Le Poéton déguenillé

Oh Gloire,
Comment peut-on t’aimer,
Tu es une amante si infidèle ;
Une maîtresse si pompeuse.
Tu promets monts et merveilles
Mais dans ta couche luxueuse
On ne trouve que dénuement.
Tu n’es qu’un amour d’un soir,
Une frivolité passagère, d’une nuit.
Tu changes d’amant selon tes caprices
Comme on change d’habits
Quand on est las de les porter.
Combien sont tombés sous ton charme
Pour se retrouver nus et perdus.

La Gloire,
Prenez là pour ce qu’elle vaut,
Mais surtout, ne faites pas l’erreur
De croire qu’elle va
Vous appartenir pour toujours.
Soyez comme le poète déguenillé,
Amoureux de son art et de sa plume.
Amoureux de la vie et de sa liberté.
Ce monde de vanité (sa gloire)
Passe pour ne plus revenir,
Mais celui qui écrit pour les âmes
Des hommes, lui, demeure !

Patrick Etienne

Un Poéton : est un poète sans habit,
sans étiquette et sans-le-sou.
Sa seule fortune est son talent,
son seul amour sa Muse.
La gloire n’est pas de celle qui
traîne au pas de sa porte.
Mais qu’importe, il est amoureux
Du beau vers et des mots qui
touchent le cœur des hommes.

Déguenillé : dans ce sens, cela
signifie qu’il est sans titre et sans
parrainage. Le monde aime ce qui
est sien et aime honorer les siens ;
mais ce gueux de Poéton qui en
veut, et qui se rappellera de lui ?

Pour terminer et clore                                             ces pensées
de la plus belle façon, j’ai choisi
quelques mots qui ne viennent pas
de ma plume :

« Qu’est-ce qu’un écrivain à de plus
beau à offrir que des mots »
« N’oublions pas, les critiques sont
incapables de créer »
(Honoré de Balzac 1799 – 1850)

        

« Les critiques se repaissent du
génie qu’ils n’ont pas ; c’est leur
façon d’oublier leur manque »
(Patrick Etienne)

 

88888

Plus dans la section

Sois un ami - Au fil des mots

Related Post