” Deux chercheurs de l’Université Cornell ont analysé 4 578 spécialités culinaires originaires de 36 pays pour mettre à l’épreuve une théorie qui veut que si les habitants des pays chauds consomment autant d’épices et d’aromates, c’est du fait de leurs propriétés anti-microbiennes et antifongiques, sélectionnées de manière empirique au fil des générations de cuisiniers. ”

Vérification faite, ce serait fondé.

” Sans apporter de réponse définitive, l’étude montre que les épices et condiments les plus couramment usités dans les régions tropicales et subtropicales – ail, oignon, piments – peuvent inhiber 75 % des espèces de bactéries testées. De plus, l’usage des épices ne dépend pas de leur disponibilité, la plupart poussant également dans l’hémisphère Nord. Il apparaît également que des épices aux vertus antibiotiques faibles sont souvent mélangées dans des plats où leurs effets se retrouvent alors décuplés. ”

extrait de : Par 4 chemins
http://radio-canada.ca/radio/

88888

Plus dans la section

Saviez-vous que...

Related Post
  • 23 May 2018 par › Planète Québec

    Mon argent! Ma paye!

    Hé! Avez-vous déjà pensé au nombre de manières qu’il y a dans la langue française pour d...Readmore
  • 23 May 2018 par › Planète Québec

    Mon argent! Ma paye!

    Hé! Avez-vous déjà pensé au nombre de manières qu’il y a dans la langue française pour d...Readmore
  • 22 May 2018 par › Planète Québec

    Terre cruelle

    Le tremblement de terre qui vient de frapper l’Inde et qui pourrait avoir tué plusieurs dizai...Readmore