Accueil Pierre Dierickx Fêtes des Mères en Belgique

Fêtes des Mères en Belgique

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Quelques  explictions sur la fête des mères.

Source: Google et L’internaute.

Fête des mères 2017 : attention, ne vous trompez pas sur la date FETE DES MERES – La date exacte de la fête des mères 2017 n’est pas toujours celle que l’on croit… Linternaute.com sur le jour de la célébration des mamans, ses cadeaux ou encore ses origines.

 
 

[Mis à jour le 12 mai 2017 à 15h22] Connaissez-vous déjà la date de la fête des mères 2017 ? Pour ne pas être pris de panique à l’approche de chaque week-end de mai, et pouvoir éventuellement s’organiser dans l’achat d’un cadeau, il est essentiel de se créer un repère temporel. Mais retenir une date précise réutilisable chaque année, comme pour la Chandeleur qui tombe tous les 2 février, ne suffira pas. Si la date change chaque année pour le jour des mamans, on la souhaite en revanche toujours le dernier dimanche de mai en France. Une seule exception existe : quand le dimanche en question est celui de la Pentecôte.

Dans le cas décrit précédemment, la fête des mères se célèbre le premier dimanche de juin. Une exception non-valable pour 2017 et qui le sera pour la prochaine fois en 2020, ce qui permettra aux retardataires d’avoir un laps de temps plus long pour dénicher leur cadeau. Enfin, le 14 mai, vous risquez de voir apparaître des articles sur la fête des mères tous azimuts via votre navigateur de recherche. De quoi créer le doute dans votre esprit sur la “vraie” date de la fête des mères cette année, avouons-le. Mais pas de panique, car il s’agira en réalité de la fête des mères aux Etats-Unis, programmée, elle, à tous les deuxièmes dimanche de juin.

 

Selon une étude “spéciale fête des mères” réalisée en avril 2017 par l’entreprise française de commerce en ligne Vente-privee.com auprès de 519 hommes et femmes âgés de 18 à 45 ans en France : 73 % des Français ont l’intention de souhaiter une bonne fête à leur mère cette année. Ils ne sont toutefois que 62% à prévoir de lui acheter un cadeau. 16 % des Français avouent même carrément avoir déjà oublié de souhaiter une “Bonne fête” à leur maman. Et 44 % des sondés déclarent qu’ils ne disent “Je t’aime” à celle dont on célébrera l’existence le 28 mai prochain…

D’autres enseignements ressortent de cette étude. Parmi les plus précieux, les “meilleurs” et les “pires” cadeaux à offrir, selon les mères elles-mêmes : côté présents “tops”, le “cadeau fait maison” arrive en numéro un, suivi d’un “voyage en famille” et d'”une simple attention”, de l’appel au bisou en passant par la chanson ; pour les cadeaux “flops”, l'”appareil électroménager” représente la principale mauvaise idée, suivi des “produits de beauté anti-âge”, sans oublier le fait “d’oublier”, tout bonnement “de leur souhaiter” une bonne fête.

La naissance de la fête des mères date du début du XXe

Date très connue de notre calendrier, la fête des mères fait l’objet de nombreuses caricatures sur son origine. On la décrit souvent comme une création du régime de Vichy lors de l’occupation. Pourtant, cette fête qui possède bien un lien historique avec le régime collaborationniste existait pour autant avant. La célébration qui se déroulera cette année le 28 mai, en parallèle du pont de l’Ascension, puise en effet davantage sa source dans l’Antiquité que dans la Seconde guerre mondiale. Et c’est la promotion, au début du XXe siècle, des politiques natalistes et familiales qui l’ont fait émerger concrètement en France.

