Il y a quelques semaines, l’ex-patron de l’ancienne ville de Montréal lançait un petit livre portant sur les réflexions que lui inspiraient les sept années passées dans le fauteuil du maire de la métropole.

Dans le chapitre consacré au Plateau Mont-Royal, le grand jardinier revient sur la grande controverse survenue durant la campagne électorale de 1998 et portant sur l’implantation d’un magasin à grande surface sur les terrains du Canadien Pacifique. A l’époque, la rumeur indiquait Loblaws comme chaîne potentielle.

Laissons parler l’ex-magistrat :

«La rumeur veut aussi que l’administration municipale soit en faveur du projet et qu’elle s’apprête à l’imposer à la population locale. (…) Je m’informe auprès des services municipaux qui m’assurent qu’aucun projet de cette nature n’a été présenté et que toute cette levée de boucliers n’est basée que sur la spéculation.

Un beau matin, je reçois un coup de fil d’un haut dirigeant d’une chaîne concurrente, en l’occurrence Provigo; celui-ci m’informe candidement qu’il ne faut pas que je m’en fasse, car c’est lui qui finance les groupes de pression pour ne pas laisser le champ libre à Loblaws. (…) Six mois plus tard, Provigo est acheté par Loblaws et mon bon ami est devenu l’un des dirigeants de cette dernière. Le projet Loblaws s’étant révélé n’être qu’un canular.»

Ayant participé de très près à cette campagne de protestation communautaire contre l’implantation d’une chaîne à grande surface, la prose du grand fossoyeur de la consultation m’a fait monter la pression.

J’ai alors consulté mes archives et je vous livre l’extrait d’un article de Alain Perron, rédacteur en chef d’Hebdo Plateau, édition du 30 août 1998 :

«Parce que, à venir jusqu’à maintenant, tous les projets de grande surface ont tous été acceptés par l’administration Bourque malgré les oppositions manifestées, les résidents du Plateau se mobilisent en bloc contre l’établissement d’un Loblaws ou toute autre grande surface sur le seul terrain vacant du quartier, sur la rue Saint-Grégoire.

Toute cette histoire de grande surface a été déclenchée lorsque le directeur du service d’urbanisme à la ville, Pierre Ouellette, en visite dans le quartier, a laissé échapper que des négociations étaient en cours avec le Canadien Pacifique pour la vente des terrains le long de la voie ferrée. Suivant cette intervention, les intervenants locaux ont voulu en savoir davantage.

Marc Lapierre (directeur régional du groupe immobilier du Canadien Pacifique) a aussi confirmé qu’il y a eu plusieurs offres faites pour ces terrains, dont certaines relativement sérieuses, y compris par des intérêts qui représentent des chaînes de grandes surfaces, sans préciser lesquels.»

Voilà pour les faits. Le maire ne savait rien, ses fonctionnaires non plus. Seuls les résidents étaient au courant? Mon œil! Pierre Bourque est un menteur effronté. That’s all!

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore