Accueil Sois un ami Dans quelle laideur notre pays a-t-il sombré !

Dans quelle laideur notre pays a-t-il sombré !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Pas assez laïque, un film sur la Nativité stoppé lors d’une sortie scolaire

Pour des raisons de non-conformité aux valeurs laïques de l’école républicaine, le 13 décembre dernier, les élèves du groupe scolaire de Langon, en Gironde, n’ont profité que du début du film L’Etoile de Noël. Les enseignantes ont dû interrompre la séance et renvoyer en classe les 83 enfants.

L’incident a eu lieu le 13 décembre dernier à Langon, une petite commune du sud-ouest située entre Bordeaux et Agen, quand les enseignantes du groupe scolaire de la ville qui accompagnaient leurs 83 écoliers au cinéma local pour le visionnage du film américain L’Etoile de Noël, se sont rendues compte que le long-métrage d’animation réalisé par Timothy Reckart, est un conte de Noël qui raconte la naissance de Jésus-Christ selon les préceptes de la Bible, chose qu’elles ont jugé non-conforme aux valeurs laïques de l’école républicaine. Suite à cela, elles ont décidé de quitter la sale et de ramener leurs élèves en classe. L’information a été rapportée par Le Républicain Sud-Gironde du 22 décembre.

L’Étoile de Noël raconte une aventure d’animaux qui parlent, largement inspirée des succès des films d’animation des années 2000, comme en témoigne le pitch: «Un petit âne courageux, Bo, rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure avec une brebis, une colombe, trois chameaux déjantés et des animaux de la ferme, très excentriques…», les enseignantes ont réalisé que le film n’est pas seulement un conte de fin d’année, mais relate surtout le périple de Marie et Joseph jusqu’à Bethléem.

Selon Le Républicain Sud-Gironde, le responsable du cinéma a lui-même reconnu qu’il n’avait pas encore visionné le film et a accepté donc de rembourser la séance à l’école.

******************************

Dans quelle laideur notre pays a-t-il sombré !

Et nous nous disons le pays des Droits de l’Homme ?

Peut-être nous devrions relire l’article 18 de ces droits qui a été signé par notre pays le
10 décembre 1948 et qui dit formellement :

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites »

L’enseignement depuis Jules Ferry est une plateforme socialiste et anti-religieuse ! Son but est d’enseigner la Théorie de l’évolution dans les écoles et les universités, ne donnant aucune alternative comme le Créationnisme — la Terre et l’univers ayant été créés par un divin créateur.

Personnellement, j’ai fait moi-même cette démarche, proposant aux instituteurs et maîtres d’école un matériel éducatif et moral pour enseigner des valeurs profondes aux enfants. Je dois déplorer que j’aie rencontré un mur de leur part, disant que ce matériel était trop moral, avec une tendance trop rapprochée de l’enseignement de la Bible. (Dans les écoles d’aujourd’hui, ils n’enseignent même plus la différence entre le bien et le mal)

Pour revenir à ce film, empêcher les enfants de le voir, c’est les dépouiller d’un enseignement que les plus grands hommes et femmes de notre histoire humaine ont eu le privilège de recevoir ; je suis persuadé que ces mêmes hommes et femmes seraient outragés de voir un tel manquement dans l’éducation de nos enfants et de nos jeunes gens.

Pas étonnant que notre pays et notre jeunesse soient dans un tel désordre moral, politique, et spirituel.

William Penn a dit en 1681 : « Si nous ne sommes pas gouvernés par Dieu ; alors nous le serons par des tyrans ! »

******************************

« Les enseignantes du groupe scolaire de la ville qui accompagnaient leurs 83 écoliers au cinéma local pour le visionnage du film… chose qu’elles ont jugé non-conforme aux valeurs laïques de l’école républicaine »

Moi, je voudrais leur poser une question à ces enseignants avisés : que proposent-ils à la jeunesse d’aujourd’hui en remplacement ?

J’ai travaillé pendant deux ans dans une école primaire publique de ma ville. Ce que j’ai pu constater de mes propres yeux, ce sont des enfants qui la plupart sont mal dans leur peau (divorces, problèmes d’argent, parents séparés, etc.)

Des enseignants qui la plupart sont à bout de souffle, certains en congés de longue durée. D’autres, pensant à l’éventualité de changer de profession.

Une Education Nationale en France qui bat de l’aile, et qui se porte très mal.

« Les résultats du classement PISA 2016 ont été publiés le 6 décembre. La France arrive 26e sur 70 pays et économies, d’un classement pour lequel elle avait terminé 25e en 2012. Cette année, le domaine d’évaluation majeur portait sur les sciences, et plus de 500 000 élèves ont été testés dans le monde. Un échantillon qui se veut représentatif des quelque 29 millions de jeunes de 15 ans scolarisés au sein des 72 pays et économies participants. La France a obtenu 495 points, comme en 2012, dans cette discipline. Singapour est en tête du classement, la République dominicaine arrive dernière »

Alors cette belle « école républicaine » qui surpasse de loin toute notre histoire par son émancipation et son affranchissement de la morale et de la religion sur ses bancs d’école, qu’est-elle devenue en réalité… ?

********************************

« Lorsque les pères »

Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus, au-dessus d’eux, l’autorité de rien et de personne, alors, c’est là, en toute beauté, et en toute jeunesse, le début de la tyrannie.

Platon

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message