 

Il y aura donc eu plusieurs tentatives dans l’histoire pour en faire une date clé, bien avant le régime de Vichy qui a définitivement fait entrer la fête des mères dans le calendrier, avec une vaste opération de propagande à la clé. Et la date de la fête des mères, telle qu’on la connait aujourd’hui, plusieurs semaines avant la fête des pères, mais bien après celle des grands-mères, a été fixée en 1950, donc bien après cette période sombre de l’histoire. Attribuer la fête des mères à Pétain serait donc réducteur, tant l’histoire de cette fête est riche. Selon un sondage Toluna pour LSA, plus de 81 % des Français envisagent de rendre hommage à leur maman pour cette occasion. Mais quelles sont vraiment les origines de la Fête des mères ? Comment la date est-elle fixée ? Quels sont les cadeaux les plus populaires ? Linternaute.com vous donne toutes les explications sur cet événement si cher à de nombreux Français.

Carte de la Fête des mères

Selon un sondage Toluna mené pour LSA à l’occasion de la fête des mères 2017, les cartes de la fête des mères pourraient bien être monnaie courante cette année : 70,8% des Français adultes pensent en effet souhaiter la fête des mères le 28 mai prochain, quelques jours après le pont de l’Ascension.

>> Envoyez une carte spéciale Fête des mères: exemples:

 

Comme pour la fête des grands-mères, la date de la fête des mères évolue chaque année, mais la règle est simple. La loi du 24 mai 1950 relative à la fête des mères précise : “La Fête des mères est fixée au dernier dimanche de mai ; si cette date coïncide avec celle de la Pentecôte, la Fête des mères a lieu le premier dimanche de juin”. Elle a donc forcément lieu fin mai, entre le 25 mai et le 7 juin. En effet ces deux dates sont disposées à sept jours du 31 mai, dernier jour théorique où peut tomber la célébration. En 2016, la Fête des mères a eu lieu le dimanche 29 mai, puisque ce jour n’était pas celui de la Pentecôte (qui avait lieu le dimanche 22 mai). En 2017, ce sera le 28 mai et le 27 mai en 2018.

La fête des mères s’impose progressivement au XXe siècle © MaxRiesgo – Fotolia

La date de la Fête des mères n’est pas la même sur l’ensemble de la planète. En Grande-Bretagne, la fête des mères est célébrée le 4e dimanche du Carême : elle s’est substituée au Mothering day, une fête chrétienne célébrant la “mère église”. Par extension, elle désigne aujourd’hui la fête des mères. En Belgique ou en Suisse, elle est fixée au deuxième dimanche de mai. C’est également le cas aux Etats-Unis. La plupart des pays du monde se sont alignés sur le modèle américain, mais pas l’Hexagone.

Pourquoi ? Pas uniquement par esprit d’indépendance, mais parce que, en France, ce dimanche-là est officiellement et traditionnellement réservé à la pucelle d’Orléans. En effet, en 1920, les députés ont instauré la “fête nationale de Jeanne d’Arc“. Elle a lieu le deuxième dimanche de mai, chaque année, et célèbre la sainte considérée comme héroïne de la patrie. Cette célébration est aujourd’hui tombée en désuétude pour les plupart des Français et des représentants de la République. Le second dimanche de mai peut aussi tomber le 8 mai, jour de célébration de la victoire des Alliés sur les Nazis en 1945.

Fête des mères 2017

En 2017, la fête des mères sera célébrée le dimanche 28 mai, à quelques jours de l’Ascension. L’an dernier, la fête des mères était tombée le dimanche 29 mai. Les Etats-Unis nous précèdent en terme de fête des mères dans le calendrier : ils la célèbrent le 8 mai cette année. Au Québec, en Suisse et en Belgique, les mamans seront fêtées le 10 mai, alors que ces pays utilisent le même calendrier que nous.

Fête des mères 2018

En 2018, la fête des mères est fixée au dimanche 27 mai 2018. Voici les dates de la fête des mère jusqu’en 2025 :

Date de la fête des mères 2017-2025
Fête des mères Dates
Fête des mères 2018 dimanche 27 mai 2018
Fête des mères 2019 dimanche 26 mai 2019
Fête des mères 2020 dimanche 7 juin 2020
Fête des mères 2021 dimanche 30 mai 2021
Fête des mères 2022 dimanche 29 mai 2022
Fête des mères 2023 dimanche 4 juin 2023
Fête des mères 2024 dimanche 26 mai 2024
Fête des mères 2025 dimanche 25 mai 2025

Dans l’Hexagone, la fête des pères a été fixée en 1952 au troisième dimanche de juin, tandis que la fête des grands-mères, “inventée” dans les années 1980, a lieu tous les ans le premier dimanche de mars.

