Accueil Quoi de neuf doc ? Dimanche, le vainqueur de l’élection présidentielle en France sera…

Dimanche, le vainqueur de l’élection présidentielle en France sera…

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Vous n’êtes pas sans savoir que cette semaine tout va se jouer dans les urnes ; la France va voter pour élire sa présidente ou son président de la république.

Le premier tour ayant éliminé les outsiders, les extrêmes, les minoritaires, le deuxième et dernier tour va voir se heurter les représentants des deux partis principaux, l’un classé à « droite » et l’autre classé à « gauche » c’est à dire pour les américains, l’une « franco-démocrate » et l’autre « franco-républicain ».

Une femme « Ségolène » et un homme « Nicolas » issus de la même génération, venant de classes sociales (moyennes) semblables, ayant tous deux été ministres de gouvernements précédents, dans un dernier galop, essaient de convaincre les indécis, de prendre l’autre en défaut ou encore de galvaniser les foules.

Tout y passe : soutien des « artistes, sportifs, penseurs … », attaques directes ou encore sous-entendus perfides, meetings fortement médiatisés pour que la campagne politique aboutisse à l’élection d’une seule personne élue pour cinq ans.

Les promesses sont là pour satisfaire les unes et les autres sans toujours tenir compte du fait de « la théorie du chaos » expliquant que le battement d’une aile de papillon peut provoquer une catastrophe à l’autre bout de la planète.

Là où les propositions « clientélistes » vont à la pêche aux électeurs ; le pauvre battement d’aile de papillon est largement dépassé.

L’on déshabille Pierre pour habiller Paul, toute
« inégalité » est combattue avec foi et vigueur sans trop savoir au juste quelles nouvelles inégalités vont en résulter.

Le politiquement correct transforme notre terne quotidien en valeur morale, en concepts utopistes, en certitudes démocratiques, en démonstrations magistrales aux résultats futurs forcément positifs.

L’état peut tout.

En véritable Merlin l’enchanteur il puisera dans un coffre sans fond l’argent pour satisfaire tout le monde.

Le président ou la présidente, tel(le) le roi Arthur, pourfendra l’injustice et les inégalités de toutes sortes avec la terrible Excalibur.

J’ai fait le rêve d’un pays où tous ses habitants comme ses dirigeants tenaient leurs promesses, où tous le monde était foncièrement travailleur, où l’honnêteté était une valeur naturelle, où les passe-droits étaient inexistants, où la solidarité « n’était pas que pour le voisin », où l’on appelait un « chat un chat », où tout le monde tirait « la charrue » selon son potentiel sans rechigner, où les « planqués » sortaient de l’ombre, où le repos comme le travail était un droit pour tous.

Ce rêve existe-t-il dans les discours que j’entends ?

– Oui, mille fois oui !

Mais existe-t-il réellement dans le cœur de l’électeur moyen dopé aux discours politiques?

– Là le doute s’installe …

Sitôt l’élection passée, y aura-t-il une remise en question des comportements individuels ?

– Certes non ! Il en est ainsi de la nature humaine, « c’est et ce sera toujours la faute de l’autre ».

Alors dimanche, avant le résultat final, le grand vainqueur de l’élection présidentielle sera le rêve d’un pays soucieux d’un avenir meilleur.

En glissant son bulletin dans l’urne, l’électeur votera pour des promesses qu’il imaginera bientôt réalisées – aux dires de sa ou de son candidat – .

Après les résultats, lundi, la vie reprendra son cours et, la ou le président, se verra tel un tout petit surfeur en haut d’un tsunami, contraint de démontrer à ses électeurs ébahis qu’il a le pouvoir d’influer sur le sens de la vague ainsi qu’il l’avait promis pour être élu.

Il en est ainsi après chaque lendemain d’élection. Le principe de réalité nous rattrapera vite et avec lui les déceptions se feront jour.

Politiques impossibles à tenir, imprévus mondiaux, réalités économiques, facteurs humains sont autant d’aléa qui vont décrédibiliser insidieusement la présidente ou le président.

– Alors, qui que tu sois, gare à la chute … et bon surf quand même!

Et puis après tout, je vais me mettre au surf, … dans cinq ans sait-on jamais ….

Docteur Henri PULL

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message