Accueil Regard de foi - Michel Bourgault Regard d’Évangile sur l’avortement

Regard d’Évangile sur l’avortement

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Mgr Jean-Claude Turcotte a demandé aux Québécois de réfléchir sur l’avortement, un enjeu selon lui des élections fédérales. Je veux bien le faire, mais à condition que ce soit au nom de ma foi au Père miséricordieux révélé par Jésus Christ.

La mission de l’Église catholique ne peut avoir d’autre modèle et guide que celle de Jésus Christ, telle que présentée dans les évangiles et, notamment par Luc : «L’Esprit de Dieu est sur moi, car il m’a consacré d’une onction pour que j’annonce la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé proclamer aux prisonniers la délivrance et aux aveugles le retour à la vue. Il m’a envoyé libérer les opprimés et proclamer une année où le Seigneur sera généreux.» (Luc 4, 18-19, trad. ACEBAC)

Regardons la question de l’avortement à partir de cette bonne nouvelle à l’adresse des pauvres et des personnes opprimées. Une femme qui songe à l’avortement ne veut pas supporter le poids de la grossesse et de la maternité quand cette grossesse n’est pas voulue et dès lors que, après réflexion, elle se sent incapable de la mener à terme. Notre société civile reconnaît à la femme, et à nul autre sur cette terre, le droit de disposer de son corps et de son intégrité physique et morale. Forcer une femme à mener à terme une grossesse équivaut à de l’oppression. L’opprimé et le pauvre ici ne sont pas l’embryon ou le fœtus, même si on y reconnaît une personne en devenir ou à terme, mais bien la femme, dépourvue des forces et des moyens d’assumer sa grossesse. Et si Dieu est l’auteur de toute vie humaine, il passe par l’amour réciproque d’un homme et d’une femme et le don de la vie pleinement consenti.

L’enseignement évangélique exige d’abord de secourir cette femme. On peut le faire en écoutant sa détresse, en cherchant à comprendre sa situation, en lui proposant un accompagnement, en lui montrant la naissance d’un enfant comme une voie d’épanouissement même dans une situation momentanément sans issue, en offrant un soutien médical, social, moral et économique, en respectant son cheminement et sa volonté de poursuivre ou non sa grossesse. Plusieurs personnes proposent cette aide au nom de leur foi en Jésus Christ. D’autres le font au nom des droits de la personne. Ces personnes à mon sens font œuvre humanisante, croient en la dignité de la personne, apportent soulagement et libération à une personne en détresse.

L’enseignement catholique s’oppose à l’oppression. Jésus aurait renvoyé l’oppresseur à sa propre responsabilité. L’oppresseur est d’abord l’homme qui n’a pas pris des dispositions de protection contre les infections et maladies transmises sexuellement; l’oppresseur est l’homme qui a plus ou moins ignoré sa responsabilité vis-à-vis une éventuelle grossesse en laissant tout le poids de la contraception à la femme. L’oppresseur est le politicien qui projette de criminaliser ceux et celles qui portent atteinte à l’embryon ou au fœtus, en visant à terme la mère et le médecin. L’oppresseur est aussi celui qui enseigne que l’avortement ne peut être autre chose qu’un crime.

Jésus aurait enseigné d’être compatissant pour la femme qui ne voit pas d’autre issue que l’avortement. Il aurait invité les hommes à faire preuve de douceur et de tendresse dans la manière dont ils abordent cette grave et douloureuse épreuve. Il aurait demandé aux ténors du mouvement Pro-vie de se mettre à la place et aux côtés de ces femmes opprimées au lieu de les traîner sur la place publique. Il aurait demandé à tous les Pierre de l’Église de prêcher la miséricorde du Père et de son Royaume et non pas de faire la besogne des César de ce monde.

Il revient maintenant aux électeurs de foi catholique de juger quels candidats soutiennent des positions compatibles avec leur foi en Jésus-Christ et lesquels la contredisent.

Michel Bourgault
Forum André-Naud de Joliette

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message