Accueil Sois un ami De la liberté à l’éducation sexuelle – un Français, père de huit...

De la liberté à l’éducation sexuelle – un Français, père de huit enfants, parle de sa vie en Russie

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Sommaire :

De la liberté à l’éducation sexuelle – un Français, père de huit enfants, parle de sa vie en Russie

Les changements en Russie, c’est «époustouflant», «ce n’est pas le même pays» qu’avant…

Les trois quarts des Français veulent un réchauffement des relations entre Paris et Moscou

Un tiers des réserves mondiales de pétrole visées par les sanctions des USA

Après les sanctions douanières US, « pas d’autre choix » que des représailles, selon Bruxelles

Les nouveaux droits de douane américains sur l’UE entrent en vigueur

 _____________________________________________

De la liberté à l’éducation sexuelle – un Français, père de huit enfants, parle de sa vie en Russie

Interrogé par Sputnik, Fabrice Sorlin, homme d’affaires français installé dans la campagne russe avec sa femme et ses huit enfants, donne les raisons pour lesquelles il a choisi de scolariser ses enfants en Russie. De la place de l’éducation sexuelle à la liberté d’expression, il revient sur les différences avec la France.

Il est français, homme d’affaires et père de huit enfants. Il habite en pleine campagne russe. Fabrice Sorlin s’est confié à Sputnik sur son rapport avec la Russie, les différences avec la France, notamment concernant l’éducation des enfants et la liberté d’expression.

L’interdiction de la propagande homosexuelle

Installé en Russie avec sa femme et ses enfants depuis 2015 pour des raisons professionnelles, M.Sorlin est bourguignon. Il explique pourquoi il préfère le système scolaire russe au français. Le point clef est l’absence de discussions sur l’homosexualité dans les écoles en Russie, résultant de la loi entrée en vigueur en 2013 sur l’interdiction de la propagande homosexuelle auprès des mineurs.

Défendant les valeurs de la «famille traditionnelle», Fabrice Sorlin, membre du Congrès mondial des familles, se dit solidaire du Président russe qui a commenté en juin 2019 les propos d’Elton John sur la politique russe face à l’homosexualité, déclarant qu’il fallait laisser l’enfant se développer pour ensuite s’interroger sur leur orientation sexuelle à l’âge adulte:

« On laisse libres les gens de faire ce qu’ils veulent chez eux. Mais, par contre, on n’en parle pas aux enfants. On ne leur met pas cela dans la tête. On les laisse se développer. Après, ce que les gens font chez eux… Chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais au moins ils ne s’en prennent pas à nos enfants », insiste ce père d’une famille nombreuse.

Question de la liberté d’expression

En réponse à la question de savoir s’il pense appartenir à une minorité pour ses propos qui vont à l’encontre du discours qui émerge au niveau politique en France, Fabrice Sorlin dénonce le caractère minoritaire de son point de vue: « En réalité, elle [la position, ndlr] est répandue en France », dit-il, invoquant les manifestations contre le mariage pour tous et contre la PMA.

Cependant, il affirme que les personnes qui partagent les mêmes idées que lui éprouvent une certaine réticence à les exprimer en raison du manque de liberté d’expression en France:

« Aujourd’hui, dire ce que je dis… Tout de suite je vais être accusé d’homophobie. Et tout ce qui est derrière: raciste, homophobe, fasciste, etc. »

Et d’ajouter : « C’est vrai que je ne me sens plus en adéquation avec l’élite française et avec les médias français, alors qu’ici [en Russie, ndlr] tout cela je peux le dire. Je me sens bien. Je me sens bien dans ce pays »

Toujours au sujet de la liberté d’expression, l’homme d’affaires se réfère à son expérience avec les médias français :

« Je sais que si je parle à un journaliste en France et que je dis un mot de travers… On va me tomber dessus. Maintenant, je m’en fiche. Mais c’est comme ça en France. On ne peut plus rien dire. J’ai déjà discuté avec des journalistes français et à chaque fois je leur dis : “Il y a plus de liberté d’expression en Russie qu’en France” Ils s’étranglent à chaque fois : “Ah, comment cela ? Le pays de Poutine ! Tenu par un tyran »

La remise en cause des stéréotypes

Fabrice Sorlin cite l’exemple de la Coupe du monde qui s’est tenue en Russie en 2018. À leur retour en France, les sportifs disaient que c’était « une réussite grandiose » Il parle également des Jeux olympiques d’hiver de 2014 qui ont eu lieu à Sotchi, dont l’organisation et l’« ambiance fabuleuse » ont marqué des sportifs et des fans français, affirme l’homme d’affaires :

« Cela agaçait les journalistes qui depuis 20 ans nous racontent que la Russie, c’est un pays horrible »

