« L’OMS a fait une grave erreur et ne mérite pas notre confiance. » devant le Conseil de l’Europe, Wolgang Wodarg, un épidémiologiste allemand, a expliqué être convaincu que l’Organisation mondiale de la santé a exagéré la menace de la grippe A sous la pression des laboratoires pharmaceutiques qui rémunèrent certains experts membres de l’organisation onusienne.

Je rappelle que l’OMS est une institution spécialisée des Nations Unies qui compte 193 États Membres. Qu’elle dispose un siège en Suisse, à Genève et qu’elle est financée par vous et par moi.

Suite à ces graves accusations, l’OMS a tenté de se justifier.

De nombreux garde-fous sont en place pour gérer les conflits d’intérêts – réels ou perçus – parmi les membres des groupes consultatifs et comités d’experts de l’OMS.

Les experts spécialisés remettent à l’OMS une déclaration d’intérêts signée dans laquelle ils donnent des détails sur les éventuels intérêts professionnels ou financiers qui pourraient nuire à l’impartialité de leurs avis.

Les allégations, selon lesquelles l’OMS aurait créé une «fausse» pandémie pour servir les intérêts économiques de l’industrie pharmaceutique, sont scientifiquement erronées et incorrectes pour ce qui est du déroulement des faits.

Faire confiance à l’honnêteté et à l’incorruptibilité de ses membres, voici qui est réconfortant dans un monde où l’argent transpire sous les tables de bien des transactions « mondialistes » et « humanitaires ».

Et pourtant, le doute persiste devant les sommes fabuleuses engagées et les mesures épidémiologiques prises qui ont fait que la Pologne, par exemple, qui n’aurait pas choisi la vaccination a moins de décès que les pays qui ont choisi de suivre les recommandations de l’OMS.

Le chiffre de 15 000 morts au niveau mondial, avancé par les experts de la savante institution du fait de la grippe H1N1, ne veulent rien dire au non averti car la grippe banale provoque à elle seule plus de 250 000 à 500 000 morts dans le monde annuellement.

L’on peut s’interroger de la capacité d’une assemblée d’experts pas toujours de « terrain » mais de « bureau » à régir efficacement un risque sanitaire.

L’OMS, ou l’OM$ n’est-ce qu’une illusion humaniste, qu’un « machin politisé» tout juste bon à placer « les copains » dans un « fromage suisse » ?

Ne serait-il pas normal que cet outil coûteux « au service de l’humanité » nous rende des comptes ?

ATTENTION, DERNIERE ALERTE DE L’OMS !!!

Les gens se lavant moins les mains puisque la peur de la grippe H1N1 est passée de mode, la gastro-entérite vous guette et la diarrhée vous menace : Stockez des rouleaux de papier hygiénique pour ne pas être dans la m…. !

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post