a5e4a540-dd50-4c87-9310-37b9d8bd320e-1000x500

La main qui tient le destin

Le crayon court sur le papier,
Rien ne semble ne l’arrêter.
Parfois, il hésite, se retient,
Revient en arrière, il semble
Prendre du temps à la réflexion,
Un certain recul, comme s’il
Méditait sur l’avenir proche.
Puis, d’un d’élan brusque,
Comme un orage d’été,
Il s’emballe comme un étalon
Sauvage, en quête de liberté,
De pâturages aux herbes fraîches.

Un crayon, n’a pas d’identité,
Ni de mémoire, encore moins
De personnalité ; il est, ce que
Vous voulez qu’il soit, c’est tout !
Doux, rassurant et tendre, ou
Impitoyable, méprisant et haineux.
Il n’a pas de sentiment, rancœur,
Il devient la continuation de la
Main de l’homme et de ses pensées.
Un instrument de paix pour apporter
Un futur aux hommes fidèles ou un
Instrument de jugement et de
Malheur pour l’humanité entière.

Patrick Etienne

« Si tu désires changer le monde,
prends ton stylo et écris »
(Martin Luther, réformateur)

“On écrit pour ses voisins ou
pour Dieu. Je pris le parti
d’écrire pour Dieu en vue
de sauver mes voisins »
(Jean-Paul Sartre)

88888

Plus dans la section

Sois un ami - Au fil des mots

Related Post