Avez vous l’impression que la Terre tourne?
– Non
– Alors, vous n’avez jamais été embrassée comme il faut.

*****

Un baiser peut être une virgule, un point d’interrogation ou d’exclamation. Voici les points essentiels de la ponctuation que toute femme devrait connaître.

*****

Plus on les fait languir, plus elles filent doux. A moins qu’elles ne filent ailleurs.

*****

Lorsqu’elle mourut en 1956, à 81 ans, on chuchotait encore qu’elle avait (encore !) les plus belles jambes du monde…

Pas mal pour une meneuse de revue qui n’avait pas de voix, savait à peine danser et dont le répertoire s’est limité à une centaine de chansons.

Elle est née Jeanne Florentine Bourgeois à Enghien-les-Bains le 3 avril 1875, fille d’Antoine Bourgeois. Née en 1875, elle a eu 25 ans… en 1900, la «Belle Époque» débutait…

Jusqu’en 1914, elle alterne pièces de théâtre, revues et cinématographe, expériences qui lui seront profitables pour définir finalement LA Mistinguett que l’on a par la suite connue et qu’elle sera jusqu’à la fin de sa longue carrière.

En 1909, Max Dearly la choisit comme partenaire pour créer la valse chaloupée au Moulin-Rouge. Puis c’est la valse renversante avec Maurice Chevalier aux Folies-Bergère en 1911, qui donnera lieu à une histoire d’amour longue de 10 ans.

Elle débute au Casino de Paris en 1918, où elle en restera la vedette incontestée jusqu’en 1925, pour atteindre ensuite le sommet de sa carrière au Moulin-Rouge dans 3 revues ébouriffantes entre 1925 et 1928.

Durant cette période, avec, successivement Harry Pilcer, Earl Leslie, Jean Gabin, Lino Carenzio, Georges Guétary (pour ne nommer que ceux-là), elle sera la Miss des grandes revues qui feront accourir tout Paris.

Jusqu’à la deuxième grande guerre, elle sera la seule et unique Miss avant de disparaître peu à peu dans d’innombrables galas ou son public continue à l’applaudir à tout rompre.

Quand elle disparaît, elle est devenue “propriété nationale” (Colette)

C’est peu dire d’une interprète qui fut, pendant des années, l’incarnation de la chanson française de spectacle, en France tout comme à l’étranger. Mais comme on peut le lire partout, il faut l’avoir vue.

Mistinguett a donné des spectacles à Montréal, en 1951. Elle était alors accompagnée d’un jeune artiste, Jean Guilda qui lui servait souvent de doublure.

88888

Plus dans la section

Place aux femmes

Related Post
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 19 February 2021 par › Planète Québec

    Andrée Lestage

    Les femmes seules ne savent pas combien elles ont chanceuses. Au lieu de sans cesse chercher un homm...Readmore