Avez-vous remarqué…

Quand votre voisin n’aime pas vos amis,
il a des préjugés ; quand vous n’aimez pas
les siens, vous êtes un juge honnête de
la nature humaine.

Quand il prend son temps pour faire les
choses bien, il est tatillon ou paresseux ;
quand vous le faites,  vous êtes soigneux
et prudent.

Quand il dépense beaucoup, il est
extravagant ; quand vous le faites,
vous êtes généreux.

Quand il est attentionné et doux avec
quelqu’un, vous le jugez faible ; quand
vous le faites, vous êtes gracieux.

Quand il dit ce qu’il pense, il est
malveillant ; quand vous le faites, c’est
de la franchise.

Quand il prend des risques en affaires,
il est téméraire ou imprudent ; quand
vous le faites, vous êtes un sage
investisseur.

Quand il s’habille exceptionnellement
bien, il fait l’intéressant ; quand vous le
faites, c’est de l’élégance.

Quand il traite quelqu’un particulièrement
bien, c’est un lèche botte ; quand vous le
faites, vous êtes attentionné.

Quand il est immuable dans ses convictions,
il est obstiné ; quand vous l’êtes, c’est de la
détermination.

Quand il corrige ses enfants, vous le trouvez
dur ; quand vous le faites, vous êtes un
psychologue avisé.

(auteur inconnu)

                          *************


Le vent qui souffle
(Zig Ziglar)

L’un de mes amis, qui a visité le Centre Biosphère Deux
― un environnement artificiel habitable en Arizona―, me
faisait une réflexion intéressante. Au cours de la
visite, le guide a mentionné que les concepteurs avaient
oublié de produire du vent dans la structure. Or
l’absence de vent posait un réel problème pour les arbres:
une fois qu’ils avaient atteint une certaine taille, ils
se couchaient sous l’effet de leur propre poids. Car le
vent, en faisant osciller les arbres, les oblige à
développer leurs racines en largeur comme en profondeur.

Mon ami m’expliquait que cette constatation l’avait
conduit à s’interroger sur le rôle important que jouent
les « vents de l’adversité » dans notre développement
personnel. Sans eux, nous ne pouvons devenir les hommes
et les femmes robustes. Je partage entièrement ce point
de vue. Les champions ne poussent pas sur des lits de
rose. Tant d’hommes et de femmes dans l’histoire ont
surmonté l’adversité pour atteindre de grands sommets!

Nous avons tous tendance à nous plaindre du temps qu’il
fait lorsqu’il n’est pas au beau fixe : « Si seulement
je pouvais faire pleuvoir, ou arrêter la pluie, si
seulement je pouvais décider de la force du vent, régler
la température extérieure etc. » La biosphère nous
démontre que l’homme a de grandes chances « de passer à
côté » d’un certain nombre de facteurs, et qu’il ignore
certaines évidences. En l’occurrence, il avait oublié de
faire souffler le vent dans les arbres pour que ces
derniers puissent développer leurs racines.

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post