Bonne journée

Christianisme contre-culturel

Mais vous, vous êtes une race élue, une communauté de rois-prêtres, une nation sainte, un
peuple que Dieu a libéré pour que vous célébriez bien haut les œuvres merveilleuses de Celui
qui vous a appelés à passer des ténèbres à son admirable lumière.

— 1 Pierre 2.9

Chaque génération doit faire face au même problème, celui de conserver une influence
culturelle ; dans ce monde en constante mutation, le débat a repris. Dans le but d’attirer les non chrétiens, certains chrétiens copient simplement la culture.

Ils deviennent une copie carbone de ce qu’ils perçoivent comme tendance dans l’espoir que les
gens les trouveront – eux-mêmes et leurs organisations, leurs ministères et leurs églises –
cool, et seront intéressés.

Malheureusement, cette poursuite de la culture populaire retire à l’église sa position historique de prophète dans la société.

Fonder sa relation avec le monde en copiant le monde ne peut que mener au désastre. La prochaine génération de chrétiens n’est pas séparatiste ni antagoniste, et elle n’ambitionne
pas d’être pertinente.

Au contraire, ils sont contre-culturels en faisant avancer l’intérêt commun dans la société.

Les prochains chrétiens se voient comme le sel, des agents de préservation, travaillant activement à la restauration, au cœur d’une culture en pleine décomposition. Ils s’attachent à des gens et à des structures en péril, tout en faisant usage du pouvoir rédempteur du Christ qui travaille à travers eux. Ils comprennent qu’en se posant en restaurateurs, ils défient les normes culturelles et vont à contre-courant de la tendance culturelle.

Mais ils estiment qu’étant chrétiens, ils sont appelés à travailler en partenariat avec
Dieu pour restaurer et renouveler tout ce qui, à leurs yeux, est en train de s’effondrer.

Paradoxalement, dans le contexte culturel actuel, non seulement cela amène plus de gens au
salut, mais cela constitue aussi un témoignage qui glorifie Dieu, en montrant au monde son
pouvoir de restauration à l’œuvre. C’est véritablement une bonne nouvelle pour le monde.
Plutôt que de repousser la culture pour protéger une communauté chrétienne insulaire, ils se
battent pour racheter le monde …

Il n’est pas toujours évident d’avoir un engagement contre-culturel plutôt que de se mettre en
retrait ou d’être en conformité. C’est difficile de vivre différemment.

Quand on avance à contrecourant de la culture, cela provoque des frictions et des réactions hostiles vis-à-vis du bien que nous essayons de créer.

Les théologiens Stanley Hauerwas et Will Willimon nous rappellent qu’il faut s’y attendre, car lorsque des gens sont liés par leur loyauté envers un récit qui inclut quelque chose d’aussi étrange que le Sermon sur la Montagne, ils sont en conflit avec le monde.

Pourtant, c’est le fait que nous maintenons cette orientation culturelle qui permet au monde de
faire l’expérience de la puissance de restauration de Dieu, et ainsi les gens seront convaincus
que notre foi est tout ce que nous affirmons qu’elle est, tout ce que Jésus a chargé ses disciples de faire. Comme nous le demande l’apôtre Pierre :

Ayez une bonne conduite au milieu des païens. Ainsi, dans les domaines mêmes où ils vous calomnient en vous accusant de faire le mal, ils verront vos bonnes actions et loueront Dieu le jour où Il interviendra dans leur vie. 1

La promotion d’une communauté contre-culturelle permettra-t-elle de restaurer l’âme du
monde, de gagner les sceptiques à la cause du Christ, et de revitaliser notre foi ?

Nous devrons encore attendre pour le savoir. Pour l’heure, nous savons que Jésus lance un appel clair à la communauté chrétienne, appel à être le sel dans un monde en état de putréfaction et la lumière dans ses recoins les plus sombres.

— Gabe Lyons 2

***

La nouvelle nation de Dieu

Dieu a appelé son peuple une nouvelle nation, une nation sainte. Cela signifie une toute
nouvelle culture, un tout nouveau mode de vie, un tout nouveau peuple. Nous sommes issus
de toutes les races et de toutes les religions, et nous avons des couleurs de peau différentes,
mais nous sommes tous unis et un en Jésus-Christ, et ça c’est un miracle en soi. 3

Quels que soient notre nationalité, notre race ou notre pays d’origine, nous avons tous la même foi, le même amour, la même puissance qui produit des miracles, et nos vies sont pareillement transformées.

Il y a beaucoup de gouvernements et de royaumes humains, mais un seul royaume de Dieu.

Nous sommes un peuple qui n’a pas de pays permanent sur cette terre parce que nous
cherchons la cité aux fondements inébranlables dont Dieu Lui-même est l’architecte et le
constructeur. 4

Nous attendons un pays fondé par Dieu Lui-même, et ce n’est certainement pas
une des nations qui existent actuellement. Même parmi les nations les plus chrétiennes du
monde, aucune ne peut prétendre à être appelée son pays.

