Et “en route su’à croûte” pour le Jour de l’An.

En attendant, j’en ai une bonne à vous raconter.

V’là-t-y pas que dimanche dernier, daddy “pogne le fixe” sur les poinsettias. Il en veut en masse.
Depuis une semaine, il en parle, et ma mère finit toujours par lui changer les idées.
Mais là, rien à faire. Il y tient “mordicus”.

– Ma chérie, c’est aujourd’hui le jour “P”… “P” comme dans POINSETTIAS!
– Ben voyons Yves, tu n’y penses pas. Tu n’as quand même pas l’intention de te taper du magasinage le dimanche avant Noël.
– Oh oui, madame. Ça fait une semaine que tu me prives de mon plaisir. Tu pensais que je ne voyais pas clair dans ton petit jeu. Pas si fou que ça le bonhomme. Je veux des poinsettias, plein la maison.
– GRRRRR…
– Et puis mon bel amour, toi et Nettie venez avec moi. Après mes poinsettias, je vous invite à bruncher.

Nous voilà donc partis.
Plus on avance vers le centre d’achats, plus la circulation s’alourdit.
Et v’lan! L’embouteillage.

– On a l’air fin, là. Je te dis, toi et tes “saudites” lubies de fou. En plus je suis affamée. Si tu n’étais pas si “boqué” aussi.
– De quoi tu te plains? On fait une belle ballade. Tu m’as toujours dit que le dimanche est la journée parfaite pour les tours d’auto.
– Mais quand même pas pour rester “jammé” dans le trafic.

Et là-dessus, on fait demi-tour. C’est évidemment aussi lent en sens inverse mais au moins, on retourne vers le calme.

– Et notre fameux brunch?
– Que dirais-tu de manger à notre petit restaurant?

Ma mère se jette un look dans le miroir de l’auto…
– Si tu penses me sortir, les cheveux raides comme de la ” corde de poche”, tu te trompes.
– Mais tu les avais comme ça tout à l’heure.
– Non, pas si pire. Et en plus, où on allait, je ne connaissais personne.
– Bon, tu ne veux plus aller au restaurant?
– Mais oui je le veux. À la condition d’aller à la maison, mettre ma casquette.
– Ce n’est pas que le petit détour pour quelques mèches plates.
– O.K. d’abord. On n’ira juste pas. Me v’là encore obligée de faire la “popote”.

Naturellement, passons à la maison, maman met sa casquette, et enfin…La bouffe!
De toutes façons, casquette ou non, à notre arrivée, plus personne au restaurant. Rendu quinze heures…

Comme d’habitude,tout finit… dans un grand éclat de rire.

Bonne année…
Grand nez…
Toi pareillement…
Grandes dents…
À l’année prochaine…
Grosse bedaine…
🙂

88888

Plus dans la section

Nettie

Related Post
  • 2 August 2007 par › Planète Québec

    Prisse il fait chaud

    Salut les amis! Bon, je me calme le poil des jambes… J’essaie de me faire oublier avec m...Readmore
  • 28 January 2007 par › Planète Québec

    Bon, ben sèche!

    Ces temps-ci, avec la sécheresse dans la maison, ma mère vit son drame d’hiver. Chaque anné...Readmore
  • 15 October 2006 par › Planète Québec

    C’est le temps des faucons

    C’est le temps des “faucons”. Eh oui! Notre petite maison qui, hier avait un peu, ...Readmore