La destinée

Je suis venu aux portes de l’éternité
Et j’ai frappé.
Une voix m’attendait à la porte
Pour m’accueillir et me parler.

As-tu grimpé les plus hauts sommets
De la gloire humaine, sa mondanité ;
As-tu goûté aux délices de la chair ;
Satisfait tes mille et un plaisirs ;
Ton âme est-elle rassasiée et repue ?

Es-tu descendu dans le gouffre noir
De l’agonie et du désespoir humain ;
Ou la tourmente souffle jour et nuit,
Bat les dernières fortifications, les
Derniers retranchements de ton âme ?

As-tu traversé ses forêts épaisses
Du doute, du désespoir, de l’agonie ;
Quand ton âme apeurée semblait errer
Je ne sais où, je ne sais comment ;
Désespérée de trouver un havre de paix ?

Dans l’immensité de ces mers inconnues,
Ton vaisseau a-t-il pu résister aux tempêtes,
Aux ouragans de cette vie, quand tes voiles,
Déchirées, déchiquetées, ballotées, brisées,
Semblaient sonner le glas de ton aventure ?

As-tu traversé ces déserts arides, desséchés,
Quand l’âme, assoiffée, altérée, agonisante,
sur le point de perdre conscience ; dans
Son dernier sursaut de vie, trouver l’oasis ;
La terre des promesses du Dieu ?

Une autre voix, réconfortante cette fois-ci,
S’est approchée de moi pour me parler ;
Dans la douceur de sa voix, je pouvais
Sentir la réassurance à travers ses paroles ;
Des paroles de vie, d’espoir, d’amour !

Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez
et qui êtes chargés, et moi, je vous
donnerai du repos. Prenez mon joug
sur vous, et apprenez de moi, car je suis
débonnaire et humble de cœur ; et vous
trouverez le repos de vos âmes. Car mon
joug est aisé et mon fardeau est léger.
(Matthieu 11:28-30 – La Bible)

Patrick Etienne

Je voudrais dire un petit mot au sujet de ce poème :
parfois, quand on écrit, de la poésie entre autres,
tout ne vient pas d’un coup dans son intégralité.
Ce que je veux dire, l’inspiration et la créativité
ont beaucoup à voir dans la réalisation d’une œuvre.
Comme le sculpteur devant son bloc de marbre ou
le peintre devant sa toile vide, tout commence avec
le désir de créer, d’exprimer ce qu’on ressent sur
le moment présent, le don de réaliser une œuvre.
Le poète fonctionne de la même manière ; une
inspiration lui vient à l’esprit, ensuite, il doit
prendre sa plume et son écritoire pour ébaucher
l’œuvre qu’il veut réaliser. Parfois, juste un
sentiment, un mot ou une idée servent de starter.
Au fur et à mesure qu’il progresse, les idées
prennent forme, les traits et les contours se
dessinent, l’œuvre prend du relief et un sens ;
La magie de l’inspiration et de la créativité de
l’artiste s’opère et se concrétise. Comme
un bon cuisinier avec ses recettes personnelles,
il n’est jamais à court d’improuver, d’améliorer
son talent. Pour finir, tout vrai artiste donnera
le crédit de son œuvre, de son inspiration, à
l’auteur divin ; le Créateur des créateurs !

Patrick Etienne

Plus dans la section

Sois un ami - Au fil des mots

Related Post