Si l’on compare la Russie avec les pays européens en matière de liberté d’expression, M.Sorlin affirme qu’elle « est l’un des tout derniers pays vraiment libres de la planète. Parce que toute l’Europe occidentale est complètement asservie aux intérêts américains. En fait, on n’a plus de souveraineté en France, en Italie et ailleurs. La Russie est un vrai pays qui défend ses intérêts». Et il souhaite que le Président français «fasse la même chose »

Selon lui, certains hommes politiques français, même de droite, montraient il y a encore quelques années « des réticences » quant à la capacité de la Russie à évoluer, pointant l’ancienne activité de Vladimir Poutine au sein du KGB :

« Il y a des gens qui n’arrivaient pas à tourner la page. Ils avaient lutté contre le communisme jeunes et sont restés focalisés là-dessus » Mais cela change, au fur et à mesure, dit-il.

Faire du business en Russie, Syrie et Iran

À la tête d’un cabinet de conseil et d’appui au développement, spécialisé dans des zones non conventionnelles comme l’Europe de l’Est et le Moyen-Orient, M.Sorlin aide des entreprises internationales, dont des sociétés françaises et italiennes, à s’implanter dans ces régions prometteuses, avec un marché potentiellement important, mais qui sont perçues comme risquées, y compris l’Iran:

« Ce sont des pays où peu de personnes, en France en tout cas, ont envie d’aller parce que justement, à lire les media, ils s’imaginent qu’aller en Iran, c’est se faire égorger sur la place publique »

Cependant, son cabinet « a été le premier cabinet français à amener une délégation de PME/PMI françaises là-bas », à l’époque où Barack Obama a levé les sanctions contre l’Iran. Il justifie son activité par les difficultés que les entreprises françaises rencontrent ces derniers temps dans leur propre pays. Elles « ont de plus en plus de mal, notamment les PME, un milieu que je connais relativement bien, qui sont écrasées par les charges. Elles n’arrivent plus à s’en sortir. Et aujourd’hui, elles cherchent à développer leur business à l’étranger pour faire plus d’argent », insiste-t-il.

Renforcement de l’amitié franco-russe

Auteur de l’idée du jumelage entre les plus beaux villages de France et de Russie qui a eu lieu en juillet 2019, M.Sorlin trouve nécessaire de continuer à renforcer les liens avec « l’une des plus belles civilisations du monde » en créant des ponts d’amitié. Après avoir réalisé le projet de jumelage entre les communes Semur-en-Brionnais et Viatskoïe, il confie avoir reçu des demandes de plusieurs maires français pour d’autres jumelages avec des villages russes. Quelles communes sont concernées ? Fabrice Sorlin garde pour l’instant le secret…

Patrick commentaire :

Je vous encourage vivement à lire le témoignage de cet homme d’affaire français et de sa famille.

Les Français ont besoin de réaliser combien ils sont conditionnés par les médias occidentaux, et comme le dit si bien Fabrice Sorlin : « Parce que toute l’Europe occidentale est complètement asservie aux intérêts américains »

Nous, Français, nous sommes très forts pour juger les autres pays et leur donner des leçons. Mais les faits sont là : sommes-nous encore une nation libre de penser par nous-même ; avons-nous encore la liberté de choisir l’éducation que nous voulons donner et offrir à nos enfants ? 

La Russie au cours de ces dernières années a changé énormément, et de plus en plus de personnes se tournent vers elle pour retrouver un peu de sanité et d’équilibre. C’est le cas de cette famille poussée à s’exiler !

Cela devrait nous faire réfléchir et nous poser les bonnes questions !

____________________________________________________

Les changements en Russie, c’est «époustouflant», «ce n’est pas le même pays» qu’avant…

Une Russie qui « n’est pas le même pays » qu’il y a un quart de siècle et des Russes, amateurs de culture française, qui « aiment prendre de la vie tout ce qu’ils peuvent » : Cécile Rogue, Française résidant en Russie depuis 24 ans, a expliqué pourquoi elle avait « l’impression d’habiter dans l’Histoire »

Les Russes ont une grande capacité de prendre le meilleur et de s’adapter alors que leur pays ne cesse de changer, a déclaré Cécile Rogue, une Française qui réside à Moscou depuis 24 ans, lors de la Journée de la France à Moscou.

« Je le trouve époustouflant […]. J’ai l’impression d’habiter dans l’Histoire. La Russie quand je suis arrivée et la Russie d’aujourd’hui, ce n’est pas le même pays. Et même il y a cinq ans, ce n’est pas le même pays que maintenant. Tout change très vite. Les Russes ont une capacité d’adaptation assez incroyable. Une capacité de prendre le meilleur et de s’adapter très vite, c’est assez étonnant », a indiqué Mme Rogue, qui a ouvert une agence de voyage et une école d’art de vivre à la française sur le sol russe.

