Si on me parle de solitude, je parle d’indépendance.

La femme de quarante ou cinquante ans qui n’a pas d’homme dans sa vie s’imagine souvent qu’elle est condamnée à la solitude.

Elle a peur. Souvent, elle fait même des folies pour ne pas se réveiller seule le dimanche matin. Or c’est son indépendance qu’elle bâtit.

Très souvent, elle ne trouvera pas d’homme pour la satisfaire, car sans s’en rendre compte, elle sera devenue trop indépendante.

88888

Plus dans la section

Place aux femmes

Related Post
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 20 February 2021 par › Planète Québec

    Elsa Maxwell

    La carrière d’une star commence quand elle a du mal à entrer dans son chemisier, et se termi...Readmore
  • 19 February 2021 par › Planète Québec

    Andrée Lestage

    Les femmes seules ne savent pas combien elles ont chanceuses. Au lieu de sans cesse chercher un homm...Readmore