Ce n’est pas le faciès de l’artiste qui a inspiré le titre étrange de cet article. Non! Il s’agit plutôt du titre d’un CD qui sera disponible à compter de mardi prochain dans les étals de tous les BONS disquaires du Québec. Mais avant de vous entretenir sur cette deuxième production de René Flageole, faudrait peut-être vous présenter celui qui n’a pas ENCORE la notoriété de Céline et René…

Malgré ses mots et sa sonorité toute urbaine, René Flageole n’est pas né dans le Plateau. Originaire de Grand-Mère dans la forestière et giboyeuse Mauricie, il a osé donner le grand coup et quitter le village pour s’inscrire en musique au cegep de Drummondville au milieu des années 80.

Chant, piano et guitare sont au programme et lui permettent, quelques années plus tard, de se présenter au Festival de la Chanson de Granby à titre d’auteur-compositeur-interprète. Le Grand Prix lui échappe mais il y décroche tout de même le Prix de la Presse et le Prix de la Chanson primée.

Le grand gagnant ne pouvant remplir une partie de son contrat, René se voit offrir un séjour à Salon-en-Provence pour un atelier de travail réunissant des participants de la francophonie internationale. Un gars malchanceux, c’est un gars malchanceux! Travail en atelier et bombance dans la doulce France de l’été 94.

La suite ? Explorations dans Montréal, rencontres d’acolytes musicaux et autres, participation aux Francofolies de 95 et impression sur Martin Leclerc qui le fait entrer en studio l’année suivante pour son premier CD (éponyme) distribué par Warner WEA..

Succès d’estime qui lui fournira la carte de visite pour une tournée de promotion. La run de lait, comme ils disent : les radios régionales et diverses salles de spectacles aux quatre coins du Québec. Malgré tout, les chansons de l’album ne laisseront pas leur marque sur les palmarès.

Les années qui suivent permettront à René Flageole de mettre sur pied les Shows Cools pour meubler les lundis soirs d’un désormais célèbre café-bistro de l’avenue Mont-Royal. Succès bœuf où des artistes locaux viennent s’exprimer en chansons sur le thème du mois, le tout supervisé et animé magistralement par Flageole.

Au début du siècle ( il y a deux ans …), le compère Leclerc, passé depuis à la maison GSI, relance la balle et permet au collectif réuni autour de René Flageole de prendre le temps voulu pour pondre, modifier, peaufiner et arranger la dizaine de chansons qui figurent sur l’album Les cahiers d’un singe.

C’est le réputé Marc Pérusse qui a pris les guides de la console pour livrer la musique et les paroles de René Flageole aux presses du CD. L’auteur-compositeur en est évidemment fier et avoue, en toute modestie, qu’il a trouvé les balises de son style et qu’il s’y sent fort à l’aise.

J’ai détecté une trace du Plateau dans la chanson intitulée Myriam. Ne vous reste qu’à en imaginer la musique…

Triste et monogamme / entre RACHEL et MARIE-ANNE /
mon cœur apPARTHENAIS à Myriam
Ya des mots qui s’prennent pour d’autres /
Maudit alcool / Ya des mots qui n’ont pas de parole

On ne construira sûrement pas de palace à Las Vegas pour René Flageole. Mais sa poésie, sa musique et sa voix brûlante pourront bientôt vous faire rêver ici même, dans le confort de votre salon . . .

Lancement du CD mardi prochain. C’était mon scoop du mois.

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore