Les plantes génétiquement modifiées (GM), aussi dites transgéniques, contiennent des gènes provenant d’espèces non apparentées.
Ces gènes peuvent provenir de bactéries, de virus, d’autres plantes ou même d’animaux. Si ces gènes ” étrangers ” sont à leur tour transférés à d’autres organismes, il en résulte une contamination ou pollution génétique du patrimoine génétique naturel.

La contamination génétique peut se produire de quatre façons :
– si une plante sauvage apparentée poussant à proximité d’une culture GM est fécondée par celle-ci;
– si une plante non-transgénique ou biologique présente dans un champ voisin est fécondée par une plante GM;
– si une plante transgénique survit dans l’environnement agricole ou naturel et que se développe une population de plantes GM semi-sauvages, nuisibles ou retournées à l’état sauvage.
– si des micro-organismes présents dans le sol ou les intestins d’animaux ayant mangé des plantes GM assimilent les gènes étrangers.

Contrairement aux autres formes de pollution, la contamination génétique risque de s’étendre à mesure que les plantes et les micro-organismes poussent et se reproduisent. C’est pourquoi les dommages écologiques causés par les organismes génétiquement modifiés (OGM) ne peuvent être confinés à l’habitat où ils ont originellement été introduits.

extrait de Greenpeace.ca
http://www.greenpeace.ca/

88888

Plus dans la section

Saviez-vous que...

Related Post
  • 23 May 2018 par › Planète Québec

    Mon argent! Ma paye!

    Hé! Avez-vous déjà pensé au nombre de manières qu’il y a dans la langue française pour d...Readmore
  • 23 May 2018 par › Planète Québec

    Mon argent! Ma paye!

    Hé! Avez-vous déjà pensé au nombre de manières qu’il y a dans la langue française pour d...Readmore
  • 22 May 2018 par › Planète Québec

    Terre cruelle

    Le tremblement de terre qui vient de frapper l’Inde et qui pourrait avoir tué plusieurs dizai...Readmore