Origine de la fête des mères

Non, la fête des mères n’est pas sortie de l’imagination du Maréchal Pétain. Les premiers cultes en direction des mamans remonteraient à la Grèce antique. Au printemps, on honorait Rhéa, titan féminine, fille de Gaïa (la Terre), d’Ouranos (le Ciel) et mère de Zeus et Poséidon. Une tradition qui se poursuit à l’époque romaine, où Rhéa devient Cybèle. Les célébrations d’Hilaria se déroulaient le 25 mars, et les réjouissances incluaient notamment des processions et des amusements. Le 1er mars, on célébrait également les “matronalia”, épouses et mères modèles de l’empire romain : ces messieurs leur devaient argent et cadeaux. Les femmes se rendaient ensuite au temple de Junon pour y déposer des offrandes. Ces réjouissances n’entretiennent cependant pas de lien direct avec la fête des mères telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Envoyez des cartes pour souhaiter bonne fête aux mamans !

 

En 1806, Napoléon aurait envisagé la création d’une fête rendant hommage aux mères au printemps, moment de renaissance de la nature. Sans que l’on sache pourquoi, l’idée aurait été abandonnée. Elle revient dans l’air du temps au début du XXe siècle. Le mouvement nataliste et hygiéniste veut célébrer le rôle de la mère dans l’éducation des enfants. C’est la commune d’Artas, au nord-ouest de l’Isère, qui revendique l’invention de la fête des mères. Un certain Prosper Roche, homme moustachu et fondateur de l’Union Fraternelle des Pères de Famille Méritants d’Artas (fondée “dans l’unique désir d’apporter un rayon consolateur au foyer de ceux qui plient sous le poids de leur trop lourd fardeau”), organisa le 10 juin 1906 une cérémonie rendant hommage aux mères de familles nombreuses. Ce jour-là, deux mères de neuf enfants reçurent le “prix de Haut mérite maternel”.

Aux Etats-Unis, c’est le vœu formé par une enseignante et féministe américaine, Anna Jarvis, qui sert de point de départ à cette célébration. Le 10 mai 1908, elle organise – dans une église méthodiste de Virginie occidentale – une messe à la mémoire de sa mère, décédée trois ans plus tôt. Puis elle se lance dans une campagne inlassable pour obtenir des soutiens à son idée de journée consacrée aux mamans. En 1914, le président américain Woodrow Wilson inscrit la “Mother’s day” dans le calendrier. En France, la ville de Lyon organise une “journée des mères” en 1918. Elle rend hommage aux mères ayant perdu leur fils ou leur mari dans les tranchées. Deux ans plus tard, une fête des mères de familles nombreuses est établie. Elle est même reconnue par le gouvernement en 1929. Ces événements ne rencontrent néanmoins pas un grand succès dans l’opinion publique. 

Histoire de la fête des mères

C’est bien le régime de Vichy qui a inscrit la fête des mères au calendrier. Après la défaite de 1940, le maréchal Pétain met en place la Révolution nationale, une idéologie rejetant le parlementarisme mais faisant l’apologie de valeurs supposées traditionnelles autour du triptyque “Travail, famille, patrie”. La propagande s’adresse aux mères de famille : “Mamans, la femme coquette, sans enfants n’a pas de place dans la cité, c’est une inutile. La mère de famille y a son rôle parce qu’elle est compétente, c’est sur leurs genoux que se forme ce qu’il y a de plus excellent dans le monde, un honnête homme”.

