Accueil Quoi de neuf doc ? Chronique 481 Oublions la terre, rêvons la Lune !

Chronique 481 Oublions la terre, rêvons la Lune !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

La Lune, ce satellite qui hante le ciel romantique de nos nuits, risque-t-elle de perdre, sous peu, son inaccessibilité?

La Russie, la Chine, les USA en avaient fait une affaire de prestige national : être les premiers conquérants de l’espace.

Mais aujourd’hui, 47 ans après les premiers pas d’Armstrong sur le sol lunaire, cela deviendrait une affaire privée et non plus une affaire d’État.

Dans ce programme ambitieux, une entreprise privée, MOON EXPRESS, start-up américaine, a déclaré avoir obtenu pour cela l’accord de l’Agence fédérale de l’aviation (FAA), qui a auparavant consulté la Maison Blanche, le département d’Etat et l’Agence spatiale américaine (Nasa).

Ainsi, l’an prochain, si tout va bien, un engin non-gouvernemental se posera sur le sol « extra-terrestre ».

Bob Richards, PDG de Moon Express, a déclaré : «Nous sommes à présents libres d’aller explorer le « huitième continent » de la Terre, la Lune, pour en apprendre davantage et y chercher des ressources pour le bien de toute l’humanité».

Encore un peu de patience, la capsule, au nom poétique de MX-1, n’est pas encore prête ; elle est simplement en cours de construction.

Ainsi, fin 2017, boostée par une fusée fabriquée par Rocket Lab, une autre start-up, et stimulée par de bouillonnantes sociétés innovantes, l’industrie privée va produire le premier engin d’exploration lunaire, non subventionné par le contribuable.

Il faut dire que pour Moon Express, à l’image de Phileas Fogg qui fit le pari d’effectuer le tour du monde en quatre-vingts jours dans le roman d’aventures de Jules Verne, publié en 1872, il s’agit de gagner une sacrée course.

En effet, il s’agit de remporter le Google Lunar X Prize.

Créé en 2007, ce prix récompensera la première société privée qui fera atterrir un engin sur notre satellite avant le 31 décembre 2017.

Le module doit parvenir à se déplacer sur 500 mètres et à transmettre des vidéos et des photos en haute définition pour permettre à l’entreprise de décrocher 20 millions de dollars.

Au final, cela va-t-il permettre le début d’une exploration « industrielle » de notre système solaire ?

C’est ce que semble penser les fondateurs de ces start-up dont le dynamisme n’a d’égal que leur qualités innovantes.

Ce serait la voie ouverte vers des appareils spatiaux récupérables, financièrement rentables, capable de jeter les jalons d’une « nouvelle frontière », l’espace.

Sur CNN, le cofondateur de Moon Express a également estimé que sa société transportera des humains sur la Lune «d’ici 10 à 15 ans».

En observant ce genre de projet, il faut bien le dire un peu fou, l’on ne peut s’empêcher de tourner la tête vers les étoiles et oublier la triste médiocrité des faits divers qui rythment notre quotidien.

Oublions les terroristes et autres délinquants qui ne voient pas plus loin que le bout de leur crime, et grâce à Moon Express, rêvons de rencontrer sur sa planète imaginaire « le petit Prince », cher à Antoine de Saint Exupéry.

 

Dr Henri PULL

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here