Le culte du “Moi”

Oui, c’est bien “Moi
Le nouveau dieu
Qui me définit
En deux lettres : “Je
Ou rien n’est plus important
Que mon centre d’intérêt ;
Le reste n’est que secondaire,
De moindre importance,
Sinon, inexistant à mes yeux ;
D’ailleurs, on m’a dit
Que “je le valais bien” !

Freud et ses adeptes ont dit
Qu’il ne fallait surtout pas
Refouler ses passions et envies,
Car cela pourrait endommager
L’être intérieur et son ego.
Pour cela, ils ont dû changer
Un vocabulaire étriqué qui
N’était plus adapté pour vivre
A plein ce nouvel état d’âme.

Par exemple le mot “égoïsme
A perdu son sens de culpabilité,
D’ego narcissique et exclusif,
Mais qu’il devait s’affirmer,
Trouver son propre équilibre,
Assouvir ses sentiments
Les plus refoulés et tabou.

Notion du bien et du mal”…
Voici un autre “tabou” inventé par
Le système religieux qui interdit
L’homme animal” de s’épanouir,
Donc, de jouir de lui-même,
Ses propres fantaisies en lui
Imposant des rabat-joie, des
Barrières, des portes interdites !
La nature n’est-elle pas exonérée
De cette notion de “bien et de mal” ;
Car c’est bien connu, ce sont
Les plus forts, les plus adaptés
Qui ont une chance de survivre !

Dans ce nouvel ordre social,
Les mots altruisme, dévouement,
Désintéressement, abnégation,
N’ont plus leur place d’honneur,
Mais sont relayés ou balayés.
Libérons les hommes, disent-ils,
De toutes ces chaînes moralistes,
De tous ces préjugés bigots…

Mais à la fin, que va devenir ce “Moi
Et son culte de la personnalité ? Un
Désert inculte, infécond, et stérile.
Un Tchernobyl nocif et pollué ; une
Terre aride et sèche, dénudée d’amour.

Ne laissons pas cela nous arriver,
Cultivons plutôt un véritable amour,
Une passion pure et désintéressée,
Elargissant notre vie et notre cœur
Pour le bien de l’humanité, pas juste
Nos propres envies et propres désirs !

Patrick Etienne

Avec ce nouveau culte du Moi, est née une nouvelle ère qu’on a surnommée : la “Me Génération” (la génération “Moi”), également appelée Génération W, qui est née et a pris ses racines aux États-Unis dans les années 70’
Le narcissisme désigne l’amour de soi en référence au mythe grec de Narcisse tombé amoureux de sa propre image. Le terme désigne l’estime de soi, une confiance en soi excessive, confinant à l’égocentrisme.

Plus dans la section

Sois un ami - Au fil des mots

Related Post