Accueil Sois un ami Coupe du monde de foot 1, pauvreté 0

Coupe du monde de foot 1, pauvreté 0

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Coupe du monde de foot 1, pauvreté 0

Quelque 8,7 millions de Français devront attendre la rentrée pour savoir comment le gouvernement compte les faire passer au-dessus du seuil de pauvreté. L’annonce du plan a été reportée pour cause de calendrier, de Coupe du monde et d’arbitrage. Une annonce qui a choqué.

« Dans le pays des droits de l’Homme, nous remettons au cœur de notre combat les droits de l’homme pauvre », déclarait dans un élan paternaliste le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux en mai dernier.

Eh bien, l’homo necessitus devra finalement attendre la rentrée.

Comme l’a révélé France Inter mercredi 4 juillet, l’Élysée préfère repousser la présentation de son plan de lutte contre la pauvreté, le discours d’Emmanuel Macron à ce sujet, qui devait avoir lieu le 10 juillet, tombant le jour de la demi-finale de la Coupe du monde.

En septembre, «les Français seraient plus réceptifs», confie une source à l’Élysée, toujours sur la radio publique, qui ajoute: « L’annonce se fera mieux qu’entre deux matchs de l’équipe de France »

« Nous verrons si l’équipe de France est en demi-finale ou pas », signalait Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, invitée sur LCI.

Bref, si les Bleus échouent, peut-être entendrons-nous parler des pauvres? Un sens des priorités qui a fait fulminer les associations et certains députés. Olivier Faure, le patron du Parti socialiste, juge ces explications consternantes:

On se pince! « Il a promis »… sans blague, on s’en moque bien qu’il soit là-bas ou pas. L’équipe de France n’a pas besoin de lui pour gagner!! En revanche les plus démunis attendent… eux!!! Ce n’est pas le nouveau monde mais le monde à l’envers!

​Emmaüs France rappelle de son côté au Président de la République que la misère n’attend pas:

​Que représente la pauvreté en France? Après deux années de légère hausse, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec 1.015 euros par mois, a légèrement reculé en 2016, selon une première estimation de l’INSEE. En 2015, ils étaient 8,9 millions (14,2% de la population), contre 8,7 millions aujourd’hui (13,9%).

Les enfants sont particulièrement touchés: un enfant sur cinq vit dans une famille pauvre, a rappelé la ministre Agnès Buzyn. Le projet actuel souhaite «casser les logiques de reproduction sociale», « éviter que les jeunes pauvres d’aujourd’hui ne deviennent les pauvres de demain »

Côté Élysée, on se défend. « Le plan n’est pas totalement ficelé. Le Président mature encore sur ce sujet », a déclaré l’une de ces sources en précisant que l’Élysée n’avait à ce jour pas fixé de date pour sa présentation.

Reste à savoir si le Président abordera le sujet lundi pendant le Congrès.

************

L’autre croissance qui n’intéresse pas l’UE: celle du nombre de sans-abri

La Fondation Abbé Pierre et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (Feantsa) dressent un portrait de cette «autre Europe», celle des sans-abri, dont le nombre va croissant. Entretien avec Sarah Coupechoux, coauteure d’un rapport sur cette douloureuse question.

« Cette année écoulée a implacablement confirmé l’existence d’une autre Europe, méconnue lorsqu’elle n’est pas ignorée, oubliée lorsqu’elle n’est pas méprisée: l’Europe des sans-domicile » La Fondation Abbé Pierre et Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (Feantsa), dans un rapport commun annuel, tirent la sonnette d’alarme: le nombre de sans-abri en Europe ne cesse d’augmenter.

En tout, 11 millions de ménages sur 220 millions n’ont pas de logement personnel en Europe, soit l’équivalent de la population belge. En France, ils sont 17% de plus par rapport à l’année dernière: le rapport cite l’exemple du mois de juin 2017, où le 115 a enregistré 20.845 demandes. Ce sont l’Allemagne et l’Angleterre qui affichent les records les plus inquiétants, respectivement +150% et +169%.
Tous les pays n’ont pas la même méthodologie de comptage, et

« on n’a pas de données standardisées en Europe sur le nombre de sans-abri. C’est un phénomène de société qui n’est pas observé au niveau européen », déplore au micro de Sarah Coupechoux, chargé d’étude Europe au sein de la Fondation.

La France comptabilise les personnes ayant fait une demande d’hébergement d’urgence, tandis que d’autres incluent également celles qui dorment dans un centre d’hébergement, en hôtel ou chez de la famille et des amis.

« On entend beaucoup parler de l’Allemagne, comme un pays qui n’a pas de chômage par exemple… Mais ils ont un taux de pauvreté qui atteint des records! », commente Sarah Coupechoux. Le problème du mal-logement y est tel, que «ça devient une question politique».

