Le Père-Noël viendrait cette année, dans l’hémisphère Nord, en chemisette et bermuda, la neige se vendrait à prix d’or sur les pistes de ski pour assurer la bonne tenue des slaloms géants, les oiseaux chercheraient déjà à nicher en Scandinavie, les ours n’entreraient pas en hibernation, Johnny Halliday, la rock star français, se retirerait dans les montagnes Suisses pour mettre sa fortune au frais la protégeant ainsi d’une fonte fiscale excessive, les moutons ne trouveraient plus d’acquéreurs pour leur toison.

Tout fout le camp !

L’Europe ne voit arriver les premiers froids qu’à la mi-décembre, les skieurs se retrouvent devant l’impensable : les toboggans neigeux ne sont pas au rendez-vous pour leurs congés du nouvel an !

Tous ces signes devraient nous alerter : la planète est victime du réchauffement climatique.

L’on peut lire dans la presse des constats qui devraient nous mettre la puce à l’oreille : « Les températures n’ont jamais été aussi élevées cet automne en Angleterre depuis 1659, aux Pays-Bas depuis 1706 et au Danemark depuis 1768. La période de janvier à septembre a été la plus chaude jamais observée aux Etats-Unis tandis que l’Asie a été frappée par une saison cyclonique particulièrement dure. La fonte des glaces arctiques s’accélère, l’ours blanc perd les pédales et se rapproche des villes pour trouver sa pitance, le manchot empereur glissant sur la glace ne se verra plus qu’en film…. La glace qui recouvre l’océan Arctique pourrait complètement disparaître durant l’été d’ici 2040 …. »

Désormais les candidats aux élections présidentielles, sénatoriales, régionales ou locales ne peuvent ignorer les thèmes du réchauffement planétaire et ceux de la lutte contre la pollution. Le vélo est enfourché (le temps d’une photo) par les responsables politiques de la plupart des capitales du monde, le « vert » est très tendance, les véhicules hybrides sont en plein boum et enfin les transports en commun sont décrétés obligatoires pour tous.

Mesdames et messieurs, voici les signes incontestables de « la vision politiquement correcte» de la décennie en cours. Des solutions sont jetées en pâture aux électeurs : « Comme moi, vivez écologie, pensez écologie, soyez responsables et adultes face à l’enfer qui vous guette. »

Une terre déboussolée, désertée des espèces qui ont mis des centaines de milliers d’années à trouver un équilibre que ce soit sur mer, dans les airs ou sur terre serait-elle le cadeau que nous prévoyons pour « les suivants », c’est-à-dire nos enfants. Faut croire que oui !

Et d’ailleurs, ces enfants, du Nord au Sud, fruits d’une poussée démographique en perpétuelle expansion demandent-ils à naître pour s’entasser dans des « bidons-villes » insalubres, pour lever le poing dans des révolutions aux idéologies extrémistes, pour se bousculer dans des transports en commun bondés, pour se voir incapables de trouver un travail et une bonne raison de rêver à un avenir merveilleux ? « Croître et multiplier » jusqu’où ? Dans quel but ?

Celui d’être dans le Livre des records bien sûr ! Pensez, un demi-milliard d’habitants de plus à rajouter tous les ans, ça c’est un scoop.

Pollution du fait d’une production industrielle en constante croissance pour une insatiable besoin de consommation, natalité encouragée ou incontrôlée, ignorance des équilibres fragiles de la nature, voici les ingrédients de la bonne recette qui mijote dans le chaudron de sorcière que nous appelons « la terre ».

La soupe cuite, nous la partagerons – sans doute à des degrés variables selon que l’on sera riche ou pauvre – pour laisser la place à une autre forme de vie. Les dinosaures ont tenu 200 millions d’années, « l’homo industrialis » seulement quelques centaines d’années. Ne dit-on pas que la population mondiale après sa course aveugle, plafonnerait à 14 milliards avant qu’un mouvement de balancier stabilise puis réduise ce nombre ? Nous n’y sommes pas encore …

Je vois que j’ai oublié de répondre à la question du début.

Vous l’aurez compris vous-mêmes, ce qui réuni tous les peuples du monde c’est la pollution de l’environnement de l’homme par l’homme.

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post