Accueil Quoi de neuf doc ? Chronique 493 : Le poil féminin tente un retour.

Chronique 493 : Le poil féminin tente un retour.

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Alors que le poil a refait surface sur les joues masculines : les fans des deux sexes sont tout à fait d’accord pour trouver romantique un visage juvénile non rasé. Et… les plus vieux n’ont pas tardé à s’y mettre aussi.

Qu’en est-il du poil féminin ?

Eh bien, il tente timidement un retour par de « courageuses » initiatives individuelles.

Ainsi, une étudiante britannique vient opportunément d’être sous le feu des projecteurs. Laura Jackson invitait les femmes à conserver leurs poils tout au long du mois de janvier. Compte tenu des conditions climatiques, son initiative était de saison.

Comme elle, pour se donner du courage sans doute et pour gagner le terrible bras de fer entre la forêt vierge et le désert, de nombreuses femmes ont partagé des photos de leurs jambes ou aisselles velues.

Sur les réseaux sociaux, des filles militent contre le diktat de l’épilation et rappellent qu’avoir des poils c’est naturel, alors pourquoi leur faire une chasse impitoyable ?

Et d’ailleurs, s’il est présent chez l’être humain, c’est qu’il joue un rôle important.

Quel est-il ?

Les poils ont avant tout un rôle de protection face à la chaleur, au froid ou encore aux ultraviolets (comme les cheveux le font pour le crâne).

Les sourcils et les cils servent de barrière à la lumière excessive ou aux poussières qui pourraient blesser l’œil.

Les poils des narines et des oreilles arrêtent les poussières et préviennent l’organisme en cas de pénétration d’un insecte par exemple. Les poils des oreilles font également office de filtre auditif, alors que les poils du nez filtrent en partie les odeurs.

Au niveau des aisselles et des organes génitaux, les poils ont à la fois un rôle protecteur et une fonction de capteurs d’odeurs, pour retenir les odeurs sexuelles potentiellement chargées en phéromones réputées attractives pour le sexe opposé.

Ne les a-ton pas remplacées par des parfums subtils ou des eaux de toilette personnalisées ?

Les poils servent enfin à maintenir une hydratation suffisante de la peau grâce à la sécrétion de sébum des glandes sébacées et ils ont un rôle essentiel dans le toucher.

Ces rôles protecteurs pourtant essentiels, conditionnant un mieux-être physique, sont oubliés ; désormais seule l’esthétique prime.

La pilosité féminine est progressivement devenue un tabou dans la plupart des sociétés modernes.

L’image d’un corps féminin entièrement épilé s’est d’abord développé à travers le cinéma de charme et progressivement, en quelques décennies, l’image de la starlette hollywoodienne quasiment « à poil » mais surtout « sans poil », a mis au rencard l’image de la femme naturellement poilue.

Exposer son corps au regard d’autrui tout en profitant des joies de la plage et du soleil rendra par la suite quasiment indispensable le respect de cette norme sans poil.

Pas de Chewbacca en bikini sur le sable !

Le poil féminin est un caractère physique en voie de disparition et d’ailleurs, comme le réchauffement climatique est pour demain, à quoi bon garder sa fourrure ?

Progressivement, le gène « poilu » perdra inéluctablement de sa fréquence car le choix de la partenaire se tourne préférentiellement vers une peau glabre et lisse.

Au fil des générations, les moins poilues se retrouveront majoritaires.

Alors le poil féminin a-t-il définitivement perdu la bataille ?

Nous pouvons le craindre malgré des révoltes sporadiques des « ligues féminines protectrices du poil ».

Les dépenses en esthéticien(ne)s, rasoirs (lady shave), cires chaudes ou froides, crèmes épilatoires, épilations par laser, pinces et autres instruments de torture, ont de beaux jours devant elles.

 

Docteur Henri PULL

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message