affronter les nombreux défis qui m’attendaient.

Aujourd’hui, j’ai le bonheur d’être entourée de mes petits–enfants, et je me considère comme extrêmement bénie. Quand je suis confrontée à des problèmes   ou des difficultés, comme cela m’arrive encore, je me rappelle que Dieu ne m’a   pas laissé tomber dans cette épreuve extrêmement difficile et qu’Il m’a donné la force et le courage de continuer à avancer.

Mon réservoir secret vient de Philippiens 4:6–7, que j’ai affiché sur le mur au-dessus de mon bureau :

Ne soyez inquiets de rien, mais demandez toujours à Dieu ce qu’il vous faut. Et quand vous priez, faites vos demandes avec un cœur reconnaissant. Ainsi la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que nous pouvons comprendre, gardera vos cœurs et vos pensées unis au Christ Jésus.

Les gens les plus forts–ceux qui rient de bon cœur et qui ont les sourires les plus radieux, sont souvent des personnes qui ont dû faire face aux épreuves les plus douloureuses. Mais ils ont décidé qu’ils ne se laisseraient abattre par rien ni personne, et ils montrent ainsi au monde qui est le patron.

***

JUSTE POUR RIRE !

Un banquier est quelqu’un qui va vous prêter de l’argent, si vous arrivez à lui prouver que vous n’en avez aucun besoin !

N’ayez pas peur d’entreprendre des projets pour lesquels vous pensez ne pas avoir suffisamment de savoir-faire ; souvenez-vous que l’arche de Noé fut construite par des amateurs ; le Titanic par des professionnels !

Les adolescents n’ont pas beaucoup changé ; ils grandissent, quittent la maison, se marient et ont des enfants. La seule différence, c’est qu’aujourd’hui ils ne le font pas toujours dans cet ordre !

Les enfants ne comprennent pas pourquoi un pays qui fabrique des bombes atomiques interdit la vente des pétards !

Dans une élection, pourquoi appelle-t-on ceux qui se présentent  candidats , quand la plupart d’entre eux sont loin d’être candides ?

L’humour véritable est toujours bienveillant et gracieux. Il met en évidence les faiblesses de l’humanité, mais il ne place aucune culpabilité et ne laisse aucune peine.

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post