Accueil Showbiz Le chameau de Julie Avec Jean Béliveau Le party de Julia

Le chameau de Julie Avec Jean Béliveau Le party de Julia

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :






Le chameau de Julie
À son émission Le BanquierJulie veut nous surprendre, nous étonner, nous divertir et surtout, nous donner beaucoup d’argent, mais je ne suis pas certaine d’avoir aimé voir arriver le chameau sur scène dimanche soir. Ni d’avoir trouvé l’épisode des danseuses bien drôle. J’avais la nette impression que Julie Snyder tenait absolument à augmenter sa cote d’écoute qui est la plus importante de notre télévision automne 2007. Je me suis même demandé si elle avait le même chameau que Céline et René lors de leur remariage à Las Vegas en 2000.

J’aime Julie comme animatrice du Banquier, mais le chameau et les danseuses, c’était trop. D’autant plus que tout ce gros show n’a rien donné, la pauvre fille est retournée à la maison avec un petit montant. Il y a des jours où on veut épater la galerie mais la mayonnaise ne prend pas. C’était le cas dimanche soir. Tout un chiard pour rien.

Je préfère, et de loin, des épisodes où tout est plus sobre tout en étant amusant. Comme la soirée avec le cowboy ou l’émission spéciale avec Céline. Par contre qu’un artiste vienne nous surprendre comme c’est arrivé à quelques reprises, c’est amusant et dimanche soir, Eric Lapointe est venu proposer une Harley Davidson à une concurrente qui rêve d’une moto depuis des annés, ça, j’ai trouvé très sympathique. Lapointe n’a fait aucun flafla, il était sobre dans sa présentation et on aimait ça. Tellement sobre qu’il n’a pas déserré les dents et a à peine esquissé un sourire.

Mais pour l’ancien chameau de Céline, on repassera. Ça faisait hyper quétaine. Le Banquier le dimanche soir, c’est une cote d’écoute de plus de 2 millions de téléspectateurs. Gageons qu’avec le chameau, on frôlera les 2.7 millions.

Julie préparerait un spécial avec l’iman Saïd Jaziri ou encore Raël que personne ne serait surpris. C’est bien beau vouloir rester numéro un aux cotes d’écoute, mais il y a des limites à tout. Surtout à la quétainerie. Quoiqu’avec l’arrestation de Saïd lundi matin, il y a de grosses chances qu’on soit privé de cet homme imbu de lui-même pour un bon bout de temps. Saïd n’a plus aucun statut légal au Canada. Normalement, il devrait retourner chez lui en Tunésie. L’iman a menti, il avait oublié de mentionner qu’il avait un lourd casier judiciaire en France quand il s’est réfugié au Canada…

Boudée par les DJ
Le phénomème n’est pas nouveau, il existe dans tous les pays du monde. Quand un artiste est au sommet de sa gloire, les stations de radio l’ignorent complètement. Tout d’un coup, c’est pas le bon son, le bon look, la bonne façon de faire les choses. C’est ce qui arrive avec Britney Spears. On la voit partout, elle défraie les manchettes de tous les médias écrits ou électroniques et pourtant, elle continue d’être boudée par la radio. Complètement ignorée par les DJ.

Chaque fois qu’on parle d’elle dans les médias, les tirages montent. L’inviter à une émission fait grimper les cotes d’écoute, les animateurs de talk-shows se l’arrachent et l’annoncent à grands renforts de publicité. Tout ça pour être ignorée par la radio. Ce qui signifie que le jour où on arrêtera de parler de ses frasques personnelles, elle sera complètement ignorée et sa carrière ne sera plus qu’un souvenir.

Avec Jean Béliveau
Ce soir, l’animateur-journaliste Jean-Luc Mongrain reçoit nul autre que Jean Béliveau à sa table dans le cadre de l’émission Pourquoi. Mongrain qui est passé maître dans les entrevues depuis une bonne trentaine d’années, a interviewé les plus grands, mais ce soir, son invité est l’un des plus beaux fleurons du Québec.

Petite rétrospective, Jean Arthur Béliveau est né le 31 août 1931 à Trois-Rivières au Canada et a œuvré comme joueur de hockey avec le club Canadien durant des années. Il a remporté la Coupe Stanley à dix reprises, dont un nombre record de cinq fois comme capitaine des Canadiens de Montréal et a été honoré par le Premier Ministre Stephen Harper.

