- Planète Québec - http://planete.qc.ca -

L’art de faire des effigies en papier (vidéo)

L’art de faire des effigies en papier (vidéo)

[1]

Lee Teik Joo à l’effigie de papier du « da shi ye », le dieu gardien des fantômes. (Photo fournie par Lee Teik Joo)

Des dizaines de bâtons de bambou étaient étendus sur le sol, à la portée du fabricant d’effigies en papier Lee Teik Joo, tandis que d’autres étaient appuyés contre le mur.

À l’aide d’un petit couteau, il coupa adroitement les bâtons dans le sens de la longueur et les coupa en morceaux plus courts. Les bruits de baguettes qui traînaient sur le sol ont rempli l’atelier, où M. Lee et ses collègues se dépêchaient de passer commande.   

M. Lee fabriquait la structure du toit d’un hôtel particulier en papier pour des funérailles. La commande venait juste d’arriver et toutes les mains étaient sur le pont pour s’assurer que les articles – généralement une maison, une voiture, un majordome et une femme de ménage – soient livrés à temps.

Selon les coutumes traditionnelles chinoises, ces accessoires en papier, une fois brûlés, seront livrés au défunt dans le monde souterrain. Des notes infernales, des vêtements en papier et un éventail d’articles de tous les jours sont généralement offerts lors du festival Qing Ming (Jour de la fête de toutes les âmes chinoises), lors des funérailles et aux anniversaires du défunt. 

(Source : Asianews [2])