La semaine de la saint Valentin sans coup de foudre, c’est triste comme un jour sans pain, comme un repas sans désert, comme un homme politique sans électeurs ou encore un journal télévisé sans catastrophes… bref c’est impossible !

Voici pour vous, mesdames et messieurs, le coup de foudre.

Phénomène unique et fascinant, la littérature et le cinéma le mettent en scène régulièrement. N’y voit-on pas des protagonistes embrasés d’une passion incontrôlable vivant intensément un ouragan passionnel où émotion, amour et désir s’entremêlent?

Mais après tout, comment définir le coup de foudre? Comment comprendre cette fameuse décharge amoureuse qui enflamme ceux qui en sont frappés, les rendant aveugles et sourds à tout ce qui n’est pas leur passion?

Première explication, pas du tout romantique, mais alors pas du tout : l’explication chimique ou neurobiologique.

En fait, nous sommes régis par deux mondes, le monde des émotions et le monde logique. Chacun des ces mondes se rattache à une zone particulière de notre cerveau.

Le premier à réagir est le cerveau des émotions. Instinctif, il contrôle en permanence votre environnement et maîtrise la sécrétion d’une hormone, l’adrénaline. L’adrénaline lâchée dans le système, provoque l’augmentation du rythme cardiaque, la hausse de la tension artérielle, la sensibilité exacerbée, la bouche sèche, la sueur profuse, la sensation de chaleur… Tout cela, vous l’avez tous reconnu correspond à l’émotion amoureuse.

Cette explication scientifique est bien sûr insatisfaisante pour le romantique qui sommeille en chacun de nous.
Elle ne doit pas faire oublier l’essentiel : le coup de foudre est une sensation magique, unique, enivrante et …inexplicable. Comme envoûtés, les victimes ou les veinards du coup de foudre, se laissent porter par cette énergie nouvelle, ce dopant naturel avec l’impression d’être « sur un petit nuage ». Le charme supplémentaire du coup de foudre c’est que l’on ne peut ni le programmer ni le provoquer. C’est du bonheur à l’état pur qui bouleverse tous ceux qu’il frappe!

Adieu la logique! Lors du coup de foudre l’on sublime la personne rencontrée. L’on est littéralement fasciné, toutes ses capacités de jugement court-circuitées.

Fini le bon vieux rationnel. L’on ne perçoit de la personne aimée que ses qualités et en plus, ses défauts deviennent des charmes! Plus tard, beaucoup plus tard viendra l’objectivité avec le lever de rideau sur une réalité moins « idéale ». Heureusement, il y a aussi des réalités qui rejoignent la fiction laissant la magie de l’amour se poursuivre après le flash du coup de foudre.

Le coup de foudre touche ce que nous avons de plus précieux, là, au fond de la poitrine. Il fait vibrer la corde sensible des sentiments pour jouer la plus tendre des mélodies, la mélodie de l’amour!

Les victimes du coup de foudre ont toutes un point commun : l’envie d’aimer. L’émotion première, le désir, s’engagera dans le chemin de l’amour pour ceux qui seront prêt à le suivre et pour ceux qui s’auront s’y prendre !

Les premières minutes d’une nouvelle rencontre déterminent presque toujours la suite des événements. Ces instants révèlent si la personne rencontrée restera une simple connaissance ou une relation amoureuse! C’est une intuition où les phéromones, les expériences vécues, la personnalité de chacun(e) ont leur mot à dire.

« Bref, si tu sens que le courant passe bien entre vous, tu as tout intérêt à tenter ta chance car il est fort possible que cette rencontre soit le coup de foudre! »

L’inconvénient? Y en a-t-il? Et bien oui, après il faudra assurer. La déception serait trop cruelle si l’idole tombait de son piédestal. L’amour y résisterait-il Valentine?

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post