Quoi vous ne le connaissez pas?
Qui ne connaît pas Yves Godec!!!

Je l’ai connu il y a une vingtaine d’année alors que j’étais dans mes débuts de représentations de vins & spiritueux pour une petite agence qui n’existe plus, mais dont les produits sont encore à la SAQ, et qui logeait à Place Bonaventure, au niveau de l’étage des banquets de l’Hôtel Bonaventure Hilton.

Un jour, je vis ce monsieur, d’une grande élégance, avec son béret sur la tête, dans sa chaise munie d’un moteur, s’approcher en silence près de mon bureau à l’entrée, car j’avais laissé la porte ouverte. Et j’entendis un beau « Bonjour Monsieur » et là ma tête se tourna vers mon destin, sans que je ne le sache encore!

Yves Godec vendait de la publicité pour la revue Dynamo et il nous proposa ses services.

Malgré notre refus, il s’accrocha. Régulièrement, il nous téléphonait et nous visitait. Malgré mon insistance à lui refuser d’acheter de la publicité, il continuait à me «harceler gentiment et avec humour».

Il avait réussi à nous attacher à lui. Non pas par pitié, mais par un lien mutuel de sympathie, car il avait réussi à nous faire prendre conscience qu’il n’avait pas d’handicap, ni de problèmes insurmontable dans la vie et que celle-ci était très belle à la condition de la vivre sainement et pleinement.

Nous avons finalement décidé d’acheter de la pub chez lui, en lui imposant les mêmes exigences qu’aux autres fournisseurs.

Les années ont passé et, en 1989 je lançais mon agence de représentation dans les vins, spiritueux… et j’ai confié à Yves Godec le poste de représentant auprès des succursales de la SAQ, sur le territoire de Montréal.

Ce malin Godec avait pris pour habitude de se faire photographier, en compagnie du gérant et du personnel, devant un display du vin en représentation de cette époque, Le brouilly Château des Tours.

Il avait fini par se constituer un album de photos au fur et à mesure des mois, avec les photos des différentes succursales qu’il montrait fièrement à ceux qui n’avaient pas leurs photos dans l’album et surtout qui n’avaient pas fait de display de vin du Beaujolais.

Résultats, les ventes augmentèrent de 33% en une année, grâce à Yves Godec super-vendeur. Si certains fournisseurs Européens ne comprenaient pas que l’on engage un handicapé, d’autres, plus éclairés, approuvaient cette initiative et joignirent mon entreprise à cette époque.

D’ailleurs le président français, Jacques Chirac, dans son discours du 14 juillet dernier, promettait d’intégrer les handicapés dans la société, comme le commun des mortels. Les employés des succursales des Sociétés des alcools me firent beaucoup de commentaires positifs à mon grand étonnement, car mon but visé était de faire ma part dans la société.

Nos routes se séparèrent lorsque je pris le mandat d’une autre entreprise.

Il est vrai qu’il est connu à Montréal dans son quartier et au centre-ville de Montréal.

Yves est né avec la paralysie célébrale, il est complètement dépendant des personnes ressources du CLSC et de ses ami(es) proches qui habitent près de lui, Mais il est indépendant dans sa tête, dans sa nature, ses convictions et dans ses écrits, et il tient une correspondance assidue à ses nombreux contacts à travers le Québec.

Je fais partie des privilégiés qui reçoit ses bonnes nouvelles… Nous (ces correspondants) savons qu’il déteste l’hiver car il ne peut pas se déplacer avec son véhicule électrique.

Il hait les grèves du transport en commun ce qui le prive de ses déplacements pour visiter ses ami(e)s au centre-ville.

Il aime les bons grands vins car il compte parmi ses amis de grands connaisseurs en vin et spiritueux (je ne parle pas de ma personne ici), les bons restaurants, les voyages, la gente féminine, et c’est un très grand connaisseur et amateur de Jazz.

De l’inviter au restaurant, un grand restaurant de préférence le comble de joie, et ne vous inquiétez pas pour lui, il se débrouille tout seul pour manger et déguster les bons vins servis.

Demain YVES GODEC-prise 2 /2 avec son dernier récit sur New-York

Plus dans la section

Samy Rabbat

Related Post