Selon elle, il y a des choses qui demandent encore à être changées, mais c’est comme partout «Vingt-quatre ans, pour un pays, ce n’est pas grand-chose. Tout est encore devant nous, c’est bien ! », a-t-elle ajouté.

D’après Mme Rogue, qui organise des voyages pour les clients russes qui vont en France et parle dans son blog des artisans, boulangers, pâtissiers, artistes français et de « tous ceux qui font quelque chose, qui ont leur propre business » en Russie, les Russes « aiment prendre de la vie tout ce qu’ils peuvent, ils ont un côté qui aime la fête », mais ils sont aussi « très fidèles » et adorent la France.

« Quand on est Français, c’est toujours très agréable d’être en Russie, on a toujours l’impression d’avoir une relation particulière. Après parfois, c’est compliqué, mais c’est comme partout […]. Il y a beaucoup de Français qui habitent ici depuis longtemps et qui sont très contents d’habiter à Moscou, ont des femmes ou des maris russes, qui ont leur vie ici. C’est à nous de créer des ponts et de continuer à promouvoir tout ce qu’il y a de mieux ici et là-bas », a-t-elle noté.

​La 5e édition de la Journée de la France en Russie, consacrée à la fête nationale française, a rassemblé les amateurs de culture française le 14 juillet au Parc des arts Muzeon, en plein centre de la capitale russe.

​L’événement a été organisé conjointement par l’ambassade de France en Russie, la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe, l’Institut français de Russie et le Département de la culture de la ville de Moscou.

____________________________________________________

Les trois quarts des Français veulent un réchauffement des relations entre Paris et Moscou

Les Français sont persuadés de l’importance des relations entre Paris et Moscou. Près des trois quarts d’entre eux prônent leur amélioration, révèle un récent sondage.

Alors que les sanctions de l’UE visant la Russie et l’embargo russe sur des produits alimentaires européens restent en vigueur, 74% des Français estiment nécessaire de réchauffer les relations avec Moscou, selon un récent sondage réalisé par le cabinet Promise Consulting et la plateforme Panel On The Web.

La Russie, est-ce l’Europe?

Les Français se montrent plus divisés sur la question de savoir si la Russie doit être considérée comme un pays européen: ainsi, 37% pensent que la Russie fait bien partie de l’Europe compte tenu de sa proximité géographique, historique et culturelle, quand 39% ont une vision opposée.

Pourtant, les Français sont unanimes quant à l’importance des relations entre Paris et Moscou (94%), et 74% d’entre eux estiment nécessaires de les améliorer, tandis que 40% déplorent le refroidissement actuel.

Sanctions et « menace russe »

Les partisans de La France Insoumise sont les plus nombreux à considérer la Russie comme une « menace » (51%), mais 94% d’entre eux prônent néanmoins une amélioration des relations avec Moscou, révèle le sondage.

Fait curieux, 41% des personnes interrogées indiquent ne pas être au courant des sanctions européennes imposées contre Moscou sur fond de crise ukrainienne et ignorent leur objectif. Pourtant, 66% des Français renseignés sur la situation estiment que les sanctions européennes sont justifiées: parmi les partisans de LFI, ce taux atteint 79%, contre 73% chez LREM.

Une amélioration des relations avec la Russie est surtout défendue par les Français âgés de 18 à 24 ans (89%), soulignent les auteurs de l’étude réalisée entre le 26 août et le 2 septembre 2019 sur un échantillon de 1.000 individus.

Patrick commentaire :

Bien sûr, une partie de la Russie est européenne, mais heureusement qu’elle ne l’est pas entièrement ! Quand on voit dans quel bourbier les Etats-Unis ont fait plonger l’Europe depuis des décennies, on peut comprendre pourquoi la Russie a des réserves envers nous !

Regardons les faits en face : nous sommes une colonie américaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ! Les pays européens ne peuvent pas bouger le petit doigt sans l’autorisation du « grand frère » outre-Atlantique !

Mais cela commence à changer, à bouger, les Européens n’ont plus le choix, s’ils veulent survivre, ils doivent se tourner vers l’est du monde – c’est-à-dire la Russie, la Chine, l’Inde, et créer un système financier complètement indépendant du dollar et des banques américaines.

____________________________________________________

Un tiers des réserves mondiales de pétrole visées par les sanctions des USA

Les sanctions américaines affectent aujourd’hui 33% des réserves mondiales de pétrole et plus de 20% de sa production quotidienne, indique une économiste russe.

Près de 33% des réserves de pétrole dans le monde sont visés par des sanctions américaines, selon les calculs réalisés par l’économiste Olga Lebedinskaïa de l’Université russe d’Économie Plekhanov.

Les réserves mondiales de pétrole s’élèvent actuellement à 1.660 milliards de barils, dont 298,4 milliards au Venezuela, 157,8 milliards en Iran et 80 milliards en Russie, précise la chercheuse.

