Accueil Quoi de neuf doc ? Chronique 487 Les réseaux sociaux qui nous veulent du bien.

Chronique 487 Les réseaux sociaux qui nous veulent du bien.

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le scandale qui pénalise aujourd’hui Facebook devrait éclairer les nombreux utilisateurs de ses collecteurs de données personnelles qui ne se déclarent pas ouvertement.

Le modèle économique de Facebook a toujours été clairement de collecter des informations sur ses utilisateurs en dehors de tout contrôle.

Nous avions évoqué, voici plusieurs années dans nos chroniques, que les sites sensés être vos amis se dévoilent n’être que de véritables aspirateurs de données personnelles.

Ainsi, au fur et à mesure de nos naïves connexions, ils savent ce que nous sommes, ils savent ce que nous faisons, ils connaissent nos habitudes, ils maîtrisent les informations concernant nos enfants, nos fréquentations, bref, Facebook et ses ersatz savent à peu près tout de chacun d’entre nous.

Sitôt franchi les portes du site, parfois dès le plus jeune âge, nos écrits les plus personnels et nos pensées les plus indiscrètes, mis en mots sur nos pages «protégées par un mot de passe enfantin à craquer», seront stockés de façon systématique et de façon illimitée, sans que nous puissions intervenir.

Sans le savoir, nous avons impliqué dans ce processus « d’espionnage de notre vie intime », des personnes qui ne sont nullement inscrites sur le réseau social : il s’agira de nos connaissances, de notre famille, de nos enfants, de nos collègues de travail….

Le modèle industriel de la plupart des sites qui se présentent comme gratuits, amicaux, facilitant les astuces pour payer moins cher vos voyages, vos repas, pour gérer vos contacts ou envoyer vos messages électroniques…est construit autour du « Data », c’est-à-dire du stockage de données personnelles qui a une valeur marchande considérable.

Nous sommes donc devenus leur matière première, et de façon moutonnière, nous continuons encore à entretenir des relations exhibitionnistes et privilégiées avec Facebook, et sans aucun doute avec l’ensemble des réseaux sociaux qui œuvrent dans un seul but, leur enrichissement.

La découverte du pillage de données chez Facebook, ne représente que le début d’un feuilleton qui concernera, tôt ou tard, une majorité des acteurs du net.

Essayons d’en tirer la leçon.
Docteur Henri Pull

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message