Accueil Michel Danis Père et fils délinquants…

Père et fils délinquants…

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Aujourd’hui 8 mai, c’est le trentième anniversaire de « mon gars ». On change de dizaine. L’autre, c’est James qui approche son 250ième jour. La deuxième génération.

Ça veut donc dire que JF fêtait son 5ième anniversaire, le jour de la mort de Gilles Villeneuve en 1982. Il était avec moi, je me souviens. Que je vous raconte aussi cette anecdote survenue quelques années plus tard avec mon fils que je surnommais alors Bizou.

À l’occasion, du deuxième étage où je logeais, le délinquant qui dort en moi s’éveillait à l’occasion pour déconner avec son rejeton. Souvenances d’adolescence, je l’initiais donc à faire des « coups au téléphone ».

Ainsi, certains soirs, de connivence, nous appelions une série de commerces pour effectuer des livraisons chez le bijoutier d’en face sur la rue Jarry. S’y succédaient donc les livreurs de pizza, de poulet, de chinois et autres denrées, ce qui faisait rager le bijoutier et les livreurs mais aussi se tordre de rire mon Bizou.

Ne me traitez pas de malade mental, d’autres l’ont fait avant vous…

Alors voici le punch. Nous appelions aussi au hasard des montréalais inscrits au bottin pour que Bizou leur demande la farce (éculée je l’admets, mais bon…) :

– Madame, votre frigidaire marches-tu ?
– Mais oui …
– Courez après, y va sortir de la maison !

Et là le bambin raccrochait et on rigolait ensemble. Joyeux souvenirs.

Puis arrive le…piège !

Je signale le numéro de son grand-père Adrien sans qu’il le sache. Ça sonne et…

– Hello !
– Monsieur, votre frigidaire marches-tu ?
– Ben non, BIZOU, il fonctionne
– … Hein ? Pépère ? …

Et mon fils de raccrocher vivement. Confondu et gêné d’avoir été repéré. Je le vois encore rougir au maximum et amorcer un tiraillage vengeur avec son père.

Et je vous assure qu’il s’en souvient encore.

Bonne fête Biz !

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel