« L’avenir de la biodiversité pour les dix prochains millions d’années sera certainement déterminé dans les cinquante à cent ans à venir par l’activité d’une seule espèce, l’Homo sapiens. »

Les « Big Three », General Motors, Chrysler et Ford, en seraient-ils les prochaines victimes ?

Selon les patrons des trois géants automobiles, c’est parce que le business, ces dernières années, était en plein
« boum » en raison de la bulle immobilière et boursière que les clients, les poches pleines et la tête vide sans doute, souhaitaient de grosses voitures.

Pas question de les décevoir avec des véhicules plus modestes, plus petits et moins voraces en énergie.

Petite tête, grande bagnole, c’est bien connu !

Je n’irai pas jusqu’à souligner la dimension de substitut phallique que représente un gros véhicule bien voyant.

La taille de l’organe en question étant inversement proportionnelle à la taille et à la puissance du véhicule.

Voici les stratèges de Detroit aujourd’hui pris à leur propre piège de voiture « big phallus».

Tandis que les constructeurs étrangers investissaient dans la recherche sur des moteurs plus efficaces, les “Big Three” continuaient à miser sur des grosses cylindrées, viagra économique obligeait.

Entre 2002 et 2007, ils ont réussi à faire échouer plusieurs tentatives de renforcement législatif sur la consommation de carburant.

Pour défendre leur monopole, ils ont même insinué que la sécurité des américains était en jeu : s’ils achetaient des voitures plus petites, ils risquaient de perdre la vie face à un choc frontal avec les « prédateurs » que sont SUV, HUMMER et autres énormes 4×4 qui infestent la jungle urbaine, conduits par des « Indiana Jones » en complet-veston !

Sur la période 2001-2006, l’industrie automobile US a dépensé 380 millions de dollars en lobbying et 80 millions supplémentaires en contributions pour les campagnes électorales démocrates et républicaines.

Reste que cet aveuglement provoque une faillite sans précédent dans le modèle automobile américain.

Detroit future friche industrielle ?

Un cauchemar pour Obama qui fut le sénateur de l’état !

Les clients, avec une économie en plein « badaboum », n’ont plus d’argent pour les « big trucks ».

Ils réduisent leurs dépenses et deviennent « écologistes – économes » purs et durs.

Le viagra de 300 chevaux est remplacé par le vélo à deux roues plus sage et surtout moins cher.

Résultat de l’erreur de calcul, les “Big Three” demandent dans un premier temps 25 milliards de dollars au Congrès afin de mettre leurs usines à niveau et de produire des moteurs plus efficaces et des voitures plus petites à l’appétit de colibri.

Et dans un deuxième temps, 34 milliards de dollars, cette fois-ci afin ne pas faire faillite.

Comme quoi, ils feraient mieux de s’entourer de conseillers disposant d’un simple bon sens plutôt que de « managers » experts en lobbying, c’est-à-dire – pour être clair – en corruption.

Les dinosaures General Motors, Ford et Chrysler n’ont plus leur place aujourd’hui sur la route, mais assurément ils en conserveront une dans les « Jurassic Parcs » version automobile !

Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post