CINQ RAISONS POUR LESQUELLES VOUS POUVEZ FAIRE CONFIANCE A LA BIBLE (1ère  partie)

 Comment ma foi peut reposer sur l’autorité d’un document ancien.

1ère RAISON – LE NOUVEAU TESTAMENT A ÉTÉ ÉCRIT TRÈS TÔT.

Pour tester la fiabilité des témoins oculaires dans une affaire judiciaire, le premier test est simple :

les témoins étaient-ils présents lorsque cet événement s’est produit ? Nous pouvons soumettre les auteurs de l’Évangile au même test.

Si les documents du Nouveau Testament ont été rédigés pour la première fois au  IIe, IIIe ou IVe siècle, on ne peut pas leur faire confiance en tant que témoignages oculaires.

Peut-être contiennent-ils un récit qui est fiable, mais on ne peut pas dire qu’ils ont été écrits par des personnes qui vivaient à l’époque où Jésus exerçait Son ministère et qui avaient été témoins de Ses actes et entendu Son enseignement.

S’ils avaient été rédigés à une époque tardive, aucun témoin oculaire n’aurait pu réfuter de fausses affirmations en disant :

Hé, ce n’est pas vrai, cet homme n’a rien fait de tout ça! Il ne vivait pas là à cette époque !

Dans ce cas, la question est la suivante :

Ces écrivains vivaient-ils à l’époque où ces évènements ont eu lieu et étaient-ils présents dans cette région au moment des faits ?

Et nous avons de bonnes raisons de croire que c’est le cas.

Il existe des preuves internes que les documents de Luc ont été diffusés assez tôt.

Dans le 1er verset de son évangile, Luc se décrit comme un enquêteur interrogeant tous les témoins qui connaissaient Jésus et Sa famille. Il mentionne qu’il rédige un compte-rendu minutieux et chronologique car il existe un autre compte-rendu, antérieur à son évangile, l’évangile de Marc, qui est exact mais qui ne suit pas d’ordre chronologique.

La plupart des experts placent donc Marc avant Luc, vu qu’une partie de l’évangile de Marc est citée dans le document de Luc.

Dans le livre des Actes des Apôtres, également écrit par Luc, il n’y a aucune mention de la guerre judéo-romaine qui a commencé en 67 après J.-C.

Ni du siège de Jérusalem et de la destruction du Temple, en 70 après J.-C.

Il ne mentionne ni la mort de Jacques, ni celles de Pierre et de Paul, qui étaient les principaux dirigeants de l’Église primitive,

et qui sont survenues entre 61 et 65 après J.-C.

Ces faits sont manquants parce qu’ils ne s’étaient pas encore produits, ce qui prouve que ces documents ont bien été écrits au début de l’histoire de l’Église et que des témoins étaient encore en vie.

Selon les spécialistes :

L’Évangile selon saint Marc a été écrit vers 45-50 après J.-C.

L’Évangile selon saint Luc vers 50-53 après J.-C.

Le Livre des Actes vers 57-60 après J.-C.

La raison pour laquelle je fais confiance aux évangiles est qu’ils ont été écrits suffisamment tôt pour être validés par des témoins qui pouvaient confirmer ou nier leur véracité.

***

CINQ RAISONS POUR LESQUELLES VOUS POUVEZ FAIRE CONFIANCE A LA BIBLE (2ème partie)

2ème  RAISON : DE NOMBREUSES SOURCES ONT CONFIRME L’AUTHENTICITÉ DES TEXTES DU NOUVEAU TESTAMENT

Les documents et les témoignages du Nouveau Testament ont été vérifiés, étayés et corroborés par des preuves internes (témoignages oculaires, cohérence de la chronologie du récit des Évangiles, noms de villes et de personnes) ainsi que par des preuves externes (support archéologique, anciens auteurs non chrétiens)

Nous avons lu dans la première partie de cet article que nous pouvons considérer les Évangiles comme des récits historiques sérieux, étant donné qu’ils ont été écrits par les personnes qui connaissaient le mieux Jésus et faisaient partie de Son cercle intime, ou par des individus qui vivaient à cette époque dans cette région.

Voyons maintenant ce que certaines sources hostiles, païennes ou non chrétiennes, ont rapporté sur Jésus (il existe beaucoup d’autres sources, mais je n’ai pas assez de place pour les mentionner toutes dans ce court article) :

DES SOURCES PAÏENNES HOSTILES :

Thalus, 52 après J.-C., historien, au sujet de la crucifixion :

Dans le monde entier, il y eut une obscurité terrifiante, les rochers se fendirent en raison d’un tremblement de terre, et beaucoup d’endroits en Judée et dans d’autres régions furent détruits…

Cornelius Tacite, historien romain, 56-120 après J.-C., à propos de ceux que Néron rendait responsables de la destruction de Rome :

Néron fit porter la responsabilité et infligea les tortures les plus atroces à une population détestée pour ses abominations, appelée Chrétiens par le peuple. Christus, dont dérive leur nom, a subi la peine la plus extrême (crucifixion) sous le règne de Tibère, aux mains d’un de nos procurateurs, Ponce Pilate, et une superstition des plus malicieuses (Sa résurrection) a surgi…”.

