Au bout du compte, c’est quoi le plus important ?
   
On a rapporté que onze millionnaires périrent
dans le naufrage du Titanic. L’un des rescapés,
le Major A.H. Peuchen, laissa dans sa cabine
300 000 dollars en argent liquide, en bijoux
et en titres. Plus tard, il devait déclarer:
— À ce moment-là, l’argent n’avait plus
aucune valeur pour moi. J’ai laissé tout ça,
et j’ai juste pris trois oranges.

De toutes façons, on ne sera jamais satisfait

Un jour, on demandait à un magnat du pétrole,
l’un des hommes les plus riches du monde
à l’époque :
― Si aujourd’hui vous preniez votre retraite,
pourriez-vous dire que vous pouvez compter
sur un milliard de dollars ?
Tout en arpentant la pièce, l’homme faisait
un calcul dans sa tête.
― Sans doute, répondit-il enfin.
Mais dites-vous bien, monsieur, que,
de nos jours, un milliard de dollars,
ce n’est plus ce que c’était !
N’attendez pas pour donner !   
   

   
Un homme riche confiait à un son curé :

― Pourquoi me reproche-t-on d’être avare,
alors que j’ai fait savoir à tout le monde
qu’à ma mort, je ferai don de toutes mes
possessions à des œuvres de charité ?
― Eh bien, expliqua le curé, permettez-moi
de vous raconter l’histoire du cochon et
de la vache. Un jour, un cochon se
lamentait d’être aussi impopulaire:
« On parle toujours de ta gentillesse et
de ton amabilité, disait-il à la vache.
Certes, tu donnes le lait et la crème.
Mais moi, je donne encore plus.
Je donne mon lard et mon jambon,
je donne mes poils de soie, et, de mes
pieds, on fait même de la saumure !
Malgré tout ça, personne ne m’aime.
Pourquoi donc ? » Après une minute
de réflexion, la vache répondit:
« Eh bien, c’est peut-être que moi
je donne de mon vivant. »

La pelle de Dieu
   
On raconte l’histoire d’un fermier qui
était connu pour sa générosité.
Ses amis ne pouvaient comprendre comment
il pouvait autant donner tout en demeurant
aussi prospère. Un jour,
ses amis l’interrogèrent:
― Il y a quelque chose qu’on ne comprend pas.
Tu donnes plus que nous tous, et pourtant,
on dirait que tu as toujours plus à donner.
― Oh, c’est pas sorcier, répondit le fermier.
Avec ma pelle, j’arrête pas de remplir
la brouette de Dieu, et Lui, pendant
ce temps-là, Il arrête pas de remplir
la mienne. Mais faut dire que c’est
Lui qui a la plus grosse pelle !

Ce n’est pas le prix qui compte
   
Autrefois, dans une grande ville, on annonça
qu’un célèbre violoniste viendrait jouer
de son violon qui valait plus de mille dollars.
À l’époque, c’était une énorme somme d’argent.
Ce soir-là, le théâtre était bondé.
Nombreux étaient venus pour voir le beau violon,
autant que pour entendre la musique.
Le violoniste monta donc sur scène
et se mit à jouer. Le public en fut ravi.
Mais, tout à coup, l’artiste jeta le violon
sur le sol avec violence et l’écrasa
de ses pieds, et le piétina jusqu’à le réduire
en miettes. Puis il quitta la scène. Le public,
absolument choqué, pensait que l’homme avait
perdu la tête. Imaginez, détruire un si
beau violon, un instrument aussi coûteux !
Alors, le directeur apparut et s’adressa
à l’auditoire :
― Mes amis, le violoniste n’a pas encore joué
sur le violon à mille dollars.
L’instrument que vous venez d’entendre a été
acheté au marché aux puces.
Il va maintenant jouer sur l’instrument à
mille dollars.
Alors le musicien se remit à jouer.
Mais peu de gens dans l’auditoire
furent capables de percevoir la différence.
Il voulait simplement leur montrer que c’est
le violoniste, plus que le violon,
qui fait la musique.  Vous n’êtes peut-être
qu’un violon à 65 cents, mais avec vous le
Maître fera une magnifique musique, si vous
Le laissez faire.
 
   

“Là où est ton coeur sera ton trésor aussi!”

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post