Dans un article de La Presse de ce samedi, l’éditorialiste François Cardinal nous parle de la nécessité et de l’urgence de revamper et re-dynamiser le fameux Chalet du Mont-Royal situé sur cette montagne du même nom.

Le texte m’a rappelé cette anecdote impérissable malgré les nombreuses années qui se sont écoulées depuis. Milieu des années 80 je crois (donc, il y a plus d’un quart de siècle), je m’étais rendu au fameux Chalet avec ma chum Suzanne pour une prestation de l’Orchestre Symphonique de Montréal alors dirigé par Charles Dutoît.

N’étant pas un adepte de ce type de musique, j’y allais pour une raison précise : l’OSM allait jouer le fameux Boléro de Ravel, une pièce que j’ai toujours adorée et puis, entendre ce groupe de musiciens prestigieux gratuitement en plein air, ça m’attirait.

Début de soirée vers les 19 heures. L’OSM était donc installé devant le Chalet de la Montagne sur les longues et larges marches de la devanture. Des centaines et des centaines de chaises installées sur le large espace donnant cette vue imprenable sur la ville. Toutes occupées lors de notre arrivée. Nous nous sommes donc installées debout, sur la droite, tout juste au début de la belle forêt avoisinante.

Et l’orchestre d’enchaîner les pièces populaires du répertoire. Nous attendions avec frénésie ce superbe Boléro qui, finalement … a fini par … commencer. L’intro lente et la voluptée de la flûte, suivie par ces tambours répétant sans cesse ce ra-pa-ta-tam. C’était magnifique !

Et soudainement, ces lourds nuages noirs qui se sont imposés sans avertissement suivi par une averse hallucinante !

Au début, légère indisposition des musiciens et du public. Puis, les premiers violoncellistes qui cessent de jouer et battent en retraite pour protéger leur précieux instrument. Et dans mon souvenir, monsieur Dutoît, hyper concentré qui continue à battre la mesure énergiquement pour la finale et qui ne voit pas (et n’entend pas ???) le départ des violoncellistes …

Puis, la pagaille ! Il pleut vraiment trop fort ! Tous les musiciens se sauvent et entrent dans le Chalet derrière eux. Et les spectateurs assis ! Le cafouillis total avec les chaises encombrantes. Il pleut en ta … ! Presque l’émeute alors que Suzanne et moi, très cools, nous reculons légèrement dans la forêt dont les arbres immensément … feuillus nous permettent d’éviter la grosse trempette en nous servant de parapluies.

Une quinzaine de minutes plus tard, nous avons lentement amorcé notre descente à pieds, sourire aux lèvres avec le retour du soleil couchant …

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore