Un cadre malheureux c’est un manque à gagner pour l’entreprise !

6 milliards de US $ par an aux USA au débit du malheur ; il en est de même dans la plupart des pays « développés ».
Un salarié malheureux est moins productif, moins attentif, plus sujet aux absences, bref « ça coince pour le business ».
La première cause de mal-être chez le salarié concerne sa vie conjugale : divorce ou séparation.

Il existe donc encore des risques qui ne sont pas assurés ou cotés en bourse à l’égard des tonnes de gaz carbonique produites par nos industries…

Tenez vous bien ! Un divorce pourrait faire baisser la productivité du salarié moyen pendant trois ans et l’année qui suivrait le divorce, elle se verrait amputée de 168 heures de travail.

Voici qui est bien précis !

Et… Si le travail excessif, l’absentéisme au foyer, les déplacements trop fréquents avaient pour résultat l’éclatement du couple, ce ne serait qu’un juste retour du bâton pour l’entreprise ignorante de la simple condition humaine.

Avis aux dirigeants d’entreprises : privilégiez le bien-être du salarié et vous sauvegarderez son couple, sauvegardez le bien-être de son couple et vous maintiendrez une bonne productivité dans votre entreprise.

C’est du donnant-donnant.

Ceci est nouveau dans le monde du capitalisme industriel, la productivité serait liée à la bonne santé affective du monde salarié.

Encore du « psy » à la une, mais cette fois-ci à la « Une » des journaux économiques !

Dr Henri Pull

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post