Nous sommes citoyens du royaume de Dieu ; c’est notre pays. Nous attendons un pays meilleur, un pays qui, grâce à Dieu, existe déjà dans notre cœur, le royaume des cieux !

C’est ça notre pays—le meilleur pays de tout l’univers, le seul pays qui n’a jamais persécuté les pauvres ni opprimé les faibles, un pays qui n’a jamais perdu une bataille, ni fait la guerre pour de mauvaises raisons !

Nous sommes des étrangers et des pèlerins ici-bas, des représentants de Dieu, les ambassadeurs de son royaume d’amour dont l’instauration est imminente, et c’est le plus grand royaume que la terre ait jamais connu.

***

A ceci tous reconnaîtront

Dans certains cas, nous ne voulons pas que l’église soit contre-culturelle. Les églises
s’adaptent à la culture de beaucoup de façons qui sont excellentes. Par exemple, c’est une
bonne chose que, partout dans le monde, les chrétiens emploient un mot de leur langue locale
pour dire Dieu …

La nécessité d’être contre-culturel est un thème central de la Bible.

Jésus disait à ses disciples :

Vous n’appartenez pas au monde. 5

Et Saint Paul disait aux Romains :

Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel. 6

Mais ce n’est pas évident de savoir comment l’appliquer exactement. Il existe un nombre ahurissant de cultures et de sous-cultures qui proclament et incarnent différentes idées, valeurs, et intuitions. Comment décider ce que nous sommes censés contrer ?

La Bible nous dit clairement que la façon la plus éloquente pour les chrétiens de démontrer
leur différence réside dans la nature de leurs relations les uns avec les autres. La façon dont
les membres de la communauté chrétienne se comportent les uns avec les autres, leur façon de
parler, et la chaleur de leur accueil, pour ne citer que ces aspects-là, font partie intégrante de
leur témoignage pour Dieu.

C’est ce que Jésus voulait faire comprendre à ses disciples quand Il leur disait :

À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : à l’amour que vous
aurez les uns pour les autres.
7

L’église primitive, à l’époque des apôtres, était célèbre pour le caractère distinctif de ses relations. Le mode de vie des premiers chrétiens – Tous les croyants vivaient unis entre eux et partageaient tout ce qu’ils possédaient  8 – était contre-culturel dans le contexte de la société romaine, stratifiée en fonction de la richesse.

Selon un des enseignements fondamentaux de Paul aux Corinthiens, si les chrétiens veulent suivre Jésus, ils ont tous besoin les uns des autres—même si cela paraît improbable et que le monde les pousse à penser le contraire.

L’interdépendance, la capacité à l’adaptation, la communauté : voilà des idées que je ne peux
m’empêcher de trouver contre-culturelles dans notre société contemporaine.

— Jesse Zink 9

***

Missionnés pour être des témoins

La notion particulière selon laquelle nous sommes dans le monde sans appartenir au
monde
se fonde sur la prière de Jésus, dans son discours de la Cène consigné dans
l’Évangile de Jean. Jésus disait :

Ils n’appartiennent pas au monde, comme Moi-même Je ne lui appartiens pas, et Comme Tu M’as envoyé dans le monde, Moi aussi, Je les y envoie. 10

Nous sommes envoyés dans le monde pour témoigner de notre foi et annoncer la bonne
nouvelle que nous avons apprise en Christ. La paix est possible. L’amour est quelque chose de
réel. Toute la création possède une dignité et est sacrée, et peut nous rapprocher de Dieu.

Ce témoignage d’amour nous coûte cher. Nous courons le risque d’être pris pour cibles ou
d’être mal compris. Nous pourrions finir comme Celui que nous suivons, et ainsi nous devons
embrasser la croix.

Nous allons peut-être devoir payer le prix fort pour pouvoir proclamer des messages prophétiques. Après tout, le Christ est notre modèle d’une vie contre-culturelle au
service de l’Évangile. Dans sa prière consignée en Jean 17.22, Jésus déclare que la raison d’être ultime du mode de vie chrétien contre-culturel n’est pas d’amener la division ou la séparation, mais l’unité :

Je leur ai donné la gloire que Tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme Toi et Moi, Nous
sommes un.
Alors que nous poursuivons notre vie contre-culturelle de chrétien, puissions-nous rester ancrés dans cette vision. Puissions-nous toujours nous rappeler que nous témoignons de
l’amour du Christ de façon à manifester ouvertement l’union et l’amour qui se trouvent
uniquement en Dieu.

— Julia Walsh 11

***

1 1 Pierre 2.12
2 http://qideas.org/articles/what-does-being-countercultural-look-like [être contre-culturel, à quoi ça ressemble ?]
3 Galates 3.28
4 Hébreux 13.14 ; 11.10
5 Jean 15.19
6 Romains 12.2
7 Jean 13.35
8 Actes 2.44
9 https://jessezink.com/2013/11/28/what-does-it-mean-to-be-counter-cultural [que signifie être contre-culturel ?]
10 Jean 17.16, 18
11 http://globalsistersreport.org/column/horizons/spirituality/world-not-it-thoughts-countercultural-christian-living-32581

***

La Parole de Dieu est la vérité la plus puissante qui soit !