Il a débuté sa carrière en 1946 avec les Panthers de Victoriaville. Il joue ensuite pour les Tigres, les As de Québec et enfin les Citadelles de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il commence sa carrière professionnelle chez les Canadiens de Montréal en 1951 où il obtient une place de titulaire durant la saison LNH 1953-54 en prenant part à 44 parties et marquant 34 points.

Au moment de sa retraite, il détenait le record de son équipe pour les points en carrière et était le meilleur marqueur en série dans la LNH. Il aura marqué 507 buts et 712 passes pour 1219 points en 1125 parties de saison régulière et 70 buts et 97 aides pour 176 points en 162 parties de séries. Son numéro (4) a été retiré le 9 octobre 1971 par les Candiens des Montréal.

A ne pas manquer, ce soir à 21h30 TQS. Jean Béliveau a beaucoup de choses à raconter.

A New York
Tout est terminé, la vente est faite. Ricky Martin a vendu son somptueux appartement situé au 40 Bond Street à New York pour la modique somme de 9.8 M$. Il avait payé la petite merveile 6.3 M$ il y a trois ans. Mais, ne vous en faites pas, Ricky n’est pas dans la rue pour autant. Il possède une magnifique résidence à Star Island à Miami Beach comme il vient de de faire l’acquisition d’un penthouse à New York au coût de 12 M$.

Ricky esr surtout entiché par la vue et la cuisine. Il adore cuisiner et le nouvel appartement possède une cuisine de rêve en plus de planchers en chêne.

New York est la nouvelle place à la mode pour les artistes. Depuis des siècles, ils y venaient régulièrement, maintenant, ils achètent tous des appartements et inscrivent leurs enfants dans des collèges privés de la région.

Le party de Julia
Gros party pour Julia Roberts samedi dernier alors que l’American Cinametheque lui remettait un prix à Los Angeles. Émue aux larmes, l’actrice a raconté qu’elle était une fille d’une petite ville en Georgie qui avait réalisé un gros rêve, celui de devenir numéro un au box office du cinéma.

Julia Roberts, de son vrai nom Julie Fiona Roberts, est née le 28 octobre 1967 à Atlanta, Géorgie. Après avoir assisté à la réussite de son frère Eric Roberts en tant qu’acteur, celle qui voulait devenir vétérinaire ou journaliste commence à suivre des cours d’art dramatique à l’Actors Studio.

Elle fait ses débuts au cinéma en 1986, sous la direction de Peter Masterson, dans Un Fusil Pour L’Honneur et tient son premier rôle important dans la comédie Mystic Pizza. Elle connaît son premier succès avec Potins de Femmes (comédie dramatique d’Herbert Ross, 1989). Son interprétation de Shelby Eatenton lui vaut d’être citée à l’oscar et de remporter le Golden Globe. Elle est nommée à l’Oscar de la meilleure actrice pour la seconde fois en 1990 pour son interprétation dans Pretty Woman, elle obtient finalement la récompense dix ans plus tard, pour son rôle dans Erin Brockovich, seule contre tous.

Julia est mariée à Daniel Moder avec lequel elle a eu trois enfants : les jumeaux Phinnaeus Walter et Hazel Patricia nés le 28 novembre 2004 ainsi que Henry Daniel né le 18 juin 2007. Julia est la tante de Emma Roberts. Elle a été l’actrice la mieux payée de Hollywood de 2002 à 2005 (24 millions de dollars pour Le Sourire de Mona Lisa en 2003), avant de se faire détrôner récemment par Reese Witherspoon (29 millions de dollars pour Our family troubles en 2007).

A 39 ans, une belle carrière derrière elle, une belle famille et un compte en banque fort bien garni, Julia pourrait aisément prendre sa retraite. Mais elle n’est pas décidée. Si elle a ralenti sa carrière au profit de sa famille, elle n’a toujours pas accroché ses médailles.

Salut Bye à demain

Commentaires

Destination Soleil/Floride
Le Bottin de la Floride






Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Michèle Sénécal
Travail dans le monde du showbiz depuis plus de 30 ans.
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message