Quand l’on n’est plus que l’ex, peut-on rester ami ?
Si l’ex ami, l’ex « blonde », l’ex mari, l’ex épouse, bref, si tous ces ex se donnaient la main, quelle paix dans les foyers, surtout lorsque des enfants sont en commun et quelle paix au boulot, lorsque l’on s’y croise quotidiennement!

La paix, après une séparation houleuse et sans consentement mutuel, c’est rarement le cas dans les premiers temps. Il ne faut pas trop rêver, rares sont les ruptures calmes, sereines et pleines de bonnes paroles.

La vaisselle brisée (quand ce n’est pas le cœur), l’agressivité, le ressentiment, la rage sont plus souvent présentes que la raison et la compréhension. Plus l’amour a été intense, plus la confiance a été absolue, plus grands sont les dégâts collatéraux.

Plus de la moitié des séparations ne sont pas acceptées réciproquement par les deux partenaires. Dans bien des cas, les ex conjoints s’opposeront dans un combat sans fin où se mêleront la garde des enfants, la pension alimentaire, la liquidation de la communauté, les frais d’avocats, le chat à garder et sans aucun doute, tout sera bon pour avoir le dernier mot sur celui ou celle qui aura trahi la confiance de l’autre.

Pour le ou la « laissée », tout est autorisé. La chasse est ouverte, l’autre doit payer tout, les espoirs évanouis, les années perdues, les larmes et les sacrifices que l’on pensera avoir toujours fait!

Peu de couples brisés dépasseront le stade de la dispute et du ressentiment pour rechercher une relation saine et équilibrée, seule capable de préserver le maintien d’une entente amicale.

Quant à celui ou celle qui part, il n’y a pas d’autre moyen, pour se déculpabiliser, que de transformer l’autre en caricature à fuir absolument ! A se demander ce qui un jour les avait réunis … Pour bâtir sur les ruines d’une vie à deux une amitié, il faudra que la tempête se calme et que l’horizon s’éclaircisse.

Cet homme ou cette femme, avant de devenir un ex, fut au centre des préoccupations de « sa moitié » et autour d’eux l’amour a fleuri. Des projets communs ont pu être faits, des mots doux échangés, et plus encore. Cela n’a pas pu se faire sans séduction, désir, complicité puis amour. Le « tendre objet d’amour » n’a pu brusquement devenir son contraire.

Il est possible de faire la part des choses après que le contentieux se soit estompé. Aussi décevant que cet ex ait pu être dans la vie maritale, il peut devenir un ami. Contre toute attente, à moins qu’un fossé infranchissable n’ait séparé le couple, quand la bourrasque s’est calmée certains y arrivent et … ne s’en trouvent pas plus mal.

Il s’installe alors entre les « deux ex » un mode de relation à mi-chemin entre l’amour et l’amitié… Une complicité amoureuse non dénuée d’ambiguïté dans laquelle il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Le souvenir des tendres étreintes peut jouer des tours imprévus car « n’a-t-on pas vu souvent rejaillir le feu d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux » chantait Jacques Brel.

La séparation, la mise à distance d’un quotidien plein de ces petits « tue l’amour », permet à chacun de mûrir et de se retrouver par la suite sur d’autres bases, amicales celles là. Les enfants s’y retrouveront et leurs parents séparés désormais, y gagneront sur tous les tableaux.

Alors, peut-on conserver une franche relation amicale avec ses ex ? Oui mais … il faudra au départ y mettre du sien !

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post