La plume est plus puissante que l’épée : les hommes de Dieu ont

rarement gouverné des empires, mais par leurs paroles, par leurs

idées, par leur foi, ils ont littéralement conquis des mondes, des

mondes d’êtres humains. Ils ont capturé leur cœur, leurs pensées,

leur esprit, et les ont libérés à jamais. L’éternel royaume de Ses

paroles de vie et d’amour a conquis des mondes entiers d’êtres

humains, d’esprits éternels; des mondes bien plus grandioses,

bien plus durables, et bien plus heureux que les empires terrestres

conquis par l’épée ! Les paroles des prophètes de Dieu ont traversé

les âges, parcouru la terre et changé le cours de l’histoire. Leurs

idéaux ont changé le cœur des hommes et apporté l’espoir d’un

monde meilleur ! C’est la Bible qui a construit les grands empires

chrétiens, qui a sauvé des millions d’âmes d’une mort absurde

sans Christ, qui a apporté l’amour de Dieu en Jésus à un monde

qui se meurt de Son amour !

Ses Paroles sont esprit et vie. (Jean.6:63) Sans elles, tout serait

mort.L’arme la plus puissante au monde, c’est la Parole de Dieu.

Elle peut faire plus que fissionner l’atome: elle peut changer les

 cœurs — ce qu’aucune bombe atomique ne saura jamais faire.

Elle peut changer les esprits, ce que tous les obus ne sauront

jamais faire ! Tel est l’effet de ces Paroles d’amour : elles

transforment le cœur des hommes ! (Hébreux 4:12)

***

Ne laissez pas les autres vous rabaisser à leur niveau,

élevez-les jusqu’au vôtre !

Un bon leader doit posséder deux qualités essentielles: tout d’abord

il doit savoir où il va, ensuite il doit être capable de persuader les

autres de le suivre !

Un vrai leader a de solides convictions et agit en conséquence, sans

souci du qu’en dira-t-on! Il sait ce qu’il doit faire, et peu lui importe

ce qu’en pensent les autres. Il tient bon, même quand tout semble

s’écrouler ou qu’il se voit abandonné de tous ! Vous ne pouvez le

dissuader, ni le détourner de son chemin ! Il ira de l’avant, avec ou

sans vous. Il demeure fidèle au message de Dieu et à Ses méthodes.

Il demeure fidèle à la Parole de Dieu et il écoute Sa voix. Il demeure

fidèle au ministère particulier auquel Dieu l’a appelé. Il est loyal !

Le vrai leader sait garder le cap et essaie d’entraîner les autres dans

son sillage. Un leader qui ne peut tenir d’une main ferme le

gouvernail, ou qui est facilement détourné de son chemin, n’a pas

la fibre d’un leader !

Le vrai leader doit avoir une influence positive sur les autres pour

pouvoir les conduire, les guider, les former, essayer de les entraîner

dans la bonne direction, et leur apprendre à surmonter leurs

faiblesses ! Êtes-vous un tel leader ?

***

Les gagneurs n’abandonnent jamais, mais ceux qui

abandonnent ne seront jamais gagnants !

Quand une situation devient difficile, c’est le moment où jamais

de se battre. C’est ainsi qu’on gagne. Et la victoire n’en est que

plus grande ! Quand la route se fait dure, les durs se mettent en

route ! Tel le capitaine John Paul Jones. Son bateau coulait, il

avait perdu presque tout son équipage, son bras était à demi

arraché. À l’ennemi qui lui demandait s’il était prêt à se rendre,

il cria : Jamais, par tous les diables ! On n’a même pas commencé

à se battre ! Et en un sens il avait raison. Mais à partir de ce

moment-là, il se battit comme jamais et finit par gagner.

Vous n’avez peut-être même pas commencé à vous battre contre

le diable ! Vous n’avez pas encore résisté jusqu’à la mort dans

votre lutte contre le péché. (Hébreux 12:4) Comme Jésus. Bien

qu’il Lui en coûtât la vie, au bout de trois jours seulement, Il

sortit de la tombe triomphalement. Les soldats qui gagnent les

batailles sont ceux qui refusent de cesser le combat !

Faisons le bien sans nous laisser gagner par le découragement.

Car si nous ne relâchons pas nos efforts, nous récolterons au

bon moment. (Galates 6:9)

Tel un bon soldat de Jésus-Christ, prends ta part de souffrances

… afin de donner pleine satisfaction à l’officier qui t’a enrôlé.

(2 Timothée 2,3)

Combattez le bon combat, gardez la foi, achevez la course, et

vous recevrez le prix de la victoire !

(1 Timothée 6:12 ; 2 Timothée 4:7,8)

Que Dieu vous accorde d’être fidèle jusqu’au bout !

Sois fidèle jusqu’à la mort, et Je te donnerai une couronne

de vie !  (Apocalypse 2:10)

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post