Accueil Showbiz Un gros Happening !

Un gros Happening !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :





Un beau Happening
Avec la mauvaise température qui sévissait sur tout le pays et les grands-messes du dimanche soir, diacre sous diacre officiées par Eric Salvail et Guy A. Lepage terminées, c’est évident que le Québec tout entier était devant son téléviseur et attendait ses artistes pour le grand happening culturel annuel qu’est le Gala Artis.

Et, comme l’année dernière, on n’a pas été déçus. C’est le gala le plus beau, le plus glamour, le plus intéressant des galas avec du beau monde, des beaux décors, un animateur en or et une réalisation réglée au quart de tour.

On ne peut qu’adresser des félicitations à toute l’équipe qui a réussi à nous en mettre plein la vue. Des beaux moments, un bon montage avant un numéro d’ouverture époustouflant. Ca n’a pas été long, le party était pogné.

Fidèles à leur réputation de pros du showbiz et spécialistes des tapis rouges, Herby Moreau et Penelope McQuade ont fait du bon travail et les artistes ont bien collaboré.

Le public adore les tapis rouges et les artistes jouent bien le jeu. Ils nous en donnent pour notre argent et nous en mette plein la vue.

Ces galas sont toujours une très bonne publicité pour tous nos designers, joalliers, accessoiristes, coiffeurs et maquilleurs.

Le tapis rouge, c’est chic, glamour, élégant, quoique cette année, on était beaucoup moins guindés. Les nœuds papillon avaient disparu du décor pour faire place aux jeans et à la barbe plus longue. Quand même, le Monument National où l’événement était diffusé en direct, brillait de tous ses feux.

Artiste aux multiples talents, François Morency, nous a bien démontré qu’il connaissait le secret d’une formule gagnante. Très impliqué dans tout le processus, il prouve qu’il a l’étoffe d’un grand animateur.

J’ai comme l’impression qu’il a une job à vie. Animer un gala de cette envergure est souvent casse-gueule. Morency a fait une bonne job. Personnellement, même si encore une fois, la soirée était trop longue, j’ai aimé et je donne un 10 à tous les artisans.

Quelle que soit l’issue de ce grand happening, tout le monde en parle aujourd’hui. On veut tout savoir. Sauf qu’on devrait sans doute modifier les règles du jeu. Il est flatteur de gagner des trophées, mais après trois ans, on devrait passer le flambeau à un collègue. Deux fois passe, trois fois casse. Et, encore une fois, Marc Labrèche brillait par son absence.

Derrière cette très belle soirée, six mois de préparation, d’écriture, de mise en scène, de réflexion, de meetings, de discussions, de brassage d’idées.

Rien ne s’est fait en trois jours. Et le résultat est là. Chaque phrase, chaque pas, chaque numéro, chaque présentation était préparé, répété, réglé au quart de tour. Rien n’était vraiment improvisé. Durant ces trois heures, on a réussi le parfait mélange émotion, humour, variété, glamour, information. Aucun temps mort. Un feu roulant continuel, des caméras vives et alertes qui ont su capter de très beaux moments. On ne s’est pas ennuyé une seule minute. Un feu roulant continuel. Emouvant hommage à nos grands disparus Claude Blanchard et Fernand Gignac, des géants de notre télévision et du showbiz québécois.

On ne parlera pas des petites frictions, petites jalousies et déceptions tout à fait normales qui surgissent après chaque gala. Il ne peut y avoir plus d’un gagnant dans chaque catégorie. Parfois décevant, mais c’est le public qui vote, c’est lui qui choisis. Ce n’est pas un métier facile, la compétition est forte et ça joue beaucoup du coude. Pour un artiste, un award, ça reste très important dans une carrière, ça fait même augmenter sa valeur marchande.

Pas mauvais quand vient le temps de renégocier un contrat…

Encore cette année, comme à Hollywood, des sacs cadeaux du Gala ARTIS ont été remis aux nommés et aux présentateurs du gala. Ces sacs, d’une valeur de plus 1 500 $, sont offerts par 7 Jours et TVA. Un sac qui contient des crèmes de beauté, une journée dans un spa, un bain flottant, du maquillage, lunettes fumées, chapeau, parfum, souper dans un resto, bref, tout ce qu’on adore recevoir en cadeau et qu’on ne se paie jamais soi-même.

Les gagnants :

  • Emission de service : Benoit Gagnon
  • Rôle masculin : Denis Bouchard
  • Chef d’antenne informations : Sophie Thibault
  • Rôle féminin : Guylaine Tremblay
  • Animateur émission jeux : Charles Lafortune
  • Animateur aux sports : Marie-Claude Savard
  • Animateur affaires publiques : Paul Arcand
  • Artiste émissions jeunesse : Mariloup Wolfe
  • Artiste masculin émission catégorie humour : Marc Labrèche
  • Rôle féminin téléroman : Guylaine Tremblay
  • Rôle masculin téléroman : Denis Bouchard
  • Rôle masculin télésérie : Claude Legault
  • Rôle féminim télésérie : Hélène Bourgeois-Leclerc
  • Animateur émission de variété talk-show : Eric Salvail
  • Personnalité masculine de l’année : Charles Lafortune
  • Personnalité féminine de l’année : Guylaine Tremblay

    Comme le dit la chanson, on fait tous du show-business et on veut tous se voir sur un grand écran en couleur. Très belle soirée, très bonne réalisation de Jean-François Blais, très bonne mise en scène. Bravo !

    Félicitations à tous et à l’an prochain !

    Salut Bye à demain
    Courriel

    Destination Soleil/Floride
    Le Bottin de la Floride
    L’Astrologie avec Véronique Charpentier








    Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
  • Partagez cette page avec :
    Michèle Sénécal
    Travail dans le monde du showbiz depuis plus de 30 ans.
    Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message