Accueil Quoi de neuf doc ? Chronique 321 La jalousie a brisé notre amour !

Chronique 321 La jalousie a brisé notre amour !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Une vie de paradis peut se transformer en véritable enfer en raison d’une invitée très encombrante : la jalousie !

Ce sentiment, qui est un phénomène banal dans toute relation sentimentale, peut devenir une véritable maladie et faire d’un bonheur partagé une épouvantable prison.

Il s’agit de la jalousie maladive, de la jalousie pathologique.

Ce sentiment de possession totale de l’être aimé, se retrouve autant chez l’homme que chez la femme.

Comme l’eau qui dort, la jalousie peut ne se manifester qu’à l’occasion d’un événement tout à fait mineur qui embrassera les braises prêtes à s’enflammer ou bien, de façon bruyante et permanente, elle peut s’éveiller à la moindre occasion, dès que le jaloux verra à l’horizon une possibilité de perte de sa « chose », de « son objet de convoitise », bref de son amour.

Les crises, souvent bruyantes, agressives, violentes éclateront comme un orage d’été après une journée trop chaude.

Les raisons en seront le plus souvent le fruit d’une interprétation ou d’une intuition. Elles tiendront à un regard jugé équivoque, à un sourire adressé à un rival supposé, à la vue d’une rivale possible, à une tenue jugée trop aguicheuse, ou encore, à un retard estimé suspect malgré des explications du « coupable ».

Après l’explosion, après les violences, arrivera le temps des excuses où le jaloux dira regretter ses phrases injustes, ses insultes et de façon plus grave sa violence.

Bien souvent, le répit ne sera que transitoire et les excuses seront vite oubliées à la prochaine explosion.

Il faut distinguer la jalousie banale, des formes très graves qui entrent dans le cadre des psychoses et des névroses.
La jalousie maladive, peut durer de façon chronique depuis plusieurs années et s’accompagne le plus souvent d’agressivité.

Elle est souvent compulsive, elle se manifeste par crises.
Le jaloux ne peut s’empêcher de l’être, il n’a aucun contrôle sur ce sentiment. Comme un ver dans un fruit, il fait partie de lui, il devient obsédant et occupe une bonne partie de ses pensées.

Les téléphones portables, les cols de chemises porteurs de traces de rouge à lèvres ou de parfums suspects, les sacs à main, les poches sont autant d’endroits qui sont explorés au retour de l’être aimé.

De façon plus fouillée, le kilométrage du véhicule sera relevé, des filatures seront organisées, des appels téléphoniques réguliers seront effectués, tout sera bon pour surveiller l’activité de l’autre.

Un travail « d’expert », sans cesse renouvelé, sera nécessaire avant que le jaloux ne se tranquillise.
Qu’un doute survienne, et voici la « scène » avec sons et lumières.

Cris, injures, vaisselle cassée sont autant d’accessoires pour le jaloux.

Le passage aux coups peut se manifester avec des conséquences très lourdes pour le ou (la) jalousé(e).

La jalousie psychotique se manifeste chez des personnalités paranoïaques qui entretiennent en permanence un délire de persécution avec une méfiance, un orgueil, une susceptibilité, une capacité d’interprétation qui dépassent la raison.

Le jaloux psychotique devient un harceleur que rien ne pourra résonner.

Cette jalousie pathologique finit souvent très mal et, dans le meilleur des cas, se terminera par une séparation après de nombreuses péripéties où la victime vivra des traumatismes majeurs.

Vous vous trouvez dans un couple ou la jalousie devient un véritable cancer ?

Alors n’hésitez pas à consulter afin de vous faire aider en tant que victime ou encore à aider le couple pour éviter le pire.

Accepter un rendez-vous pour parler de sa jalousie pathologique constituera déjà un signe très positif pour le jaloux.

La jalousie névrotique peut être vaincue si une prise en charge est acceptée par le couple et si le jaloux accepte de se poser des questions face à ses agissements qui trouvent leurs origines, non pas dans la relation présente, mais dans leur passé où, l’abandon et l’angoisse d’abandon, ont laissé des traces profondes.

Le jaloux pathologique, le psychotique paranoïaque, entre dans l’indication d’un traitement médicamenteux capable de l’aider à surmonter le délire qui entretient sa jalousie.
Mais, comme son délire constitue sa réalité, il ne se remettra jamais en question. Aussi, la fuite sera la seule solution pour la victime de ce type de jaloux.

Un peu de jalousie, pourquoi pas pour émoustiller une vie de couple ?

Mais entrer dans la spirale de la jalousie maladive sera franchir les portes d’un enfer dont les protagonistes ne sortiront jamais indemne.

Dr Henri PULL

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Henry Pull
Psychiatre et pédopsychiatre. Psychothérapeute. Expert médico-légal. Conférencier Formateur auprès d’entreprises. Intervenant Radio France. Auteur de deux livres : « Parents-Enfants » 200 réponses aux questions les plus fréquentes. (Édition Grancher) « Stress comment reconnaître et soigner vos 150 stress quotidiens ». (Édition Grancher)
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message