La modestie féminine est une valeur qui a accompagné les femmes à travers l’histoire. Ce mutisme, cet effacement des femmes est on ne peut plus évident lorsqu’on étudie leur place dans l’histoire de l’art.

Dans un récent essai sur la littérature féminine intitulé La Marche du cavalier, publié aux Éditions de l’Olivier, la Française Geneviève Brisac écrit sur les femmes qui n’ont pas persisté dans leur envie d’écrire, tout simplement parce qu’il ne leur avait pas été donné de croire en soi.
C’est «la cantatrice muette, la poète silencieuse, l’écrivain qui n’écrit plus, pendant vingt ou trente ans, retournée à ses amours, à ses enfants, à ses amis, à ses soucis d’argent, à son jardin».

La modestie féminine est essentiellement le problème des femmes. À elles de se débarrasser de ce lourd héritage, à elles de définir elles-mêmes leurs ambitions.

Cliquez sur “Voir mes autres textes” en bas pour lire la phrase d’hier de pascale Navarro et toutes les archives

88888

Plus dans la section

Place aux femmes

Related Post
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 19 February 2021 par › Planète Québec

    Andrée Lestage

    Les femmes seules ne savent pas combien elles ont chanceuses. Au lieu de sans cesse chercher un homm...Readmore