Alors, je les mets mes pieds ou pas sur la Lune ?

Le chef de la NASA révèle quand les astronautes reviendront sur la Lune

Les Hommes pourraient retourner sur la Lune en 2028 et le premier module habité réutilisable devrait s’y poser dès 2024, d’après Jim Bridenstine, administrateur de la NASA.

La NASA lance un appel d’offres pour construire des modules lunaires en prévision du retour des astronautes sur la Lune programmé pour 2028, a annoncé vendredi Jim Bridenstine, administrateur de la NASA.

« Nous élargirons notre partenariat avec d’autres pays et compagnies privées pour poursuivre l’étude de la Lune et voyager vers Mars. Le retour des astronautes sur la Lune […] sera un premier pas vers l’exploration de sa surface », a indiqué M.Bridenstine.

L’exploration habitée de l’espace et le retour de l’Homme sur la Lune sont devenues les missions principales de la NASA après la victoire de Donald Trump à la présidentielle en 2016.

Le Président Trump et le membre du Congrès Bridenstine, devenu en avril 2018 administrateur de l’agence spatiale américaine, ont souvent évoqué les projets de construction d’une station en orbite lunaire et de création d’une « infrastructure permanente » sur le satellite naturel de la Terre.

M.Bridenstine a plusieurs fois souligné que ces projets seraient réalisés avec la participation de la Russie et d’autres pays et sociétés privées qui coopèrent avec la NASA.

La NASA a commencé par signer un contrat avec des sociétés américaines sur la livraison d’appareils et de fret sur la Lune pendant les années 2020. L’étape suivante d’exploration de la Lune sera la construction de modules réutilisables qui permettront à l’équipage de la future station orbitale lunaire LOP-G de se rendre sur la surface lunaire et de rentrer en orbite.

D’après M.Bridenstine, le premier appareil de ce type se posera sur la Lune à titre d’essai en 2024. Quatre ans plus tard, les astronautes américains marcheront sur les pas de Neil Armstrong. (P. 2024 + 4 = 2028)

Mais les ingénieurs doivent d’abord créer le module d’alunissage, des systèmes d’approvisionnement et un scaphandre qu’on peut utiliser sur la Lune. (Comment ont-ils réalisé cet exploit 50 ans auparavant ; on marche ici littéralement dans le délire !)

La NASA espère aussi que la version finale du module lunaire pourra fonctionner d’une manière totalement indépendante de la Terre en se procurant des ressources sur place. Cela permettra de mettre en place «une infrastructure lunaire stable» et d’organiser des voyages vers Mars.

(Comment ont-ils réussit cet exploit de marcher sur la Lune entre juillet 1969 et décembre 1972, alors qu’il faut attendre 2028 pour oser penser le faire ? Il faut vous souvenir que l’informatique était tout à ses débuts ; on savait à peine comment envoyer un e-mail (message électronique) !

2028 – 1972 = 56 ans ! La preuve irréfutable est là !!!!!

S.V.P, ne mangeait pas votre chapeau pour avoir cru à cet énorme mensonge ! Par deux fois, Victor Lustig, à la fin du 19e siècle, a réussi à vendre deux fois la Tour Eiffel à des ferrailleurs ! Vous ne serez pas le premier à vous faire avoir !

_______________________________________________

 

La date d’apparition d’une station lunaire russe dévoilée

La Russie prévoit de déployer une station à grande échelle sur la Lune entre 2036 et 2040, indique le projet de décision de la séance commune de Roscosmos et du conseil de l’Académie des sciences de Russie sur l’espace.

Entre 2036 et 2040, une base lunaire à grande échelle devrait être déployée, comme l’indique le projet de décision de la séance commune de Roscosmos et du conseil de l’Académie des sciences de Russie sur l’espace.

Auparavant, une information selon laquelle Roscosmos et l’Académie des sciences de Russie prépareraient un programme lunaire et compteraient le présenter au Président et au gouvernement d’ici trois mois avait filtré.

L’installation d’une base lunaire commencerait par la livraison de cargaisons de gros tonnage et la mise en place de sites d’essais lunaires pour des expériences scientifiques est également prévue sur la station.

Le document ne précise cependant pas ce qu’une telle station lunaire en activité pourrait représenter exactement.

