Accueil Sois un ami Chronique N°250 – Ah ! La belle vie !

Chronique N°250 – Ah ! La belle vie !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Ah ! La belle vie !

Un homme d’affaires américain de passage
au Mexique se promenait sur la jetée d’un
petit port de pêche, lorsqu’une modeste
embarcation accosta. À bord il n’y avait
qu’un seul pêcheur. L’Américain,
impressionné par la taille des thons qu’il
avait pris, le complimenta sur la qualité
de sa pêche et lui demanda combien de
temps il avait mis pour les attraper.

— Oh, pas très longtemps, répliqua le
pêcheur !

L’Américain lui demanda alors pourquoi
il n’était pas resté en mer plus longtemps
de façon à en attraper davantage. Le
pêcheur répondit qu’il avait pêché
suffisamment pour nourrir sa famille.

L’Américain poursuivit :

— Mais alors, que faites-vous le reste du
temps ?

— Oh, je fais la grasse matinée, je pêche
un peu, je joue avec mes enfants, je fais
la siesta avec Maria, ma femme. Et le
soir venu, je me promène dans le village,
je me bois un petit verre de vin, et je
joue de la guitare avec mes amigos.
Vous savez, señor, j’ai une vie bien
remplie !

L’Américain répartit d’un air moqueur :

— Je suis diplômé d’Harvard, et je vais
vous donner un bon conseil : vous
devriez passer plus de temps à pêcher !
Avec la recette de votre pêche, vous
pourriez acheter un bateau plus grand.
Ensuite, avec vos nouveaux profits,
vous pourriez acheter plusieurs bateaux.
Et, au bout du compte, vous pourriez
acquérir toute une flotte de bateaux de
pêche. Et là, au lieu de vendre à
l’intermédiaire, vous pourriez vendre
directement à un industriel, ou même
monter votre propre usine de conserves.
Vous pourriez contrôler toute la chaîne :
la production, la transformation et la
distribution de votre produit. Il vous
faudra quitter votre petit village pour
aller habiter à Mexico city, puis à
Los Angeles, et finalement à
New York d’où vous pourrez diriger
votre entreprise florissante.

Le pêcheur réfléchit un instant et lui
demanda:

— Et combien de temps tout cela
prendra-t-il, señor ?

— Oh, quinze ou vingt ans.

— Et ensuite, señor ?

— Alors là, tenez-vous bien ! fit
l’Américain en riant. Au moment
opportun, vous vendrez toutes les
actions de votre société et vous
deviendrez très riche. Vous
gagnerez des millions.

— Des millions, señor ? Et ensuite ?

— Ensuite, poursuivit l’Américain,
vous pourrez prendre votre retraite
et vous installer dans un petit port
de pêche, sur la côte. Là, vous
pourrez faire la grasse matinée,
pêcher un petit peu, jouer avec
vos petits-enfants, faire la siesta
avec votre femme Maria, et le soir
venu, vous vous promènerez dans
le village et vous irez boire un petit
verre de vin et jouer de la guitare
avec vos amigos.”

–auteur inconnu

************

Patrick commentaire :

Ne riez pas en lisant cette histoire,
parce qu’il y a une grande sagesse
à en tirer.
Tout notre système économique est
basé sur cette histoire, sur ce même
principe.
Alors, on se demande pourquoi les
hommes tombent toujours dans le
même piège.
Ne serait-il pas beaucoup plus sage
de vivre comme cet humble pécheur.
De vivre avec juste ce qui nous est
nécessaire, élever notre petite famille,
vivre une vie d’amour, d’harmonie,
et de paix avec notre voisin, avec
le respect de la nature qui nous
entoure.
Pourquoi vouloir plus, toujours plus.
La Terre est assez grande pour
contenir toutes les populations et
complètement éradiquer la faim et
la maladie pour des siècles à venir.
Chacun ayant assez de place pour
élever ses enfants et petits-enfants.

Vous pensez que c’est une utopie
de penser comme cela et que cela
n’arrivera jamais. Mais ce n’est pas
ce que la Bible enseigne.
Elle dit explicitement que Jésus va
reconquérir la Terre, et qu’il va
instaurer une ère de paix de 1.000
ans, appelé le Millénium.
Après des siècles passés, où
l’homme a essayé d’instaurer sa
propre utopie d’un monde parfait,
Jésus va reprendre le contrôle du
mess que les hommes ont laissé
derrière eux, à travers leurs guerres
et le gaspillage de cette planète.
Il va les obliger cette fois-ci à
suivre sa loi d’amour et son plan
pour l’humanité.
L’homme va retourner aux travaux
simples et naturels de l’agriculture,
d’une vie saine pour élever une
famille, dans un cadre de paix et
d’abondance pour tous.

Alors, si relisez cette histoire,
elle va donner un sens sur le but de
cette vie et pourquoi nous sommes
ici en première place.

************

Dans l’un des épisodes de la série originale
de Star Trek, réalisée en 1968, l’équipage
du vaisseau spatial Enterprise entre en
contact avec des êtres intergalactiques
dont le rythme biologique est beaucoup
plus rapide que celui de l’espèce humaine.
« Le revers de la médaille, c’est que leur
organisme est facilement endommagé,
observe le capitaine Kirk, un peu comme
s’ils vivaient leur vie en accéléré : ça les
vieillit prématurément. » On peut imaginer
que les créateurs de cette série ont voulu
nous mettre en garde contre les risques
liés au rythme effréné de la vie moderne.
Et il semble bien que leur prédiction se
soit avérée plus juste qu’ils ne le pensaient.

L’Organisation mondiale de la santé prévoit
qu’à l’horizon 2020, la moitié des 10
maladies les plus courantes seront
directement liées au stress. Une autre
étude récente dévoile qu’à l’heure actuelle,
54 % des personnes actives se plaignent
du stress causé par le travail. Au Japon,
l’ère moderne a vu l’apparition des
néologismes karoshi et karojisatsu,
qui signifient respectivement
“décès pour cause de surmenage” et
“suicide pour cause de surmenage”

Le stress est un problème bien réel qui
nous affecte tous à des degrés divers.
Un des aspects les plus déconcertants
du stress c’est sa faculté de se
perpétuer. Le simple fait d’y penser
nous fait stresser davantage. Il y a
pourtant un moyen simple et efficace
d’y échapper. En fait, c’est tellement
simple que beaucoup de gens,
à tort, repoussent l’idée avant même
de l’avoir essayée, et, bien sûr, ils
continuent à batailler contre leur
stress.

« Venez à Moi, nous dit Jésus, et Je
vous donnerai du repos. Car Mon joug
est facile à porter et la charge que Je
vous impose est légère. »
(Matthieu 11:28–30).

Keith Phillips

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here