Une affiche éditée par le commissariat général à la famille de Vichy. © NAMUR-LALANCE/SIPA

 

Après la Seconde guerre mondiale, la fête des mères n’est pas abandonnée. La loi du 24 mai 1950, signée par le président Vincent Auriol, fixe les modalités de la célébration :

Article 1er – La République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d’une journée consacrée à la célébration de la “Fête des mères”. Le ministre de la santé publique et de la population est chargé, avec le concours de l’union nationale des associations familiales, de l’organisation de cette fête.

Depuis 2004, c’est le ministère de la Famille qui prend en charge la fête des mères, avec le concours de l’UNAF, l’union des associations familiales (Familles de France, Familles rurales, Union des familles laïques, etc.). Selon une étude de 2011, réalisée par Ipsos pour Unibail-Rodamco, 81 % des familles célèbrent la fête des mères.

Cadeaux de la fête des mères

C’est le grand casse-tête de la fête des mères : quel cadeau offrir ? En moyenne, les Français dépensent 40 euros pour la fête des mères. Le magazine spécialisé dans la distribution LSA a publié un sondage* sur les intentions d’achats des Français à l’occasion de la fête des mères. Les fleurs arrivent en tête avec 56,2 % d’intentions d’achats, largement devant les parfums et cosmétiques (39,4 %), une sortie au restaurant (27,2 %), la confiserie (23,40 %) et les bijoux (21,9 %). Les produits culturels (livres, spectacles, multimédia) recueillent moins d’un cinquième des intentions d’achats des personnes sondées. Selon une autre étude publiée par LSA, près de la moitié des Français attendent les deux derniers jours avant de se décider pour un présent… De quoi expliquer le succès des roses et autres pivoines. En 2013, les Français ont dépensé 75 millions d’euros chez les fleuristes à cette occasion !

Les fleurs arrivent en tête des intentions d’achats des Français pour la Fête des mères. © Denys Kuvaiev_123RF

 

Pour autant, vous n’êtes pas obligés d’offrir le traditionnel bouquet de fleurs à votre maman. Des cadeaux “cosy” tels qu’une bougie parfumée, un lait pour le corps spécial peau douce ou une tasse personnalisée peuvent lui faire tout autant plaisir. Vous n’êtes pas convaincue ? Vous pouvez aussi chercher du côté bijou à porter au quotidien, chocolats fins, joli vêtement. Et si vous souhaitez faire encore plus inattendu, pourquoi ne pas offrir une séance de massage ou un abonnement à un magazine ? Sinon, pour les enfants, il reste le traditionnel poème pour maman !

* Sondage Toluna pour LSA réalisé les 17 et 18 mai 2015 auprès d’un échantillon de 2008 personnes.

 

Critiques de la fête des mères

La fête des mères suscite l’ire de nombreux critiques. La fondatrice du mouvement aux Etats-Unis, Anna Jarvis, dénonçait dès les années 1910, la commercialisation de l’évènement, qui, selon elle, en dénaturait l’esprit. Elle alla jusqu’à organiser des campagnes de boycott des fleuristes ou des fabricants de cartes de voeux. Elle déclara notamment :  “Une carte de vœu ne veut rien dire, hormis que vous être trop faignant pour écrire à la femme qui a fait plus pour vous que n’importe qui dans le monde”.

Autre approche critique, celle des féministes. En 2013, l’association Osez le féminisme écrivait dans sa publication interne : “La Fête des mères, c’est malheureusement et avant tout une victoire du sexisme”. Parmi les griefs, une “conception étriquée de la parentalité”. “Que fait-on alors lorsque l’on a deux  mamans, une belle-mère ou même  une maman décédée ?”, s’interroge l’association. Par ailleurs, les origines de la fête renvoient, pour certains, à la fonction de génitrice plutôt que de femme. La “fête des mères de familles nombreuses”, telle qu’expérimentée avant-guerre en France, avait par exemple pour ambition d’offrir une récompense symbolique à des femmes portant la responsabilité d’enfants multiples et non de participer à la libération des femmes.

 maman 12

Cécile et Pierre

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here