Seule la Finlande a su gérer le problème des SDF, non pas en le reléguant au rang de phénomène de société inévitable, mais en le traitant comme un problème individuel, avec une issue possible. Résultat, le pays a réduit de 18% le nombre de ses sans-domicile fixes, entre 2009 et 2016. Le travail de prévention a été indispensable:

«ils ont étudié les publics susceptibles de devenir sans-abri et ils ont agi. C’est-à-dire, les jeunes, les personnes avec des impayés de loyers, l’aide à l’enfance, les prisons, les hôpitaux, etc.» afin de leur éviter le passage par l’hébergement d’urgence, déstructurant.

« Ils ont construit des logements, construit des parcs abordables en transformant les centres d’hébergement en logements», afin d’ériger en principe fondamental le « Housing First », c’est-à-dire la politique du «logement d’abord ».

Contrairement en France où, « entre la rue et le logement social, il se passe des années et beaucoup de ruptures… car pas de suivit dans les soins, dans l’accompagnement, etc.»…

« Le Housing Fisrt consiste à dire qu’on va donner tout de suite un logement à la personne. Une fois qu’elle est posée, une fois qu’elle a un lieu sécurisé et sécurisant, on va l’aider à mettre en œuvre ce dont elle a besoin », reprendre des soins, chercher un emploi, etc.

L’hébergement « d’urgence » est indispensable, mais la succession de plan de mise à l’abri, supposés temporaires, mais débouchant difficilement sur un vrai chez-soi, « pérennise la précarité et n’offre pas de protection des droits au logement, à la vie privée, à l’inclusion », poursuit le rapport.

Pourtant, la politique volontariste de la Finlande peut ne pas être une exception européenne, et il semblerait que la France s’y intéresse.

« En France, il y a une grosse expérimentation qui s’appelle « Un chez soit d’abord ». Depuis 2005, des expérimentations similaires ont eu lieu, notamment aux États-Unis »

Et d’encourager à «passer à l’étape supérieure», maintenant « qu’on sait que ça fonctionne »

Les conséquences du mal-logement sont plus coûteuses que les plans logement établis dans l’urgence: « Tous acteurs du secteur s’accordent à dire que ce n’est pas une situation viable. Le rapport appelle les États à changer de paradigme »

« Des économies sont réalisées. Pas seulement dans la prise en charge de la personne, mais sur la santé, l’utilisation des services d’urgences, etc.

Évidemment, on est tous concernés, pour des raisons humanitaires et parce que d’un point de vue de la société, les dépenses réalisées pour lutter contre le sans-abrisme avec des plans, comme en France le plan hivernal »

Si la Commission européenne se targue d’une croissance relancée, celle-ci n’empêche pas les inégalités de se creuser, loin de là. L’onde de choc de la crise de 2008 se fait encore sentir, associé à des loyers toujours plus inabordables:

« On a une Commission qui se réjouit de la reprise de la croissance et d’une économie qui irait mieux et se remettrait de la crise de 2008 après des années de difficultés… quid de l’autre Europe? que fait-on des plus vulnérables? », dont leur nombre est «toujours en hausse», s’interroge Sarah Coupechoux.

« Ce qu’on demande à l’UE, c’est de s’intéresser à ce phénomène à travers les compétences qui sont les siennes. C’est difficile de regarder le développement urbain, la migration, et de ne jamais regarder la question du sans-abrisme… alors qu’il s’agit des citoyens européens les plus démunis », conclut-elle. 

************

Patrick commentaire :

La pauvreté cela dérange, cela fait tache, vous savez !

Au moins Mr Hollande avait la conviction de le dire : « Je hais les riches et je méprise les pauvres ! »

On peut voir qui dirige notre pays aujourd’hui !

Côté Élysée, on se défend. « Le plan n’est pas totalement ficelé. Le Président mature encore sur ce sujet », a déclaré l’une de ces sources en précisant que l’Élysée n’avait à ce jour pas fixé de date pour sa présentation.

La vérité, c’est que la pauvreté des citoyens français ne préoccupe nullement Mr le président. Il préfère jouer au grand seigneur, se pavaner et se faire admirer dans les autres cours de ce monde… Pauvre France, en sommes-nous réduits à cela ?

Ces dernières décennies, avez-vous vu un de nos présidents aimer vraiment ses compatriotes ? C’est l’image qui compte, le fric, le mondialisme !

Moi, j’ai une question intéressante à poser : comment cela se fait qu’avec nos dix millions de pauvres (qu’on ne sait pas quoi faire avec) on continue d’ouvrir nos portes aux émigrés ? Faisons-nous une compétition avec d’autres pays, qui aura le plus de pauvres dans son pays, ainsi donc, sera inscrit dans le livre Guinness des records ?

Laissez-moi vous dire de suite, on reconnaît la valeur d’un président la façon dont il traite les pauvres et les faibles !!!!!!!!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message