Voici que l’actualité internationale me donne l’occasion de réunir le scénario d’un film, les Tontons Flingueurs, réalisé par Georges Lautner et dialogué par Michel Audiard, sorti sur les écrans à 1963 , et la célébrissime, Guerre des étoiles.

Seuls, les personnages ont changé, dans le nouveau scénario nous avons G.I. Joe, l’Américain, Flamby, le Français, nous ne parlerons pas de James, l’Anglais, car il a rapidement quitté le scénario.

Et puis, après quelques seconds rôles de moindre importance, voici le méchant, Dark Vador, dit le Syrien.

S’il n’y avait pas des morts et des blessés parmi une population civile innocente, cela tournerait à une pièce de théâtre de boulevard.

– « J’y vais ou je n’y vais pas » constitue la principale réflexion de G.I. Joe et de Flamby.

– Mais, aller où, en fait ?

Les Tontons Flingueurs, justiciers du XXIe siècle, lourdement armés de convictions démocratiques, sont prêts à en découdre pour aider la gentille Rébellion qui cherche à renverser le méchant gouvernement en place dirigée par Dark Vador.

– Mais, en fait, de qui est constituée cette rébellion ?
On ne sait pas trop.

En tout cas, il ne s’agit pas des honnêtes compagnons de Lucke Sky Walker mais d’une coalition hétérogène, liée par la haine de l’ennemi juré du moment, « Dark le Syrien ».

Sans cette haine commune, il n’y aurait que des groupuscules aux opinions souvent opposées, qui se dévoreraient entre eux pour une prise de pouvoir tout aussi totalitaire que celle du tyran qu’ils cherchent à renverser.

– Qui est donc le gouvernement en place, tenu par la poigne de Dark Vador ?

Il s’agit d’une dictature, comme il y a en a eu pendant des millénaires dans des territoires peu stables politiquement, imposant à une population soumise, aux religions diverses, un seul et même pouvoir.

Comme tout dictateur, « le Syrien » estime être dans son droit, celui de continuer à régner, sur une population qui, majoritairement, plus ou moins contrainte, continue à le soutenir.

« La rébellion innocente face à un gouvernement tyrannique » : voici qui constitue un magnifique thème capable de faire remonter les sondages et… de façon beaucoup plus souterraine, servir des intérêts financiers des vendeurs d’armes, servir l’expansionnisme politique et religieux des états voisins.

Les Tontons Flingueurs s’efforcent de convaincre leurs populations respectives qu’il est juste de faire de l’interventionnisme militaire, la solution à toutes les guerres civiles considérées comme « malpropres ».

Je précise que toute guerre est sale, que les principales victimes sont le plus souvent des innocents, des enfants, des hommes, des femmes, qui n’ont rien demandé.

Des gaz toxiques auraient été utilisés pour tuer une population innocente.

Les enquêtes ont confirmé ce fait, mais peut-on être sûr de la culpabilité de l’un ou de l’autre protagoniste ?

Les Tontons Flingueurs, qui ont rapidement enquêté, proposent « la punition du vilain » en lâchant quelques bombes supplémentaires sur un territoire déjà meurtri.

En tant qu’européen, le président français est le seul favorable à la politique de la « Bombe Punitive ».

Pour les lecteurs qui ne le connaissent pas, surnommé Flamby, il s’est présenté comme un homme se décrivant comme «normal », présentant la modestie comme la plus grande des qualités et la justice sociale comme le principal de ses soucis.

Il a été élu par une coalition de partis à qui il a promis, comme tout candidat, ce qu’ils voulaient entendre : c’est-à-dire tout et son contraire.

Sitôt élu, il a développé une politique très française où le politiquement correct, le clientélisme et la langue de bois étaient les outils magiques pour redresser une économie chancelante et redonner confiance aux forces vives du pays.

Sa cote de popularité, après un an de pouvoir, est tellement basse que même ses électeurs ont fini par oublier qu’ils avaient voté pour lui.

Il faut dire qu’il doit lutter contre des déficits abyssaux en utilisant l’arme de la chasse aux riches « qui ont fini par partir » et de la surimposition de ceux qui travaillent « afin qu’ils finissent par renoncer à s’enrichir, sans doute ».

– Alors, pourquoi ne pas détourner le regard des critiques en se lançant dans une opération extérieure ?

Il faut dire que la France a de l’expérience avec, en d’autres temps, l’accueil de l’ayatollah Khomeiny devenu tyran en Iran, son intervention en Libye, son soutien inconditionnel aux révolutions arabes, son intervention au Mali et en Afghanistan… et tout cela pour des démocraties laïques qui tardent à se mettre en place !

G.I. Joe, lui, a l’habitude avec la Corée, le Vietnam, l’Afghanistan, l’Irak… avec les succès que l’on connaît !

Malheureusement, après le départ des occidentaux qui se voulaient libérateurs, les territoires débarrassés de leurs tyrans, ont rapidement été le théâtre de guerres tribales et religieuses, pour remettre à leur tête de nouvelles dictatures.

– Alors, j’y vais ou je n’y vais pas ?

Qu’avant d’appuyer sur le bouton, G.I. Joe et Flamby oublient leurs ambitions personnelles et les intérêts lobbyistes de leurs proches et de leurs « clients » pour éviter le pire.

*Flamby : sorte de flan, mou et insipide, surnom ironique du président français.

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post