Elle devrait comprendre des modules avec des systèmes de survie et de radioprotection pour les cosmonautes, des centres de surveillance de l’espace terrestre, des installations d’alimentation et de communication, des supports spatiaux pour des expériences de traitement de la matière lunaire. Un observatoire astronomique lunaire devrait être situé près de la base.

Jeudi, il a été annoncé que la construction d’une station nationale russe en orbite lunaire avec le lancement du module de base était prévue pour la fin 2025. À l’avenir, les vaisseaux spatiaux et les modules de décollage et d’atterrissage accosteraient à la station orbitale pour débarquer les astronautes à la surface du satellite terrestre.

En septembre 2017, Roscosmos et la NASA ont signé un mémorandum de coopération portant sur la construction de la station orbitale lunaire The Gateway. En 2022, le premier module devrait être envoyé vers la Lune. Les États-Unis ont proposé à la Russie de fabriquer un sas pour cette station. Ce rôle n’avait toutefois pas satisfait la Russie qui avait fait savoir que Moscou ne consentirait pas à participer au projet de station spatiale autour de la Lune sous les conditions américaines.

(Nous y voilà, la réponse est sous vos yeux dans ces deux articles. Le temps est souvent la meilleure preuve qu’on peut donner)

_______________________________________________

L’homme a-t-il vraiment marché sur la Lune

8 preuves pour contredire les arguments conspirationnistes

« C’est un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité »… Cette phrase, prononcée par Neil Armstrong le 21 juillet 1969, changea à jamais l’histoire de la NASA. Car c’est le jour où l’homme a posé pour la première fois le pied sur la Lune.

Selon la version officielle, la navette Appolo 11 s’est posée sur le satellite de la Terre avec, à son bord, les 3 astronautes américains les plus célèbres de l’Histoire : Neil Armstrong, le commandant de la mission, Buzz Aldrin et Michael Collins, un peu moins chanceux, qui resta lui en orbite lunaire.

Et si tout cela n’était en réalité qu’un énorme canular ? Filmé notamment par Hollywood, comme beaucoup le pensent ? En compilant les arguments de plusieurs scientifiques, d’astronautes et surtout, de la NASA, on a voulu reprendre point par point certains faits qui doutent de cette mission afin de démentir les théories conspirationnistes.

1 – Le drapeau n’est pas censé flotter sur la Lune… car il n’y a pas de vent

C’est l’un des arguments préférés des conspirationnistes, car il est recevable. Il n’y a en effet pas de vent car il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune. Cependant, l’explication avancée par la NASA est que le drapeau ne flotte tout simplement pas, malgré la sensation laissée sur la photo. En réalité, le drapeau était plissé et était fabriqué dans une toile renforcée de fil de fer rigide imitant l’aspect fripé d’un drapeau battant dans le vent. Soutenu par une potence pour le faire tenir droit, le drapeau est donc statique. (Laissez-moi vous dire, ils ont travaillé dur pour trouver ces contre-arguments ! Ici, on se demande qui sont vraiment les vrais conspirationnistes ?)

2 – Il n’y a aucune étoile dans le ciel sur les photos de la NASA !

Selon la NASA, le module a atterri sur la Lune dans une période de matinée lunaire, quand le soleil brille très fortement. Ainsi, les étoiles ne brillaient pas assez suffisamment pour pouvoir être capturées sur la photographie.

3 – Il n’y a pas de cratère formé dû à l’atterrissage du module lunaire…

Normalement, le réacteur du module aurait dû brûler la poussière et former un cratère à l’endroit où il a atterri. Selon la NASA, le réacteur n’était pas suffisamment puissant pour brûler le sol, et la couche de poussière n’est pas suffisamment profonde au site de pose pour qu’un cratère se forme.

4 – Alors qu’il y a bien des empreintes de pas…

Pas de cratère, mais des empreintes de pas semblables à celles que l’on peut laisser sur du sable mouillé ? D’après la NASA, la couche de poussière soulevée par l’atterrissage du module a rapidement recouvert la surface de la Lune tout autour. Ainsi, les astronautes ont marché sur cette couche de poussière, laissant ces empreintes de pas.