« Il s’agit d’environ 33% des réserves de pétrole contenues dans le monde. Si le Qatar, qui a quitté l’OPEP en 2018 et qui soutient l’Iran, est inclus dans la liste des sanctions, ce chiffre s’élève à 34% », explique Mme Lebedinskaïa.

En 2015, la Russie, l’Iran et le Venezuela assuraient 21,75% de la production quotidienne dans le monde.

« L’activité américaine sur la scène politique a débouché sur la situation dans laquelle un cinquième de la production de pétrole est visée par des sanctions », indique l’économiste.

La Russie a augmenté sa production

C’est le Venezuela qui a payé le plus lourd tribut avec une diminution de sa production quotidienne de 3,3 fois jusqu’à 0,75 million de barils. L’Iran a également été affecté, mais dans une moindre mesure, alors que la Russie est parvenue à augmenter sa production qui a atteint 10,7 millions de barils par jour.

Dans le même temps, la production quotidienne des États-Unis dépasse actuellement la production russe de 9,8%. « Si par le passé près de 95% du pétrole américain était acheté par le Canada, aujourd’hui 25% du pétrole US va à l’Europe », souligne la chercheuse.

____________________________________________________

Après les sanctions douanières US, « pas d’autre choix » que des représailles, selon Bruxelles

Réagissant aux taxes punitives américaines introduites ce 18 octobre et visant un éventail de produits européens, la Commissaire européenne au Commerce a déclaré que l’UE n’avait pas d’«autre choix» que d’engager des représailles.

La Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a promis de d’opposer une réponse symétrique aux États-Unis après que ces dernier ont imposé le 18 octobre des sanctions douanières contre des produits européens.

« Nous regrettons le choix des États-Unis d’appliquer ces tarifs. Cette mesure ne nous laisse pas d’autre choix que de faire de même en temps voulu avec nos propres droits de douane dans le dossier Boeing, où les États-Unis ont été jugés en infraction avec les règles de l’OMC », a déclaré Cecilia Malmström, citée par Reuters.

Nouvelles taxes américaines

Les États-Unis ont commencé à appliquer vendredi 18 octobre des taxes douanières punitives sur 7,5 milliards de dollars de produits européens, des avions aux vins, en passant par des fromages et engins de chantier.

Les nouveaux droits de douane américains sur l’UE entrent en vigueur

Ces droits de douane s’élèvent à 10% sur les avions, et à 25% sur des produits alimentaires et textiles d’autres pays de l’Union européenne ainsi que sur des articles industriels allemands.

Les produits visés représentent des exportations annuelles d’environ 6,8 milliards d’euros. En 2018, le total des exportations européennes vers les États-Unis s’est élevé à 320 milliards d’euros, selon Eurostat.

Punie par les Américains pour avoir subventionné Airbus, l’UE devrait être autorisée l’an prochain à son tour par l’OMC à imposer des sanctions douanières contre les États-Unis accusés d’avoir subventionné Boeing.

____________________________________________________

Les nouveaux droits de douane américains sur l’UE entrent en vigueur

Avions, vins français, fromages italiens, whiskys écossais: les États-Unis ont imposé le 18 octobre pour 7,5 milliards de dollars de droits de douane supplémentaires sur un éventail de marchandises en provenance des pays de l’Union européenne, avec en perspective un durcissement des tensions commerciales transatlantiques.

Les Etats-Unis ont commencé à appliquer vendredi 18 octobre des taxes douanières punitives sur 7,5 milliards de dollars de produits européens, des avions aux vins, en passant par des fromages et engins de chantier… Tour d’horizon des secteurs affectés, qui diffèrent selon les pays.

Ces droits de douane s’élèvent à 10% sur les avions, et à 25% sur des produits alimentaires et textiles d’autres pays de l’Union européenne ainsi que sur des articles industriels allemands.

Les produits visés représentent des exportations annuelles d’environ 6,8 milliards d’euros. En 2018, le total des exportations européennes vers les États-Unis s’est élevé à 320 milliards d’euros, selon Eurostat.

Ces tarifs douaniers sont entrés en vigueur à 00H01 heure de Washington (04H01 GMT), quatre jours après le feu vert définitif de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Washington d’imposer des sanctions contre l’UE, en représailles aux subventions accordées à l’avionneur européen Airbus.

Cette nouvelle offensive de Donald Trump survient alors que Washington s’enlise dans une guerre commerciale majeure avec la Chine, qui risque de déstabiliser l’économie mondiale.

Le 16 octobre, le Président américain s’en est encore une fois pris aux Européens, qui se comportent selon lui de façon injuste en érigeant des «barrières énormes» contre les importations américaines dans l’UE.

Il n’a toutefois pas fermé la porte à un accord entre les deux parties qui permettrait de mettre un terme au conflit, indique l’AFP.

____________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message