Depuis les années 1970, les très sérieuses banques Suisses ont découvert le bon thermomètre de votre pouvoir d’achat quel que soit votre pays de résidence ou votre nationalité.

Il a le mérite d’être consultable rapidement sur n’importe quel continent à n’importe qu’elle heure du jour ou de la nuit.

Ainsi, certains soirs, où, le ventre creux après une journée de garde tellement débordante d’activité que les poses repas ont été annulées faute de temps, quand j’engage ma voiture dans un drive pour passer commande d’un menu, je fais d’une pierre deux coups.

Non seulement je me restaure mais le panneau ruisselant de lumière me donne la santé du porte monnaie de mon pays ou plus précisément la santé de mon pouvoir d’achat.

Ainsi, comme moi, en étudiant le prix du Big Mac dans le plus proche fastfood, vous serez parmi les observateurs avisés de l’économie mondiale.

En grignotant votre sandwich, vous vous sentirez, ou plus riche, ou plus pauvre selon le temps de travail qu’il faudra fournir pour l’acheter.

A Tokyo il faudra travailler 12 minutes pour un Big Mac, à Londres, 13 minutes, à Hongkong, à NYC et Sydney 14 minutes, en Allemagne, 19 minutes, en France, 20 minutes, à Moscou, 21 minutes, à Pékin, 44 minutes, en Argentine, 57 minutes et à Nairobi, au Kenya 158 minutes.

Pensez, un bien consommable devenu mondial, universellement digéré, l’inventeur du sandwich Mac Donald doit se retourner dans sa tombe.

Une idée simple, une recette simplissime, une formule minimaliste, un goût basique, voici la clé d’une « success story » inouïe.

Bien d’autres l’ont essayé, Coca Cola, seul, l’a égalé.

A vos cahiers pour trouver l’idée du XXIième siècle et faire de même mais, avec moins de calories; pensez, au un milliard de personnes addictes à la nourriture et en surpoids sur notre bonne vieille terre.

Docteur Henri PULL

Plus dans la section

Quoi de neuf doc ?

Related Post