(Écrit datant de la fin du 1er siècle ou du début du IIe siècle)

**

Mara-Bar Serapion, philosophe syrien :

Quels avantages les Juifs ont-ils obtenus en assassinant leur roi si sage ? … Après cela, leur royaume a été aboli… Le roi et sa sagesse ont continué à vivre dans les enseignements qu’il avait promulgués.

Ici, nous avons Jésus décrit sans nom, comme le roi sage. (Fin du 1er siècle)

**

L’historien Phlégon (80-140 après J.-C) (cité par Origène) a non seulement attribué à Jésus une connaissance des événements futurs … mais il a également témoigné que leur dénouement correspondait à Ses prédictions … Il a écrit :

Jésus, de Son vivant, n’a rien fait pour se défendre mais Il est ressuscité après Sa mort, et Il a montré les marques de Son châtiment et Ses mains qui avaient été transpercées par des clous.

**

SOURCES JUIVES NON FAVORABLES :

Josèphe, historien juif (37-101 après J.-C.) :

À cette époque, il y avait un homme sage qui s’appelait Jésus. Il accomplissait des actes extraordinaires et enseignait à des gens qui se réjouissaient d’accepter la vérité. Il a conquis de nombreux Juifs et de nombreux Grecs. Pilate, après avoir entendu les accusations de nos dirigeants, L’a condamné à la croix, mais ceux qui L’avaient aimé auparavant ne cessèrent pas de le faire. À ce jour, la tribu de Chrétiens qui porte Son nom n’a pas disparu.

Si vous deviez retourner dans le passé pour reconstituer l’histoire de Jésus, sans utiliser aucun écrit ou témoignage chrétien, mais seulement les documents les plus anciens dont nous disposons, voici ce que vous apprendriez sur Jésus :

Jésus était un homme réel qui a vraiment existé. On nous dit qu’Il est né d’une vierge et qu’Il a eu un père terrestre qui était charpentier. Il a vécu en Judée, dans la région qui s’appelait la Palestine. Il était sage et juste. Son enseignement était si influent qu’Il a rassemblé un grand nombre de disciples juifs et païens. Il a enseigné à Ses disciples à vivre de façon vertueuse comme Lui, et Son code moral était extrêmement exigeant. Mais Il était plus qu’un simple enseignant de morale, Il possédait des “pouvoirs magiques” et pouvait prédire l’avenir avec précision. Ses actes surnaturels et Ses enseignements ont persuadé de nombreux Juifs de renoncer à leurs croyances juives. Jésus prétendait être Dieu et Ses disciples acceptaient volontiers cette affirmation. Les dirigeants juifs ont finalement porté des accusations contre Lui sur la base de Ses actes et de Ses enseignements. Il a été condamné et crucifié par Ponce Pilate, sous le règne de Tibère César. Son exécution a été accompagnée d’un tremblement de terre et de ténèbres. Les disciples de Jésus ont rapporté L’avoir vu ressuscité trois jours après Sa crucifixion, et Il leur a même montré Ses plaies. Ses disciples étaient persuadés que Sa résurrection était la preuve que Jésus était le Messie. Ils ont beaucoup souffert sous l’Empire romain.

Vous pourriez obtenir toutes ces informations sur Jésus et Ses disciples à partir de sources hostiles et non chrétiennes du 1er siècle et du début du 2ème, sans même ouvrir une Bible.

C’est là le genre d’éléments qui renforcent notre confiance et corroborent les affirmations de l’Évangile. En comparaison, aucun document ancien n’est aussi fiable que le Nouveau Testament.

(A suivre)

***

Patrick commentaire :

Je crois sincèrement que les deux premières parties de cet exposé sont assez claires pour être compris.

Mais bien sûr, ceux qui ont décidé le contraire ne changeront pas de ligne : leur esprit est scellé à la vérité. Peu importe les faits (ou nouveaux faits) que vous pouvez leur apporter.

D’ailleurs Jésus avait dit à ce sujet : même si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts, ils ne croiraient toujours pas !

La question qu’on doit se poser ici est la suivante : cherchons-nous par tous les moyens d’avoir raison où que nos propres théories sont les bonnes ou désirons-nous du fond de notre cœur de connaître la vérité ?

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post