 5 – D’ailleurs, ces empreintes sont bien trop visibles sur la surface alors que la gravité y est très faible…

Seulement voilà, ces empreintes de pas sont bien dessinées sur le sol alors que la faible gravité lunaire allégeait fortement le poids des astronautes. Si ces derniers flottaient quasiment sur la surface de la Lune, comment ont-ils pu laisser de telles traces ? C’est expliqué par le manque de vent qui explique ce phénomène, à tel point que ces empreintes seraient encore présentes aujourd’hui.

6 – Il n’y a pas de flamme visible sortant du module lors de son départ de la Lune

L’explication avancée par la NASA est que le module lunaire est équipé de réacteurs qui utilisent un fuel contenant de l’hydrazine et du peroxyde d’azote. La combinaison et la combustion de ces deux éléments engendrent tout simplement des flammes invisibles.

7 – Les astronautes n’auraient pas pu survivre à leur voyage à cause des fortes radiations provenant des ceintures de Van Allen (ceintures de radiation)

On considère généralement que les astronautes auraient dû subir une dose de radiations mortelles en traversant les ceintures de Van Allen. Même lorsqu’ils étaient sur la Lune. Cependant, la NASA prétend que ses combinaisons spatiales étaient extrêmement résistantes et protégeaient parfaitement les astronautes. (Alors, peut-on m’expliquer pourquoi les ingénieurs aujourd’hui travaillent aussi fébrilement pour concevoir une tenue spatiale qui peut résister à ces radiations !)

 8 – Les six atterrissages sur la Lune ont toutes eu lieu durant la présidence de Richard Nixon. Aucun autre chef d’Etat n’a annoncé de voyages spatiaux sur la Lune depuis 40 ans… Coïncidence ?

(Nixon, un monstre de guerre qui a envoyé les enfants de son propre pays se faire tuer à sa place dans la guerre du Vietnam ! Un escroc et un filou qui a trompé son propre peuple ! Et comme coïncidence, ce roi des menteurs était en exercice durant toutes ces missions ? Une autre preuve du mensonge des États-Unis dans cette conspiration spatiale !)

Le doute mérite d’être levé sur cet argument. Richard Nixon est devenu un président controversé à cause du Watergate et de la guerre du Viêtnam. Ainsi, les théories conspirationnistes concernant la mission Apollo 11 provenaient également de la défiance du peuple américain envers son président. Les opérations spatiales n’étaient pas le fait d’un seul homme politique.

En réalité, si les missions sur la Lune se sont arrêtées, c’est parce que les Etats-Unis avaient déjà gagné cette course à la conquête spatiale et qu’il n’y avait plus forcément de budget pour continuer. (Ah ! Ah ! Elle est bien bonne celle-là ! A qui vont-ils faire avaler cette absurdité ? Donc, si je comprends bien, le seul but des Américains, c’était de devancer la Russie par tous les moyens possibles ? Même le mensonge ? Eh bien ils ont réussi à merveille ! Notre cher Nixon s’est illustré de nouveau ! )

D’autant plus qu’en URSS, être second n’était pas une option. Les deux nations ont donc poursuivi leurs missions spatiales pour des mises en orbite, à des fins commerciales ou militaires.

Bien que la NASA a prouvé à plusieurs reprises qu’il y avait bien eu une mission sur la Lune, de nombreuses personnes dans le monde croient, malgré tout, encore à la thèse “Hollywoodienne”

Bonus de Patrick :

Ici, il y a un certain nombre d’ombres qui ont été omis !

Comme la mort soudaine d’un bon nombre de personnes impliquées autour de ces missions. (Accidents mortels de la route, arrêts cardiaques, disparitions, etc.)

Une autre étrangeté est la disparition d’une grande quantité de photos disparues dans la nature par enchantement.

Des experts comme Bill Kaysing ont exprimé de sérieux doutes sur ces missions en disant que la NASA ne disposait pas de l’expertise technique suffisante pour mener à bien une telle entreprise. Elle a donc travaillé de pair avec la DIA (Défense Intelligence Agency) pour monter un canular.

La concurrence exacerbée avec les Soviétiques dans la course à l’espace justifierait la supercherie.

Mais la meilleure preuve, je vous l’ai donné plus haut : ce silence de plus de cinquante années…

Maintenant, c’est à vous de réfléchir sérieusement, la balle est dans votre cour !

_______________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post