Accueil Quoi de neuf doc ? Un mystère enfin dévoilé : L’adolescence est un fait récent !

Un mystère enfin dévoilé : L’adolescence est un fait récent !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

« Pourquoi l’adolescente ou l’adolescent est-il si pénible ? » Tous deux seraient génétiquement programmés pour partir mais voilà …

Voici des millénaires, la maturité sexuelle allait de pair avec le départ de la cellule familiale pour aller créer sa propre cellule.

Un conditionnement atavique poussait les parents à souhaiter le départ du jeune et le jeune ne supportant plus la cohabitation avec une autorité autre que la sienne aspirait à partir.

Ainsi en est-il toujours dans le monde animal où les jeunes naissent tout naturellement pour partir et essaimer hors du territoire des parents. Le côté « insupportable » du jeune conduisait naturellement à son départ.

Plus proche de nous, voici plusieurs siècles, l’adolescence n’existait pas! De l’enfance au monde adulte, il n’y avait pas cette période intermédiaire de plus en plus longue au fil des décennies. L’entrée dans le monde du travail clôturait l’enfance dès 8/10 ans dans les usines, dans les mines ou encore aux champs.

L’adolescence est une étape de maturation qui trouve seulement maintenant, dans le XXème et XXIème siècle matière à analyse, à crise, à drames domestiques et j’en passe …
Aujourd’hui l’adolescence existe, nous l’avons tous vécu et nous la rencontrons en côtoyant nos enfants. Aussi faut-il bien la connaître.

Il importe de savoir que l’adolescence est une période intense de changement. Ce changement est autant social, familial, physique qu’affectif. L’enfance sécurisante doit être délaissée afin que le jeune gagne sa place dans le monde des adultes.

L’adolescent veut être autonome quoique toujours dépendant du monde des adultes et de ses parents. Un changement majeur dans la perception de ce qu’il est, se produit à cause de la prise de conscience des modifications corporelles et de l’image qu’il renvoie. Les changements morphologiques n’offrent plus à ses yeux de référent connu.

Il se sent désorganisé, malhabile et peu attirant. Au niveau sexuel, il doit définir son identité afin de pouvoir établir une relation avec l’autre sexe.

Sur le plan social il fait le va et vient entre l’enfance et la vie adulte ; on veut qu’il agisse en adulte alors qu’on ne lui accorde que des permissions et des responsabilités d’enfant.

Ce mouvement de va et vient possède un effet rassurant. Le retour à des bases sécurisantes lui accorde un répit pour accumuler des forces avant d’affronter le monde nouveau et inconnu de la vie adulte. Avant d’appartenir au monde adulte, il évalue, juge, critique la vie de ses aînés.

Il est souvent confrontant pour son entourage. Sa maturation intellectuelle lui permet de philosopher et de se poser des questions sur le sens de la vie et de sa place dans le monde.

Le côté émotif est mis à vif, tout est chambardé : le corps, les relations et les exigences envers lui. Tous ces changements sont difficiles à accepter. Sur le plan psychologique, il est impulsif, hypersensible, susceptible, émotif, impatient ; il est constamment en déséquilibre, en état de conflit, il a l’impression d’être seul. Le groupe de copains est important à l’adolescence. Il lui permet de se confronter et de se confirmer. Le groupe lui donne un sentiment d’appartenance et le sentiment de ne plus être seul. Il recherche la popularité, il veut l’originalité mais il a besoin d’être approuvé par ses pairs.

Françoise Dolto parlait du « complexe du homard » : comme le crustacé durant la mue, l’adolescent est dépourvu de carapace protectrice, ce qui accroît sa vulnérabilité envers le monde extérieur. Confronté à un corps en pleine transformation et à un débordement émotionnel et pulsionnel, le jeune cherche à se forger une identité sexuée.

Un tel parcours semé d’embûches le mène parfois sur la voie de la dépression : actuellement on considère qu’un jeune sur cinq est atteint de dépression, à ne pas confondre avec les coups de blues qui sont légion à cet âge-là. Un fond dépressif peut donner naissance à une vraie dépression, c’est pourquoi il convient de ne pas banaliser la souffrance de l’adolescent.

Docteur Henri PULL

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message