“Séduire que par mon corps, je trouve ça humiliant. J’ai envie d’être ces femmes-là et en même temps, je sais que je n’ai pas cette beauté. (…)

J’aime avoir de belles photos, j’aime ce côté glamour. Et puis aussi, je me rends compte de la vanité et de la dépendance que cela implique. On souffre énormément si on investit là-dessus. (…)

Dans ce métier, il y a huit rôles masculins pour un féminin, en général une jeune première ou une marâtre. Vous imaginez, vous, un film qui s’appellerait Les Douze salopardes?”

88888

Plus dans la section

Place aux femmes

Related Post
  • 22 October 2020 par › Planète Québec

    Nathalie Petrowski

    Le plaisir de lire, à mes yeux, ce n’est pas d’avoir une tonne de livres qui attendent ...Readmore
  • 22 October 2020 par › Planète Québec

    Nathalie Petrowski

    Le plaisir de lire, à mes yeux, ce n’est pas d’avoir une tonne de livres qui attendent ...Readmore
  • 21 October 2020 par › Planète Québec

    Sylvie Tremblay

    Avoir conscience de ce qui se présente à moi implique une double attention : faire taire le famili...Readmore